Nouvel incendie suspect au marché du port : Importants dégâts

Convaincus que ce drame serait l’ouvre de mains criminelles et la poursuite d’une série noire qui n’en finit pas, des sinistrés s’en prennent au pouvoir qu’ils accusent de n’avoir rien fait pour sécuriser le marché depuis l’autre incendie qui l’avait détruit en grande partie, le mois dernier

Publié le vendredi 13 juillet 2012

Un nouvel incendie apparemment criminel a ravagé dans la nuit de jeudi à vendredi le marché du port, à la Croix-des-Bossales (centre de Port-au-Prince) où des marchands (es) ont exprimé leur désespoir et leur ressentiment contre les autorités.

Selon les déclarations de plusieurs des sinistrés, des inconnus auraient incendié le marché, toujours livré à lui-même, moins d’un mois après un autre sinistre qui l’avait consumé le 15 juin dernier.

Reprochant au gouvernement Martelly/Conille d’avoir fait montre de passivité depuis les derniers événements, ils soulignent qu’il est de sa responsabilité d’assurer la sécurité des installations du marché du port, l’un des plus fréquentés de la capitale.

Incapables de faire une première estimation des pertes enregistrées, les commerçants indiquent avoir perdu des lots de marchandises entreposés dans des installations de fortune, sur les ruines du marché public également surnommé « Guérite » qui a été la proie des flammes à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Jean Renel Sénatus, a promis de sévir contre ceux qui, dit-il, pour des raisons politiciennes liées à des intérêts personnels, veulent semer la pagaille dans sa juridiction.

Le chef du parquet a émis sans succès un mandat d’amener contre l’ancien maire de la capitale, Muscadin Jean Yves Jason, dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’incendie suspect du 15 juin.

L’intéressé a dénoncé le caractère arbitraire et illégal de ce mandat qui cacherait des motivations politiques.

Depuis le début de l’année, plusieurs marchés de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, dont celui de Tabarre, ont été victimes d’incendies qualifiés pour certains de criminels. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *