L’ex-commissaire Carel Alexandre, directeur général du ministère de la défense

Publié le mardi 3 juillet 2012

Le ministre de la défense, Rodolphe Joazile, a procédé mardi à l’installation de l’ancien commissaire de police et chef de l’unité de sécurité présidentielle (USP), Carel Alexandre, au poste de directeur général de ce nouveau ministère créé à l’occasion de la formation du gouvernement Martelly/Lamothe.

S’exprimant en marge de la cérémonie, l’ancien président du Sénat et capitaine des ex-Forces Armées d’Haïti a évacué l’éventualité d’un rétablissement à court terme de l’institution militaire en faisant valoir qu’Haïti n’a aucune « visée hégémonique » ni ne représente une menace pour les pays de la région.

Accueillant avec satisfaction la nomination d’un directeur général, Joazile a indiqué qu’il viendra renforcer son action dans le domaine de la défense civile, la priorité de l’heure. Dans cette optique, le ministère de la défense entend participer à la formation des jeunes qui vont se consacrer à la protection de l’environnement, de la frontière avec la République Dominicaine et des côtes, a assuré le titulaire de ce portefeuille.

Pour sa part, Carel Alexandre a remercié le Président Michel Martelly pour la confiance placée en lui. Dans la foulée, il a souligné la volonté du chef de l’Etat et du Premier ministre Laurent Lamothe d’arriver au rétablissement de « cette institution régalienne » qu’est l’armée. Mais, il a aussitôt ajouté que cet objectif ne pourra être atteint qu’avec le temps et au prix d’un grand travail.

Réputé proche de Martelly, M. Alexandre, ancien commandant du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO), une unité spécialisée de la police, avait été limogé en mars dernier du poste stratégique de chef de la sécurité présidentielle, suite à des pressions internationales qui auraient été exercées sur le pouvoir. Plusieurs anciens autres responsables de la PNH avaient été aussi écartés de l’entourage immédiat du Président.

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) avait dénoncé la présence autour de M. Martelly d’anciens policiers à la réputation douteuse exclus de la PNH pour leur implication présumée dans le narcotrafic et la violation des droits humains. L’organisme des droits humains avait rangé dans cette catégorie outre Carel Alexandre, Will Dimanche (devenu chef de la police routière), Goodwork Noël (actuel directeur général adjoint de l’OAVCT), Jacky Nau et Gilbert Dragon. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *