Le pouvoir repousse la rentrée scolaire au 1er octobre

Le Premier ministre Laurent Lamothe explique qu’en décidant de renoncer à la date du 3 septembre initialement retenue, le gouvernement répond aux préoccupations de la population en proie à de sérieux problèmes économiques

Publié le vendredi 3 août 2012

 Le Premier ministre Laurent Lamothe a annoncé vendredi, lors d’une séance de travail au Parlement, le report au 1er octobre de la rentrée des classes initialement fixée au 3 septembre à cause des difficultés économiques auxquelles fait face la population.

Intervenant en compagnie des ministres des finances, Marie Carmelle Jean-Marie, et de la planification, Josefa Gauthier, devant la commission économie, finances et budget de la Chambre des Députés, dans le cadre de l’analyse du projet de budget 2012-2013, le chef du gouvernement a estimé que cette décision rencontre les préoccupations de l’ensemble de la population et donnera aux parents de meilleures possibilités d’envoyer leurs enfants à l’école.

« Nous avons repoussé la rentrée scolaire de trois semaines afin de permettre à la population de se préparer », a déclaré Lamothe en promettant la création, dans les prochains jours, de plusieurs dizaines de milliers d’emplois à travers des travaux à haute intensité de main-d’œuvre qu’auront à entreprendre les ministères des travaux publics, de l’agriculture et le service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS).

Pour sa part, dans un communiqué, le ministère de l’éducation nationale souligne que la décision de différer le début de l’année académique 2012-2013 a été prise « suite à de nombreuses demandes formulées auprès du gouvernement ».

Un nouveau calendrier scolaire a été élaboré et il est demandé aux agents éducatifs de prendre les dispositions nécessaires au respect de la nouvelle date du 1er octobre.

Les différents acteurs du monde de l’éducation, notamment les directeurs d’écoles et les syndicats d’enseignants, n’avaient pas encore réagi vendredi à cette décision du gouvernement Martelly/Lamothe qui risque d’être lourde de conséquences. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *