Martelly exige des bénéfices palpables pour Haïti.

À Sainte Lucie, le Président Martelly exige des bénéfices palpables pour Haïti

Haïti - Politique : À Sainte Lucie, le Président Martelly exige des bénéfices palpables pour Haïti

S’exprimant, lors de la session du deuxième jour du 33e Sommet de la CARICOM qui se déroule à Gros Islet (Sainte-Lucie) et qui prend fin ce vendredi 6 juillet, le Président Martelly a demandé, comme il l’avait déjà fait au 32e Sommet de la CARICOM en juillet 2011, que le français soit accepté comme langue officielle et/ou de travail à côté de l’anglais, afin de promouvoir le développement des négociations et le processus d’intégration régionale.
En effet, la CARICOM est l’unique schéma d’intégration au monde, où l’anglais est la seule langue officielle. Or, plus de 55% de la CARICOM sont francophones ou créolophones; et les Haïtiens, à eux seuls, représentent plus de 50% du poids démographique de la CARICOM. L’impact de la langue est donc important dans la conduite des négociations et aussi bien dans le processus d’intégration. Ainsi, Haïti insiste pour que ce point soit porté à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Groupe intergouvernemental sur la Révision du Traité de Chaguaramas.
Par ailleurs, le Président Martelly a plaidé en faveur de l’intégration de cadres intermédiaires haïtiens au sein du Secrétariat de la CARICOM. Actuellement, un seul État membre occupe plus de trois quarts du nombre total d’employés à Georgetown, ce qui va à l’encontre du principe établi à l’article 23.2 du Traité Révisé exigeant que le recrutement du personnel du Secrétariat se fasse dans le respect des normes établies, sur une base qui respecte la répartition géographique équitable.
Le Président Michel Martelly, est à ce 33e Sommet, pour présenter le nouveau climat de stabilité sociopolitique qui prévaut actuellement en Haïti, qui met le pays dans une meilleure position pour traiter d’égal à égal avec ses partenaires. Haïti doit également s’assurer de son imprégnation de la mission et des objectifs de la Communauté, transmettre la volonté du nouveau Gouvernement de renforcer les institutions de l’État, d’instaurer un État de Droit, d’assurer la relance de l’économie nationale et de paver la voie au développement durable du pays.
Le Chef de l’Etat haïtien, reste favorable à la politique d’intégration des pays de la région et au renforcement des relations extérieures, mais, exige que « les bénéfices pour Haïti soient palpables et répondent aux besoins réels du peuple haïtien. »
Haiti Libre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *