Un conseil de développement pour améliorer le dialogue interhaïtien.

Bien des minutes après la cérémonie officielle, les conversations n’en finissaient pas entre membres du secteur public et de la société civile dans la grande salle de l’hôtel Karibe. Attentif aux propos de ces interlocuteurs durant ce cocktail de circonstance, le Premier ministre Lamothe a bien donné l’exemple de l’esprit d’ouverture qu’il a promis d’encourager dans son allocution du jour. Le dialogue entre les leaders politiques, économiques et sociaux venait en effet d’être renforcé, ce lundi 9 juillet, par le lancement du Conseil de développement économique et social  (CDES).

« L’ouverture des activités de ce nouveau conseil est une réalisation historique », a estimé le chef du gouvernement. Le CDES, dont la création était prévue dans un décret de mai 2005, n’avait jamais encore vu le jour. Par cette initiative, le gouvernement Lamothe vient de concrétiser l’un des engagements inscrits dans sa politique générale. 

Ce conseil a pour mission de veiller à l’harmonisation des politiques sectorielles avec le plan national de développement. Le gouvernement Lamothe promet d’en faire aussi un instrument de pilotage du dialogue social. Conformément aux dispositions transitoires de l’arrêté portant sur l’organisation de l’administration centrale de l’Etat, le chef du gouvernement est chargé de nommer les différents membres du CDES. Les neufs membres qui composeront le comité de pilotage seront appelés pendant une période de dix-huit mois à jeter les bases de cette nouvelle institution. Plusieurs structures organisées de la société civile et du secteur privé ont déjà répondu favorablement à cette nouvelle initiative.

« Dans un pays où l’implication citoyenne n’est pas valorisée, vous avez fait le bon choix », a déclaré le Premier ministre. Ce conseil sera présidé par l’homme d’affaires et vice-président du Chambre de commerce et d’industrie de l’Ouest, Jerry Tardieu, alors que le docteur en sociologie et chef de cabinet du secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Louis Nau Pierre, en sera le coordinateur général.

Tout comme Lamothe, le premier président du CDES rêve d’ « un conseil inclusif et non partisan ». « En attendant l’élaboration d’un plan national de développement, le travail de coordination des politiques sectoriels s’effectuera en référence avec la politique générale du Premier ministre Lamothe. Mais, à terme, il faudra rédiger un Plan national de développement. Et ce sera l’une des tâches de ce conseil », a souligné Jerry Tardieu. A cet effet, une masse d’informations est déjà disponible, selon lui, à travers les différents documents relatifs au développement économique et social tels que les travaux des commissions présidentielles sous le gouvernement Préval, le DSNCRP et le plan du GRAHN.  

 « Haïti mérite l’amour de chacun de ces citoyens », a martelé Laurent Lamothe, invitant tous les secteurs sociaux à collaborer pour défendre l’intérêt national. Faisant écho à ces propos du Premier ministre, les paroles de la chanson « Ayiti se … », interprétées sur scène par Mikael Benjamin en fin de cérémonie, ont reçu des acclamations des plus chaleureuses.

 Carl-Henry CADET aloccarlo@hotmail.com

Credit: La Nouvelliste

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *