L’Afghanistan, “allié majeur non membre de l’Otan” des USA

KABOUL (Reuters) – Les Etats-Unis ont accordé samedi à l’Afghanistan le statut d'”allié majeur non membre de l’Otan” (“major non-Nato ally” en anglais), une mesure essentiellement symbolique destinée à rassurer les Afghans sur la pérennité de l’engagement américain dans leur pays.

              Cette décision du président américain Barack Obama a été annoncée par sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton au cours d’une visite surprise à Kaboul. Hillary Clinton a rencontré à cette occasion le président afghan Hamid Karzaï à la veille d’une conférence des donateurs de l’Afghanistan à Tokyo.

              Le statut accordé à l’Afghanistan, dont ne jouissent que quelques pays tels Israël ou le Japon, devrait lui permettre de bénéficier plus facilement d’une aide militaire américaine, aussi bien en matériel qu’en formation.

              L’armée afghane prend progressivement en charge la sécurité du pays à l’approche du retrait des troupes combattantes de l’Otan, censé être achevé fin 2014.

              “Sachez que les Etats-Unis seront votre ami et votre partenaire. L’idée d’abandonner l’Afghanistan ne traverse même pas notre esprit. C’est même plutôt l’inverse”, a déclaré Hillary Clinton devant la presse, aux côtés d’Hamid Karzaï, avant de s’envoler pour Tokyo.

              Barack Obama, lors d’une visite surprise à Kaboul en mai, avait déjà indiqué que Washington accorderait à l’Afghanistan le statut d’allié majeur non membre de l’Otan.

              Les participants à la conférence des donateurs de Tokyo devraient s’engager dimanche à verser à l’Afghanistan une aide annuelle au développement d’un montant juste inférieur à quatre milliards de dollars (3,25 milliards d’euros), alors que la banque centrale d’Afghanistan estime les besoins annuels à au moins six milliards de dollars (près de cinq milliards d’euros).

              Cette somme s’ajoute aux 4,1 milliards de dollars annuels promis pour les forces de sécurité afghanes lors du sommet de l’Otan à Chicago en mai.

              Les responsables américains accompagnant Hillary Clinton ont refusé de préciser le montant de la somme que débourseront les Etats-Unis. Ils reconnaissent cependant que les sommes versées par la communauté internationale sont en diminution. L’aide au développement de l’Afghanistan atteignait plus de six milliards de dollars en 2010.

              La poursuite des violences après plus de 10 ans de présence militaire étrangère ainsi que la corruption incitent les donateurs à diminuer leurs contributions.

              “Nous avons parfaitement conscience de (la corruption) mais c’est un problème sur lequel le gouvernement et la population d’Afghanistan souhaitent une action”, a dit Hillary Clinton.

              Arshad Mohammed, Benjamin Massot et Bertrand Boucey pour le service français

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *