Foot – Euro Iniesta :«Ça ne pourra pas se répéter»

A l’image d’Iniesta, Piqué ou encore Fabregas, les joueurs de l’Espagne ont fait part de leur bonheur et de leur fierté après leur triplé Euro-Coupe du monde-Euro signé contre l’Italie (4-0).«Unique», «magique», «un bonheur immense»,… Iniesta et sa bande n’avaient pas assez de superlatifs au moment de décrire leurs émotions après leur écrasante victoire en finale de l’Euro aux dépens de l’Italie (4-0). Gagner sur un score aussi large en finale, personne ne l’avait encore fait. Signer un triplé Euro-Coupe du monde-Euro non plus. Pas même la RFA qui caressait le même espoir en 1976. «Il n’y a aucun mot», résume Cesc Fabregas. Sur la pelouse du stade Olympique de Kiev, l’Espagne est entrée dans la légende. «Tout le monde est sur son nuage», savoure Gerard Piqué.
Au moins autant que ce deuxième sacre européen d’affilée, c’est la manière avec laquelle il a été conquis qui semble rendre fiers le Barcelonais et ses équipiers. Critiquée depuis le début du tournoi pour son style de jeu, la sélection de Vicente Del Bosque a affiché dimanche soir un visage plus conforme à ce que l’on attend d’une équipe aussi forte techniquement. Beaucoup moins économe et calculatrice que lors des tours précédents. «Nous avons fait un grand match», confirme Fabregas. «Tous les joueurs ont été au top, apprécie pour sa part Iniesta. Mais les choses auraient peut-être été différentes si l’Italie n’avait pas joué à dix après la blessure de Motta».
Lorsque l’Espagne est entrée en lice contre… l’Italie, le 10 juin dernier, le milieu de terrain assure qu’il n’aurait «jamais imaginé un nouveau sacre possible». En raison de la Coupe du Roi, la préparation à l’Euro avait été perturbée, et la Roja n’avait disputé qu’un seul match de préparation (1-0 contre la Chine) avec son équipe-type. «Il faut être fier de ce qu’on a réalisé, insiste celui qui a été élu homme du match. Mais pas que nous. Tous les Espagnols et tous les gens qui s’identifient à notre football doivent l’être aussi. Ce qu’on a fait ce soir ne pourra pas se répéter. Il faut en profiter». – Emery TAISNE, à Kiev

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *