Le Cap a accueilli le premier conseil de gouvernement « décentralisé »

Publié le jeudi 5 juillet 2012

Le premier conseil de gouvernement « décentralisé » s’est tenu jeudi au Cap-Haïtien (environ 275 km au nord de Port-au-Prince) sous la houlette du Premier ministre Laurent Lamothe avec un accent particulier sur les interventions sectorielles en cours d’exécution ou à venir dans le grand nord, en particulier en matière d’infrastructures routières et de prévention des risques sismiques.

Invité surprise de cette séance de travail retransmise en direct à la télévision et qui s’est transformée brièvement en conseil des ministres, le Président Michel Martelly est intervenu par vidéoconférence depuis Sainte-Lucie où il participe au 33e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Caraïbe (CARICOM).

Le dirigeant haïtien a félicité l’équipe gouvernementale pour cette initiative et expliqué qu’il avait eu des discussions avec le gouvernement d’Antigua et Barbuda sur le renforcement des relations bilatérales dans le domaine du tourisme et de l’artisanat. Il a aussi plaidé pour l’intégration du français parmi les langues de travail de l’organisation sous-régionale.

Pour sa part, Laurent Lamothe a indiqué que ce conseil de gouvernement est une « victoire » qui devrait avoir un impact durable dans la métropole du nord dont il a vanté la richesse du patrimoine historique et la beauté des sites touristiques.

Parlant d’une « politique de décentralisation à outrance » de son gouvernement, le locataire de la Primature a tenté d’assurer la population que l’amélioration de ses conditions d’existence était le souci majeur des dirigeants actuels.

Réunis au siège de la délégation du nord, les membres du cabinet ministériel ont durant plusieurs heures passé en revue les grands dossiers de l’Etat en présence de plusieurs parlementaires de la région et des représentants du secteur privé des affaires du Cap-Haïtien.

Le Premier ministre Lamothe en était à son quatrième conseil de gouvernement, un événement dont l’hypermédiatisation est loin de faire l’unanimité dans la classe politique. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *