Me Anel Alexis Joseph campe sur ses positions

Me Anel Alexis Joseph campe sur ses positions. D’un revers de main, il rejette la demande de quatre autres membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire de revenir sur le choix des noms et reprendre le processus avec la liste des 12. « Les trois noms ont été bien choisis », a soutenu lundi  le président du CSPJ sur les ondes de Radio Caraïbes. Encore une fois, le président de la Cour de cassation a défendu sa position. Le 24 juillet dernier,  il y avait eu un vote et quatre membres du CSPJ avaient décidé de partir pendant le processus. C’est pourquoi, il les considère comme s’étant abstenus.

 Selon Me Joseph, il y a des contestations sur les trois noms envoyés au chef de l’Etat, parce que les contestataires ont des intérêts.  « Ils ont eu des candidats, c’est pourquoi ils sont si acides contre moi. Ils voulaient boycotter le vote. Je n’ai pas été le seul à choisir les trois noms », a-t-il dit. Il a nommément cité Me Alix Civil, Me Thiers Malette et Me Jean Etienne Mercier qui ont voté avec lui. De ce vote sont issus les noms de Exantus Salnave, Yves Benoît Jn Marie et Patrick R. Métellus. Tous considérés comme des proches de Michel Martelly.

 Cependant le président du CSPJ dit ne voir aucun inconvénient à rencontrer les protestataires, mercredi, pour continuer à discuter sur le problème, même si sa position est pratiquement déjà arrêtée.

 Dans une correspondance en date du 2 août 2012 adressée à Me Anel Alexis Joseph, quatre membres du CSPJ lui ont clairement demandé de revenir sur les trois noms et reprendre le processus. Maîtres  Max Elibert, Pharaon Gustave, Dilia Lemaire, Néhémie Joseph, signataires de ladite correspondance, ont fait savoir  à l’opinion publique que les trois noms envoyés au président Martelly ont été choisis unilatéralement par le président du CSJP.

 « Aussi lesdits signataires vous demandent-ils, Monsieur le Président, d’une part, de rétracter les trois noms que vous avez déjà communiqués à la Présidence, pour avoir été choisis en marge de la loi régissant la matière, et d’autre part, de reprendre le processus en vue d’arriver à la désignation de trois noms dans liste des douze présélectionnés », ont-ils exigé.

 Pour eux, l’action du président du CSPJ viole la loi portant création du pouvoir judiciaire. « L’article 13 de la loi créant le CSPJ fixe à cinq au moins de ses membres le quorum pour toute délibération dudit Conseil. Cependant, pour le cas précis, vous n’étiez que quatre dans la salle de réunion et l’un de vous s’est abstenu de signer le procès-verbal dressé en la circonstance», ont-ils écrit.

 Après deux rencontres qui se sont soldées par des échecs, les membres du CSPJ prévoient de poursuivre avec les discussions ce mercredi.

Robenson Geffrard
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *