La Citadelle, un trésor fragile

Le président Michel Martelly s’est fâché tout rose, récemment à la citadelle. Il s’en est pris aux employés de la direction régionale de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN) qui n’entretiennent pas correctement la forteresse léguée à la nation par le roi Henri Ier.

Des arbustes en bonne santé, des murs végétalisés, un nettoyage aléatoire du plus imposant site patrimonial d’Haïti, tout à la citadelle a alimenté le courroux du chef de l’Etat. Le savon que le président a passé à l’ISPAN vous pouvez le revoir en vidéo sur le site du Nouvelliste. Une belle sortie contre l’incurie.

Tout s’est déroulé en présence du ministre de la Culture, de la ministre du Tourisme, du directeur général de l’Ispan et de la presse. Un bain sans se cacher le nombril.

Ceux qui ont une petite connaissance de la gestion de nos monuments historiques sourient encore de la scène qui se déroule au beau milieu de cette citadelle de toutes les légendes. Le président peut répéter son discours dans chacun de nos lieux chargés d’histoire et laissés à l’abandon. Ils le sont tous.

Notre histoire, nos adresses mythiques, les forts et les tombes, la mémoire de nos hommes et femmes illustres sont en déshérence. Les visiteurs réguliers et les millions de dollars investis à la citadelle par exemple n’ont pas changé grand-chose au destin de ce navire abandonné. Il erre. Trop solide pour sombrer. Mais fragile comme un esquif.

Marc Bazin avait ressuscité le Palais des 365 portes de la Petite Rivière de l’Artibonite, le temps d’en chasser les cabris pour y tenir un Conseil des ministres. Les bêtes à cornes et autres hôtes indésirables y ont depuis repris logement. Ça va, ça vient, le palais est en état de siège, s’asphyxie avec la ville en expansion.

Un tapis de plantes ou de poussière recouvre maints sites historiques. Les protège, disent ceux qui craignent encore plus les feux de l’attention ou d’une utilisation intensive maladroite.

Pour revenir aux arbustes de la citadelle, il faut les arracher avec précaution, recommande un expert.. Utiliser des désherbants spécialisés. Un arbre a des racines. Une pierre peut sauter sous les assauts d’un nettoyage inadéquat. Un éclat, un sillon, une fissure, de petites averses en ruissellement, on peut détruire la vieille dame en voulant la rendre belle.

La citadelle est chargée d’histoire et son âge en fait un joyau fragile. Très fragile.

L’ISPAN a du travail sur ses échafauds. Déjà que l’on parle de croisiéristes par centaines en visite à la citadelle d’ici quelques années avec le port de Labadie en développement.

La vocation touristique des lieux historiques devra apprendre à cohabiter avec le statut de monument historique. Belle bataille pour ce fort qui n’en a encore vue aucune depuis son érection au sommet du Bonnet à l’Evêque.

Frantz Duval
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *