De nouveaux cadres pour le ministère des Affaires étrangères

«Cette décision de recruter des jeunes dans le milieu universitaire est un moyen de pallier l’imbroglio administratif et fournir à la chancellerie un outil efficace de développement et d’instrumentalisation de politique d’action ». Par ces mots,  le chancelier Lamothe  avait procédé en avril 2012 au lancement de  ce concours d’excellence, qui a permis au MAEC de recruter ces dix stagiaires. Ils devront passer trois mois de stage, en guise de rodage.

« Ceci afin de fréquenter les différentes directions du ministère pour bien comprendre le fonctionnement de l’institution et de ses services »,  a fait savoir le professeur Jean Poincy, porteur du projet au sein de la chancellerie haïtienne. Il soutient que c’est  un bel exemple en termes de renouvellement et de renforcement de l’institution dédiée à servir d’interface entre l’Etat haïtien et ses pairs.

L’INAGHEI vient ainsi en tête du classement, avec Ossé Aristild  (lauréat du concours) et cinq autres postulants : Karl Peterson Sainéant,  Jean Meleck Baptiste, Huckel Charles, Bernite Francois, Stive-Claude Helvio Petit. L’Ecole normale Supérieure (ENS) en deuxième avec deux étudiants primés ; Volcy Louino et Coulange Dorival.  Et enfin, Marie Lucienne Megie pour  l’IERAH et  Rose Bilinda Saint-Fort  du Centre d’études diplomatiques et internationales (CEDI).

C’est en présence de Jacques Nixon Myrthil, directeur général du MAEC, et  de plusieurs membres du cabinet du ministre des Affaires étrangères que Maurice Prosper,  l’un des directeurs adjoints de la direction du protocole  du MAEC, a pris le soin de citer les noms de ces heureux sélectionnés,  symbole de l’excellence académique, d’éthique et de professionnalisme. Des valeurs que recherche l’administration publique pour affronter les  nouveaux défis et enjeux de la diplomatie internationale.

Selon  les responsables du ministère des Affaires étrangères, la lettre de motivation, le curriculum vitae et la moyenne générale de 7 étaient obligatoires pour chacun des 51 participants retenus par le recruteur.  « Des examens de culture générale,  de maths et de rédaction ont été proposés aux postulants avec plusieurs possibilités optionnelles dans les thèmes à traiter sur les relations internationales, la philosophie, etc. »,  a informé le professeur Jean Poincy, un des membres du jury, par ailleurs vice-recteur académique à l’université d’Etat d’Haïti.

Laurent Lamothe n’a pas caché sa satisfaction de l’intégration de ces jeunes finissants, appelés à servir les différentes structures de la diplomatie haïtienne, tant sur le plan local et, à l’avenir, au niveau international. «  Le gouvernement Martelly-Lamothe est heureux de pouvoir compter sur vous pour renforcer l’administration publique », a-t-il renchéri, visiblement joyeux. Par ailleurs, il promet la mise en place de l’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères d’ici au mois d’août prochain. Cette institution devra servir à renforcer la formation de base acquise à l’université par les nouveaux admis au sein de la chancellerie.

Ces dix nouveaux recrutés au MAEC ont désormais de nouveaux objectifs et de nouveaux défis  face aux besoins et aux réalités de l’administration publique.  Ils devront  faire preuve d’intelligence et de tact pour bien mettre en pratique leurs connaissances théoriques, a souhaité un des membres de l’assistance. Un moment de joie intense et de satisfaction pour le docteur Henri Robert Sterlin, secrétaire général de l’INAGHEI, suite à la publication des résultats qui confirment la qualité des services que fournit l’institution qu’il dirige.  Ont aussi pris part à cet évènement tenu au palais national des figures comme le jeune et brillant Dr Ricardo Augustin, vice-doyen de la faculté des Sciences Economiques, Sociales et Politiques de l’Université Notre-Dame (UNDH),  l’ambassadeur Denis P. Régis, du CEDI et l’ambassadeur Myrtho Bonhomme, de l’Académie nationale Diplomatique et Consulaire (ANDC).

Par ailleurs, il convient de souligner les mouvements d’humeur de plusieurs doyens et responsables présents d’universités publiques et privées  qui n’ont pas caché leur déconvenue et ont estimé avoir eu le sentiment que leurs étudiants ont été floues, puisque l’opération consistait à recruter uniquement des étudiants de l’INAGHEI. Les autres institutions n’auraient servi que de faire valoir à une opération de charme et a une promesse faite en novembre 2011 par le chancelier Lamothe. Les membres du jury auraient donc tenu compte de cet impératif, croyant faire plaisir au ministre. Toujours est-il que c’est dans une ambiance cordiale de « diplomate »  que s’est terminée la cérémonie.

Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com Dominique Domerçant succes33@yahoo.fr
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *