Le salami toujours en vente libre à Dajabón

L’interdiction de la commercialisation de certains produits de charcuterie dominicains communément appelés salami semble ne pas toucher tous les points frontaliers officiels. La vente de ce produit se fait en toute quiétude au marché frontalier de Dajabón qui se tient les lundi et vendredi et fréquenté majoritairement par des Haïtiens.

Installés derrière leurs tréteaux sur lesquels sont exposés différents produits, dont le salami, des commerçants haïtiens disent « ignorer totalement l’existence d’une telle décision ». « Nous ne sommes pas au courant que le gouvernement a interdit la vente du salami. Comme tout le monde, nous avions entendu la rumeur circulant sur le produit, mais rien de plus », a déclaré une Haïtienne.

Cependant, ils sont unanimes à reconnaître que « la rumeur » a fait baisser un peu la vente de salami. « J’ai presque rien vendu depuis ce matin », déplore un homme assis plus loin. D’habitude, poursuit-il, j’écoule plusieurs caisses par jour, mais aujourd’hui j’ai même pas vendu une caisse ».

De leur côté, les responsables du Bureau  de la douane de Ouanamithe affirment n’avoir reçu aucune information de leur supérieur hiérarchique faisant état d’une telle décision. Toutefois, ils indiquent qu’ils prendront toutes les dispositions nécessaires, une fois qu’ils en auront reçu l’ordre.

Le salami est l’un des produits dominicains les plus consommés en Haïti. Au cours de notre observation ce vendredi au point frontalier reliant Ouanaminthe à Dajabón, nous n’avions remarqué aucun particulier transportant visiblement du salami.

Depuis le début de la semaine en cours, plusieurs articles de journaux publiés par la presse dominicaine avaient révélé l’existence dans le salami d’éléments cancérigènes.

Joseph Mike Élizias
Credit : le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *