La romancière Yanick Lahens s’implique dans le social et le cinéma.

Connue comme romancière, Yanick Lahens a fondé depuis 2008, APC (Action Pour le Changement) qui s’occupe entre autres « de la formation des jeunes autour de trois grands objectifs: les sensibiliser à des questions d’intérêt national, renforcer le lien social en faisant travailler ensemble des jeunes de milieux sociaux différents et les initier aux nouvelles technologies. »

Dans cette perspective, quatre documentaires (Michelet Drouillard, Production de fleurs, Vallue, Fondwa) ont été réalisés par des jeunes autour de différents thèmes :le développement des communautés, l’entreprenariat,  et le monde rural.

Le film sur la communauté de Fondwa mérite l’attention du public. Pendant l’année,  2009 un  groupe de jeunes a été sensibilisé  par l’agronome Jean-André Victor à la problématique pyasanne et ont réalisé après deux séjours à Fondwa et avec l’assistance du jeune réalisateur haitien Filibien André un court métrage sur la vie paysanne dans cette localité.

Ces films montrés en juin  à la Fokal et au restaurant Le Villate en présence de leurs participants  ont nourri des débats très intenses sur la création de l’emploi et l’initiative entrepreneuriale chez les jeunes issus du milieu professionnel et social prêt à relever des défis.

Les documentaires valorisent l’implication de certains jeunes dans le mode de changement et   dépassent généralement dix minutes .Les documentaires en question sont réalisés pour la plupart d’entre eux sous le contrôle de Yanick Lahens et de cinéastes de talents, dont Kendy Vérilus formé à New York. Ce dernier est l’auteur d’au moins trois cours- métrages et d’un long documentaire axé sur le séisme du 12 janvier 2012.

Précisons que certains de ces films « ont été présentés à d’autres jeunes (dans le cadre d’un réseau d’écoles) au grand public par la télévision par exemple et servent de prétexte à des débats. »

 De telles productions cinématographiques inscrites dans la sensibilisation au progrès social  ont reçu entre autres le soutien de la Fondation de France, de Culture Création.

Après le tremblement de terre de 2010 APC a organisé un atelier avec une quinzaine de jeunes du Camp de Pétion-Ville Club. Après une thérapie de groupe avec le psychologue Ronald Jean-Jacques, ils ont reçu une formation   à la vidéographie par Yolaine Rouleau, assistée de Filibien André et de Philippe Attié. Ils ont conçu  deux courts métrages sur leur vie dans le camp six semaines après le séisme.

Parallèlement à ces activités, APC a construit en septembre 2010, quatre bibliothèques légères, deux à Port-au-Prince et deux à Léogane.

Dominique BATRAVILLE
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *