Saut-d’Eau, entre bitume et terre battue

Les pèlerins accourus de partout pour vénérer la Vierge Miracle à Saut-d’Eau n’ont pas cheminé dans la poussière cette année. Plusieurs kilomètres de route ont été asphaltés. Les arbres et les massifs de plantes, bordant le long ruban de voie goudronnée d’habitude, sont couverts de poussière. Pour la première fois, pour une patronale, ils étaient d’un bel éclat vert.

Rodeline qui vient pour la première fois dans la commune du département du Centre, dans l’arrondissement de Mirebalais, était tout à fait étonnée de voir le visage acceuillant de Ville-Bonheur. « Ma mère m’avait dit que j’allais être couverte de poussière et que je devais porter bonnet et chapeau; je suis tout à fait surprise de la ville. Je ne l’imaginais pas verdoyante. »

Le gouvernement Martelly-Lamothe a continué le travail enclenché par l’ex-président René Préval. Le pèlerin a le choix entre la route de Titanyen en terre battue (24.5 kms de route relie Titanyen à Ville-Bonheur) et celle de Mirebalais. De toute façon, les routes sont carrossables et mènent à destination sans grande fatigue.

Les épines de Ville-Bonheur

En dépit des gros efforts consentis pour répondre aux attentes de la Vierge, les épines de Ville-Bonheur se montrent sur le chemin du pèlerinage. L’asphalte n’arrive pas encore à la route du Saut, laquelle est pentue et très inclinée. Les motocyclettes et les véhicules gravissent difficilement ce calvaire. Plusieurs visiteurs voulant se rendre à la cascade ont mordu la poussière. Avant d’atteindre la chute d’eau sortie des entrailles de Montagne-Terrible, hommes et femmes ont chuté. Un facteur qui a provoqué des heurts entre passagers et chauffeurs de taxi-moto. Assis au bord de la route, une coupure au niveau de l’arcade sourcillère, un chauffeur de moto se fait engueuler par une bonne dame couverte de poussière, les bras égratignés.

En dépit de la difficulté de ce tronçon de route, des bandes à pied l’avaient envahie, ce qui a cassé l’élan des moteurs de véhicule. Les Polaris étaient les véritables rois de la route du Saut.

Dans une maison au pied de la route menant à la cascade, l’ex-président d’Haïti, Jean-Claude Duvalier, s’attablaient avec des amis. Vodoula, une bande à pied composée uniquement de femmes, a donné un récital en faveur de Duvalier.

Le pèlerinage à Saut-d’Eau a attiré cette année le président Michel Martelly. Il a assisté à la messe à l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel. L’église était pleine comme un œuf. Aux abords de l’édifice, pèlerins et supporters du chef de l’État s’étaient massés.

Remarquons que beaucoup de personnalités politiques avaient fait le déplacement. Le sénateur du Centre, Simon Dieuseul Desras, avait pris part à la cérémonie eucharistique à côté du président de la République ; l’ex-candidat à la présidence Leslie Voltaire  était également à Saut d’Eau.

Le bain de bénédiction appelé ”bain de chance” a attiré des milliers de pèlerins sur la route. Gallons et bouteilles remplis d’eau bénite étaient transportés par les pèlerins avec foi. Aussi, quand le précieux liquide se renversait à la suite d’une maladresse d’un chauffeur de taxi-moto, celui-ci était carrément maudit par le pèlerin. Pour les catholiques et les vaudouisants, une eau qui chasse les mauvais esprits, guérit les malades, ne doit pas être renversée sur la route, aussi glissante et raide soit-elle.

Le meilleur moyen de se déplacer au cœur de cette ville devenue une véritable plaque tournante pour le tourisme religieux est la marche. Ainsi, on protège mieux sa bouteille et son gallon d’eau bénite.

Sur le long filet de bitume, un embouteillage monstre attendait les véhicules dans le grand carnaval de pèlerinage, où bandes à pied, pèlerins, mendiants, désoeuvrés, bambocheurs, marchands ambulants occupaient la chaussée. Cette année, à quelques mètres de l’entrée de la ville, un parking a été aménagé. Un repère qui ne tempère pas l’élan du chauffeur qui n’entend pas faire une bonne partie du trajet à pied ou en taxi-moto.

Claude Bernard Sérant serantclaudebernard@yahoo.fr
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *