Alain Jean Pierre prend les rênes de la Confédération d’Athlétisme de la Caraïbe et de l’Amérique centrale

Le secrétaire général du Comité Olympique Haïtien et président de la Fédération Haïtienne d’Athlétisme Amateur (FHAA), Alain Jean-Pierre, a remporté haut la main les suffrages pour le poste de président de la Confédération d’Athlétisme de la Caraïbe et de l’Amérique Centrale (CACAC) lors de la dernière assemblée générale de cette instance tenue à San Salvador le 1er juillet 2012. Pour Ticket sport, il fait sommairement le point sur les chantiers qui l’attendent à la CACAC.
Enock Néré :  C’est quoi la CACAC ?
Alain Jean-Pierre : La Central American and Caribbean Athletic Confederation ou Confédération d’Athlétisme Centre Amérique et Caraïbes est pour l’Athlétisme (CACAC), l’équivalent de ce que représente la Confederation of North Central American and Caribbean Association Football (CONCACAF) pour le football. La seule différence, la CONCACAF englobe et les pays de la Caraïbe et les pays de l’Amérique du Nord et les pays de l’Amérique Centrale alors que la CACAF touche les pays de la Caraïbe et ceux de l’Amérique Centrale. En gros, la CACAC est l’autorité qui gère l’athlétisme au niveau de l’Amérique Centrale et des Caraïbes.
Enock Néré : Parlez-nous un peu du scrutin cette année ?
Alain Jean-Pierre : Nous étions trois candidats en lice. Il y avait le Bahaméen, Alphéus Finnyason, le représentant de Saint-Vincent dont le nom m’échappe en raison du fait qu’il s’était retiré en cours de route. Lors de cette assemblée génerale, il y avait 23 membres présents sur les 30 qui devraient y participer. Les 23 membres présents ont voté et j’ai obtenu 23 voix sur 23 possibles pour le poste de président de la CACAC.
Enock Néré : Quels sont les chantiers qui vous attendent ?
Alain Jean-Pierre : Le développement de l’athlétisme sur tout le grand territoire caribbéen y compris dans les zones les plus reculées pour permettre à ce que plus d’athlètes percent au niveau mondial.
La promotion et le soutien de tous les athlètes du territoire de la CACAC qui sont déjà de rang mondial et qui performent à ce niveau.
Assurer la formation en continu
Faire comprendre l’importance de l’athlétisme à tous les gouvernements de la Caraïbe pour qu’ils contribuent à son développement.
Enock Néré : Très peu d’athlètes haïtiens en provenance de notre territoire parviennent à percer même au niveau caribéen encore moins au niveau de l’Amérique puis mondial. En quoi votre élection peut-elle contribuer à gommer cette carence ?
Alain Jean-Pierre : Ce problème ne touche pas spécifiquement l’athlétisme mais tout. C’est un problème structurel à tous les niveaux, chez nous. En éducation, en culture, en sport nous réculons. Pour y remédier il faut un travail spécifique et ceci en tout.
NB : 38 membres dont le Mexique et le Venezuela font partie de la CACAF et 30 ont droit de vote lors des assemblées générales. Alain Jean-Pierre succède à Mr Victor Lopez à la présidence de cette instance après les élections tenues pendant l’Assemblée Générale le 1er juillet à San Salvador.

Enock Néré

Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *