Une sécheresse historique suscite l’inquiétude aux Etats-Unis

La vague de sécheresse historique qui sévit actuellement dans le Midwest américain alimente la crainte d’une perte considérable de récoltes qui entraînerait une baisse des exportations américaines et une hausse du prix des céréales sur le marché mondial.

Selon l’Administration nationale océanique et atmosphérique des Etats-Unis (NOAA), le pays connaît sa pire sécheresse depuis 1956, avec 55% du territoire touché par des températures élevées et par l’absence de précipitations.

«Nous passons d’une situation de crise à une histoire d’horreur», estime l’agronome Tony Vyn, de l’université de Purdue, située dans l’Indiana. «J’observe un nombre croissant de champs qui ne produiront rien.»

État de catastrophe naturel

La situation la plus critique concerne le marché du maïs, dominé par les Etats-Unis, qui en exportent plus de la moitié au niveau mondial. Selon le département américain de l’Agriculture, le pourcentage de plants de maïs qualifiés de «bons à excellents» a atteint lundi 31%, en recul de neuf points comparés aux taux observés la semaine dernière.

Quant à la graine de soja, 34% des plants sont jugés “bons à excellents” contre 40% la semaine passée. Les observateurs «passent le maïs de la catégorie de “bon à excellent” à celle de “pauvre à très pauvre” en une semaine», constate un agriculteur de l’Etat de l’Indiana, Larry Winger. «Ce qu’ils disent, c’est que la situation est bien pire que ce qu’ils pensaient.»

Le secrétaire américain à l’Agriculture Tom Vilsack a proclamé la semaine dernière l’état de catastrophe naturelle dans plus de 1.000 comtés affectés par la sécheresse. Dans le Nebraska, où la majorité des terres cultivées sont irriguées, les autorités ont demandé lundi à 1.100 des 48.000 agriculteurs de l’Etat de ne plus pomper l’eau des cours d’eau et d’utiliser les puits à la place.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *