Une opportunité de reconstruire une Haïti solide !

« Pour le Pays et pour nos Pères / Formons des Fils, formons des Fils / Libres, forts et prospères / Toujours nous serons frères ! ». Le troisième couplet de la Dessalinienne a résonné avec un écho particulier le jeudi 12 juillet 2012, à la salle Franck de l’hôtel Montana. En effet, Marina Gourgue, secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle, l’ingénieur Clément Bélizaire, directeur du projet 16/6, et Antonio Cruciani, coordonnateur du Bureau international du travail en Haïti, ont remis à sept maîtres formateurs et 20 formateurs un diplôme, certifié par l’INFP, en construction parasismique.

« C’est un grand plaisir pour moi de vous remettre ces diplômes, car vous êtes les bâtisseurs de demain. Le gouvernement et l’Unité de construction de logements et de bâtiments publics ont pleinement confiance en vous pour transmettre votre savoir aux ouvriers qui participeront à la reconstruction d’Haïti », a assuré Clément Bélizaire, en présence d’une centaine d’invités. Mme Marina Gourgue a ensuite pris la parole pour rappeler que plus de 400 000 Haïtiens sont toujours aujourd’hui sans abri et des milliers d’autres continuent à vivre dans des conditions précaires. M. Antonio Cruciani,  coordonnateur du BIT en Haïti, a d’ailleurs tenu à rappeler qu’il ne sert à rien de former des jeunes s’ils se retrouvent ensuite au chômage: « Parallèlement à ces apprentissages professionnels, il faut encourager l’employabilité en Haïti ».

Acteurs essentiels de ce projet, le Bureau international du travail (BIT) et l’Institut national de formation professionnelle (INFP), en partenariat avec Build Change, la Coopération suisse et Haïti Tech, se sont donné pour objectif de former 60 formateurs certifiés en construction parasismique. Sept maîtres formateurs et vingt formateurs attestés, jeudi, sont maintenant prêts à dispenser des cours de construction parasismique. La deuxième session de formation de formateurs doit débuter en août 2012.
La secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle a salué la très bonne entente entre son institution et le BIT. « Nous avons d’ailleurs signé, mardi dernier, un protocole d’accord pour institutionnaliser et renforcer notre collaboration »,  a-t-elle assuré, félicitant chaleureusement M. Antonio Cruciani. Grâce à l’intense coopération entre l’INFP et le BIT, ce programme d’apprentissage permettra de former graduellement 1 000 ouvriers. Ces derniers reconstruiront ou répareront près de 1 700 maisons, suivant le programme mis en œuvre par l’UNOPS, dans les 16 quartiers du projet « 16/6 », d’ici à la fin de l’année 2013.

De son côté, l’ingénieur Bélizaire croit que cette formation est un billet pour l’avenir confié à chaque récipiendaire. « Le secteur de la construction est le pilier de l’emploi en Haïti, bien que l’argent nous manque », a-t-il déclaré. Ces nouveaux formateurs seront ensuite embauchés à titre de formateurs par l’UCLBP.

Recruter localement

Les premières formations à destination des ouvriers en construction parasismique dans les quartiers du « 16/6 » sont donc prêtes à être dispensées. Elles devraient débuter fin juillet 2012. Au cours de ce programme, les ouvriers pourront obtenir une attestation d’aptitudes professionnelles, puis un diplôme d’ouvrier qualifié, en construction parasismique, certifiés par l’INFP et le MTPTC, tout en entamant parallèlement la reconstruction de 1 700 maisons parasismiques et paracycloniques dans les quartiers du « 16/6 ». Le rôle des formateurs certifiés est donc essentiel dans ce processus. Le coordonnateur du BIT en Haïti a d’ailleurs tenu à s’adresser personnellement à ces derniers pour conclure son discours. « Rappelez-vous constamment la lourde responsabilité qui pèse sur vos épaules. Vous êtes le premier maillon d’une longue chaîne, qui doit permettre de soulager des milliers de vos concitoyens. Au-delà de ce diplôme, votre plus grande récompense sera le sourire des familles, qui retrouveront un logement solide et durable, grâce aux fruits de votre travail », a souligné Cruciani.
Les ouvriers certifiés seront majoritairement recrutés localement pour permettre une amélioration des conditions de vie et la création d’opportunités génératrices de revenus dans les quartiers concernés. Ce programme de formation de formateurs est donc une composante essentielle du projet « 16/6 », car il constitue la première étape du processus de  reconstruction des maisons en Haïti.

Plusieurs des diplômés ont exprimé leur satisfaction pour cette formation et se sont dit désormais prêts à reconstruire le pays de par leur champ d’activité. « Ça a été une période de recyclage pour moi, vu que j’avais des notions en génie civil. Dorénavant, je vais m’efforcer de changer les méthodes de construction », a confié Sabrina Mathurin Civil, l’une des récipiendaires.

Haïti se dote de personnels qualifiés. Ils apporteront leur grain de sable dans la construction de maisons susceptibles d’épargner des vies en cas de catastrophe majeure.

Hansy Mars hansymars@lenouvelliste.com Twitter : @marshansy
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *