La cause des handicapés au menu des discussions en Équateur

Au cours de cette visite de suivi, le secrétaire d’État Gérald Oriol Jr s’est entretenu avec le sous-secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées équatorien, le Dr Alex Camacho, sur des possibilités d’actions communes entre les deux pays. Dans le cadre de ce partenariat avec le gouvernement équatorien,  des pistes de collaboration ont été touchées sur plusieurs angles. Il s’agit du support technique et financier à la réalisation d’un recensement spécifique de  la population handicapée d’Haïti et à la formation de statisticiens; d’une enquête de prévalence en matière de handicap ; d’un système de prévention des incapacités dès la naissance ; d’un projet pilote en matière de transport en commun adapté.

Il y a aussi l’appui à la mise en place en Haïti d’un système géospatial, similaire à celui de la mission solidaire Manuela Espejo ;  le renforcement des capacités des ateliers de prothèses existant à la capitale et la création d’autres ateliers dans d’autres villes du pays. Ce support au renforcement peut se manifester par la formation continue des techniciens. D’un autre côté, ce partenariat inclut une contribution technique à la mise en place d’un programme d’encadrement des familles ayant un ou des membres en situation de handicap très lourd, nécessitant assistance ; l’ appui technique à la conception et à la création d’un institut de recherche et de promotion du langage des signes  et la  formation de techniciens en matière de prise en charge des personnes handicapées en situation de risques et de catastrophes naturelles.

Rencontré par le journal, le secrétaire d’État affirme que cette récente visite en Équateur fait suite à sa participation aux assises qui ont eu lieu les 11 et 12 juin 2012 en Équateur. Cette rencontre avait pour objectif de permettre aux pays invités de partager leurs expériences dans le domaine du handicap. Axée sur le thème  « Une Amérique solidaire »,  cette rencontre a été l’occasion pour les organisateurs d’interpeller les nations du continent américain de mise en place des politiques publiques solides, un programme d’actions durables devant permettre l’intégration pleine et entière des personnes vivant avec un handicap.

D’après M. Oriol, ce processus d’intégration doit se manifester à travers une forte volonté politique, une vision, et doit passer particulièrement par la ratification des conventions internationales en vigueur, particulièrement la convention des Nations unies sur les droits des personnes handicapées, par la promulgation de lois contraignantes en la matière, la sensibilisation des communautés à la problématique du handicap, la mise en place d’infrastructures adaptées (chaussées et trottoirs accessibles, transport adapté), la formation du personnel technique et l’offre de services adaptés à tous les niveaux : éducation, santé, emploi, entre autres. Les leaders d’associations locales doivent être également formés et impliqués dans tout processus d’intégration.

Dans son intervention, le secrétaire d’Etat Oriol avait fait état de la situation difficile dans laquelle évoluent les personnes handicapées : difficultés d’accès aux infrastructures physiques, à l’éducation, aux services de santé, à l’emploi. Cependant, il a mis l’accent sur les efforts consentis par l’Etat haïtien pour favoriser l’intégration sociale et économique des handicapés tels que la ratification par le parlement haïtien des Conventions des Nations unies et de l’OEA relatives aux droits des personnes handicapées, le vote de la Loi sur l’intégration des personnes handicapées par le  Parlement haïtien, l’appui financier aux élèves et étudiants à besoins spéciaux, l’accompagnement technique et financier des associations et institutions œuvrant dans le domaine du handicap.

Cette rencontre, qui s’est avérée fructueuse  a débouché sur la signature d’un protocole d’accord entre le vice-président de l’Equateur, Lenín Moreno Garcés, le secretaire d’État Gérald Oriol Jr et la Banque mondiale, avec pour objectif de combiner leurs efforts en vue d’une amélioration des conditions de vie des personnes handicapées des deux pays.

Enfin, il est important de souligner que l’Equateur s’est positionné en leader dans l’Amérique latine; en témoignent les politiques et programmes mis en œuvre, les efforts déployés, les modèles d’intégration existants, bref, les progrès accomplis en matière d’inclusion des personnes handicapées dans la vie sociale et économique. En effet, beaucoup d’efforts sont constatés au niveau de la prévention des incapacités (le dépistage se fait dès le 4e jour chez tous les nouveaux-nés ), des traitements de cas de déficience sont donnés gratuitement, l’accès aux immeubles et au transport commence à se manifester (nombreux sont les espaces ouverts au public qui sont rendus accessibles).

 

Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *