Festival de la mer : pari réussi

 Le boulevard du Cap-Haitien  retrouve ce lundi son calme habituel après le déferlement de la population sur cette grande artère touristique de la ville. Le nettoyage laisse sa place aux expositions, animations et défilé de jeunes en fanfare et le déferlement des décibels dans toutes les directions.  La première édition du Festival de la mer a pris fin. Les milliers de visiteurs en liesse en redemandaient. A 2h du matin, la Police nationale a dû stopper la prestation de Kon Beat de Mikaben et d’Olivier Dupoux. Kenny Desmangles et Shabba n’ont pas eu le temps de faire apprécier leur prestation. Un arrière-goût amer.  Apparemment, la ville avait soif d’un événement d’un tel calibre.  

Toutes les grandes places de la ville affichaient complet. Les restaurants étaient bondés de monde à longueur de journée. Durant la soirée, même les restos les plus chics avaient du mal à contenir  un grand nombre de  consommateurs. Les gens venaient de toutes les communes avoisinantes,  voire de l’étranger. Des bus remplis d’étrangers circulaient dans les rues de la ville pour apprécier l’historicité de la deuxième ville d’Haïti. Pour goûter aussi à la cuisine du terroir, aux mets préparés pour  cette occasion tant attendue par les hôteliers du Nord en général et du Cap en particulier.

Déjà le rendez est fixé pour la deuxième édition du Festival  de la mer. La directrice régionale du ministère du Tourisme, Dieudonne Luma Etienne, le confirme. Et c’est déjà le lancement de la deuxième édition, a-t-elle scandé sous les yeux de Smoye Noisy du comité d’organisation et en présence de Michaelle Craan, invitée d’honneur. Mme Craan, présentée par Dieudonne L. Etienne comme une « Capoise de Jacmel », a été vivement honorée pour sa contribution dans le domaine touristique en Haïti.  Michaelle Craan a aussitôt rappelé ses liens d’amour avec le Cap-Haïtien, qui a vu naître son premier enfant.

Les rues étaient d’une propreté remarquable, en dépit du fait que beaucoup restent encore à faire dans cette destination aux potentialités mille fois expliquées mais peu exploitées.  Le président de l’Association touristique d’Haïti-branche Nord, Jean Bernard Simonet, compare les potentialités du Nord et du reste d’Haïti comme un enfant. « Même s’il est intelligent, même s’il est un génie, il doit être éduqué, envoyé à l’école pour donner le meilleur de lui-même », a-t-il expliqué. Selon le gérant de Cormier-Plage, un des grands hôtels du Cap-Haïtien, les potentialités de la région nord doivent être exploitées intelligemment pour refaire d’Haïti une destination unique dans la Caraïbe.

 Les événements créés pour cette destination cherchent à renforcer les PME et leur permettre de bénéficier des retombées économiques d’une telle organisation. A ce niveau, la représentante du ministère du Tourisme dans le Nord, Dieudonne Etienne, est assez satisfaite. Les grandes fêtes patronales de la région nord – Plaine-du-Nord, Limonade, Bord-de-Mer de Limonade – sont annoncées en grande pompe comme la continuité du Festival. Mais, comme l’a dit le président de l’ATH-Nord, les attitudes, les actions anti-touristiques doivent être mises à l’index et supprimées.

Le nombre de visiteurs étrangers pourraient exploser si l’aéroport du Cap-Haïtien était relié à ceux des Etats-Unis d’Amérique. Des membres de la communauté haitienne rentreraient beaucoup plus facilement dans la deuxième ville d’Haiti. Une seule compagnie, IBC, dessert directement Miami et Cap-Haïtien. En attendant la fin des travaux de réaménagement de l’aéroport international de cette ville.

Le festival de la mer prend fin après les expositions, concours de peinture et diverses compétitions. Le public retiendra sans doute la prestation de Djakout #1 à Labadie et au Feu-vert Night-Club:  celle de Kon Beat; les prestations en plein air des groupes locaux  Anbyans, Villageois, Plezi Konpa,  Bèl pòz, Atis D-kalot…; le défilé de majorettes; les shows des rollers skaters. A noter la collaboration des secteurs public et privé pour accoucher de cette fête.  Cap-Haïtien tend la main aux visiteurs.

 

Dieudonné Joachim djoachim@lenouvelliste.com
Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *