Lamothe en Angleterre

Cette tournée a pour objectif de rencontrer des autorités politiques et sportives, notamment Élisabeth II, reine de l’Angleterre, le Prince Charles et plusieurs autres chefs de gouvernement des royaumes du Commonwealth. Au cours de son passage à Londres, le chef de la Primature s’entretiendra également  avec le ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth, le président du Comité International Olympique (CIO) et les officiels de la FIFA. Il  profitera également de son passage à Londres pour accompagner la délégation haïtienne qui participera aux Jeux olympiques (JO) de cette année.



Parallèlement, le Premier ministre Lamothe, qui avait exprimé récemment sa satisfaction face à la décision des autorités du Royaume- Uni d’établir une mission diplomatique en Haïti après plus de 40 ans d’absence officielle au pays, croit que le développement d’Haïti est également lié au renforcement de ses liens de coopération avec d’autres nations sœurs et entend en ce sens poursuivre sa lutte pour redynamiser la diplomatie haïtienne.

Cette décision de la Grande-Bretagne d’établir une mission diplomatique dans le pays s’inscrit dans le cadre d’une vaste politique visant à renforcer la diplomatie britannique à travers le monde. Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Laurent Salvador Lamothe, qui avait accueilli avec satisfaction la décision des autorités britanniques, voit en cette disposition des autorités anglaises une opportunité pour Haïti de se rapprocher davantage de ce pays à travers une coopération fructueuse au bénéfice du peuple haïtien.  Cette mesure fait suite aux démarches de rapprochement initiées par le président Michel Joseph Martelly et mises en œuvre par le chef du gouvernement dans le cadre de la nouvelle dynamique de la diplomatie d’affaires préconisé par l’actuelle équipe de la chancellerie haïtienne.

Tout a changé depuis le séisme du 12 janvier 2010. L’Angleterre a repris des relations fortes avec Haïti, car sa générosité envers les victimes a été sans précédent. Une mission d’aide humanitaire a débarqué et 20 millions de livres sterling ont été dépensés sur le terrain entre janvier et août au bénéfice du peuple haïtien.  Ce qui a changé après le séisme, c’est la perception d’Haïti par les Anglais.  

« Dans les semaines qui ont suivi le séisme, les dons des sujets de Sa Majesté ont afflué de façon considérable, et nos services gouvernementaux ont été submergés de demandes d’informations. Puis, à partir du mois d’avril, ce sont les entreprises britanniques qui ont commencé à s’intéresser à Haïti. Il y a encore aujourd’hui un très grand sentiment de solidarité avec Haïti dans tout le royaume », estime l’ambassadeur de Sa Majesté la reine d’Angleterre accrédité en Haïti, Steven Fisher.

Reçu en audience en juin 2011 par le président Michel Martelly, le diplomate du Royaume-Uni avait affirmé que le peuple britannique a une fascination pour Haïti. Notons que  les relations diplomatiques entre Haïti et l’Angleterre ont été interrompues depuis 1966 au niveau des ambassadeurs après une brouille avec le régime de François Duvalier, qui a débuté en 1962. Depuis, seul un consul honoraire représentait les intérêts de l’Angleterre sur le territoire haïtien.

Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com Dominique Domerçant sucess33@yahoo.fr
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *