La nouvelle ambassadrice américaine entre officiellement en fonction

C’est une personnalité qui avait déjà travaillé en Haïti de 1985 à 1990 non comme ambassadeur, mais au sein de l’USAID. Mme Pamela A. White, qui est arrivée en Haïti mercredi, a été reçue vendredi matin par le chef de l’Etat au palais national pour présenter ses lettres de créance.

Présentée comme une diplomate de carrière, avant son nouveau poste en Haïti, Pamela A. White, qui s’est mariée à un membre du service diplomatique des Etats-Unis, a été ambassadrice des Etats-Unis en Gambie, de 2010 à 2012. Avant de revenir au pays pour prendre ses nouvelles fonctions, le nouveau chef de la mission diplomatique américaine en Haïti avait confié qu’elle était « impatiente » de revenir travailler dans ce pays où elle a vécu pendant cinq ans.

« J’ai vécu en Haïti pendant une période qui était chaotique. Je pense que maintenant nous avons une grande chance de progresser, d’aller de l’avant avec les leaders actuels », a récemment déclaré la diplomate dans une interview accordée à la section créole de la Voix de l’Amérique (VOA).

Assurant les Haïtiens du support de son pays, la successeure de Kenneth Merten a  confié qu’elle « comptait aider les autorités haïtiennes dans l’organisation des prochaines élections et appuyer les efforts de tous les secteurs concernés dans le développement économique et social. »

Une riche expérience en Afrique

Désignée au début de l’année par le président Barack Obama en remplacement de Kenneth Merten qui était en fonction en Haïti depuis 2009, Pamela White, qui parle également le français et le créole, a été directrice générale de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), au Liberia, où, selon un document, elle eut à gérer le deuxième plus important budget que l’USAID ait alloué en Afrique, soit plus de 200 millions de dollars par année.

Outre le Liberia, son expérience en Afrique s’étend, entre autres, au Mali, au Cameroun, au Sénégal, en Afrique du Sud, en Egypte, en Ethiopie, au Burkina Faso, en Tanzanie et en Gambie. Et, pour son travail « extraordinaire » au Mali, Mme White, mère de quatre enfants, fut honorée de la plus grande distinction attribuée aux étrangers : l’Ordre national du Mali. L’une des rares étrangères à avoir reçu cet honneur. Bref, c’est au moins 35 ans d’expérience « au service » de l’Afrique !

Par ailleurs, selon une note de la présidence transmise au journal, au cours  de la cérémonie de présentation de ses lettres de créance, Mme Pamela A. White a « renouvelé » l’engagement de son pays d’accompagner le chef de l’Etat dans son travail. M. Klaus Peter Schick de la République fédérale d’Allemagne et Mme María Eugenia Barrios Alemán du Honduras, qui présentaient également leurs lettres de créance, ont pris de le même engagement.

De son côté, le Chef de l’Etat a souhaité que le travail qu’effectueront les nouveaux ambassadeurs soit « fructueux aussi bien pour leurs pays que pour le peuple haïtien ».

Valéry Daudier
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *