Reconstruction : concilier la rigueur avec la rapidité

« Reconstruire vite et bien », c’est le défi que le gouvernement Lamothe entend relever avec le lancement, ce lundi, d’un nouveau programme de formation en passation de marchés pour les fonctionnaires publics. Rêvant d’une Haïti émergente d’ici 2030, le Premier ministre dit mettre beaucoup d’espoir dans ces ateliers de formation organisés par la Commission nationale de marchés publics (CNMP).

200 cadres issus de 19 ministères et de 49 services déconcentrés de l’Etat participeront, à partir du 7 août, à un nouveau programme de formation en passation des marchés publics. Il s’agira essentiellement des membres des commissions ministérielles des marchés publics, des commissions spécialisées des marchés publics et des responsables des municipalités de Port-au-Prince et de sa périphérie.

Selon le responsable de cette formation, Yvon Oreste, cette initiative, la deuxième du genre prise par la CNMP, vise non seulement à accroître l’efficacité des dépenses publiques, mais aussi à créer la confiance chez les fournisseurs de biens et de services. Contribuer au développement des entreprises nationales participant aux appels d’offres représente aussi l’une des finalités de ce programme de 18 semaines, financé par le Trésor public.

 « Lentes », « complexes »… les procédures de passation des marchés publics ont été, ces derniers jours, accusées de tous les maux. Cependant, le véritable problème est tout autre, selon Hulzer Adolphe, coordonnateur de la CNMP. « C’est plutôt la maîtrise de ces mécanismes par les cadres de l’Etat qui fait défaut », a-t-il avancé.

« Nous voulons former une masse critique de fonctionnaires en passation de marchés », a souligné le numéro un de la CNMP à la cérémonie d’ouverture de ces ateliers. Cette expertise est rare dans le pays ». Avec un effectif de 200 participants pour la première série, ce programme de formation cible 1 500 fonctionnaires publics.

Pour Laurent Lamothe, outiller ces cadres des techniques de passation des marchés publics relève de l’urgence.  D’autant plus que « ces procédures sont aujourd’hui au cœur de la reconstruction nationale ». Pour concrétiser ses promesses d’investissements et d’emplois, le Premier ministre veut « du sérieux et de la rapidité dans le traitement des appels d’offres ».

A cet effet, la ministre des Finances, Marie Carmelle Jean-Marie, a invité les participants à cette formation non seulement à maîtriser les normes mais aussi à les mettre en application sans états d’âme.  La vigilance face aux tentatives de corruption et une gestion proactive des dépenses publiques sont aussi encouragées par la ministre.  

 La passation des marchés publics est soumise, en effet, aux principes du libre accès à la commande publique, de l’égalité de traitement des candidats, de la transparence des procédures, du respect de l’éthique et de l’efficacité des dépenses publiques.

Partenaire du gouvernement dans ce programme, la Banque mondiale participe aux activités de réforme du Système national de marchés publics. Les marchés publics sont régis dans le pays par la loi du 10 juin 2009 fixant les règles générales relatives aux marchés publics et aux conventions de concession d’ouvrages de service public.

 Carl-Henry CADET aloccarlo@hotmail.com

Credit : le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *