Le CSPJ tente difficilement de s’en sortir

L’annulation pure et simple du vote de mardi soir a été le point brûlant et fâcheux de la rencontre, jeudi matin, entre les membres du Conseil supérieur du Pouvoir judiciaire. Cinq  membres du CSPJ exigent  la reprise du choix  des trois aspirants au Conseil électoral permanent dans la liste des douze. « Aucune décision n’a été prise. Il n’y a pas eu d’avancées non plus. L’épineuse question qui a été évoquée c’est l’annulation du choix des trois prétendants représentants du CSPJ au CEP. C’est cette question qui est sur le tapis et c’était là tout l’enjeu de notre rencontre. Cependant, on va se rencontrer à nouveau après le carnaval des Fleurs », a expliqué au Nouvelliste un membre du CSPJ sous le couvert de l’anonymat.

 Justement, les membres du CSPJ ne peuvent, désormais, faire aucune déclaration dans la presse jusqu’à nouvel ordre, a fait savoir le président de ladite institution. En mode de langue de bois, Me Anel Alexis Joseph a tout simplement dit à la presse que «  l’objet de la rencontre d’aujourd’hui, c’était de parler de la situation actuelle. On se réunit à nouveau jeudi prochain. »

 Interrogé par les journalistes sur les possibilités de revenir sur le choix des représentants au CEP, le président du CSPJ a répondu en ces termes : « C’est une possibilité. Seul Dieu ne change pas. Pourquoi vous ne parlez pas de confirmation ? Pourquoi vous voulez parler seulement d’annulation, hein… ?

 Le groupe des quatre membres du CSPJ qui ont boycotté le vote du mardi soir ont été surpris d’entendre à la radio « les artifices de leur collègue Jean Alix Civil qui tentait à sa manière de rallier l’opinion publique à sa cause et à celle du président du CSPJ.» « Me Anel Alexis Joseph n’est qu’un figurant à la tête du pouvoir judiciaire, un pantin; celui qui tire les ficelles n’est autre que Jean Alix Civil. Il représente l’exécutif. C’est lui qui a induit en erreur le président du CSPJ », a raconté au journal notre source, membre du pouvoir judiciaire.

 Selon ce membre du CSPJ, la solution de la crise  que traverse actuellement l’institution ne peut être trouvée que par l’annulation des trois noms qui seraient envoyés au palais national. « Je peux vous dire, au conditionnel, que les noms envoyés à la présidence sont: Exantus Salnave, Yves Benoît Jn Marie, Patrick R. Métellus. C’est ce que j’ai appris dans les coulisses. Maintenant, il faut revenir sur ce choix et permettre à la majorité des membres de statuer. Si ces trois noms sont confirmés à nouveau, il n’y aura aucun problème. Mais les procédures doivent être respectées », a avancé ce membre du CSPJ.

 Le porte-parole de la présidence a tenté d’expliquer que le président Michel Martelly n’avait rien à voir dans le choix des quatre membres du CSPJ. Selon Lucien Jura, ce serait une aberration de vouloir impliquer le président dans un dossier qui concerne un autre pouvoir, tout en soulignant que le chef de l’Etat n’a aucune volonté de manipuler les prochaines élections pour le  renouvellement du tiers du Sénat et des collectivités territoriales.

 Le mardi 24 juillet 2012, le CSPJ avait communiqué au public les noms des douze personnalités retenues sur la liste des 75. Selon ce qu’avait déclaré à la presse Me Néhémie Joseph, porte-parole du pouvoir judiciaire, le même jour, une enquête approfondie devrait être menée sur ces douze personnalités, avant de passer au vote pour choisir les trois personnalités qui devraient représenter le CSPJ au Conseil électoral permanent.

Paradoxalement, dans un communiqué publié très tard dans la nuit du mardi 24 juillet, le  Bureau de communication de la présidence a informé que, « par correspondance en date du 24 juillet 2012, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a soumis au chef de l’Etat, Michel Joseph Martelly, la liste des trois noms devant  le représenter au Conseil électoral permanent », sans pour autant citer de nom.

Quatre membres du CSPJ  ont dénoncé ce choix « fait à leur insu et exigent la reprise du vote. » Sur les neuf membres du CSPJ, seulement quatre ont participé au vote.

Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *