Gabrielle Hyacinthe intronisée en « patronne » du CEP

Passée de la mairie de Port-au-Prince à la directrice générale de l’institution, elle est en charge du conseil électoral permanent, a répété le ministre de la justice, Jean Renel Sanon, lors de la cérémonie d’installation qui concernait également un directeur général adjoint, Mosler Georges

Publié le mercredi 8 août 2012

 Gabrielle Hyacinthe, nommée depuis plusieurs semaines directrice général du conseil électoral pendait qu’elle dirigeait l’administration communale de Port-au-Prince, s’est posée mardi comme la « grande patronne » de la future institution électorale permanente assistée d’un adjoint, lors d’une cérémonie d’installation qualifiée d’historique par le ministre de la justice qui la présidait.

Dans son allocution de circonstance, Me Jean Renel Sanon a insisté sur le fait que Mme Hyacinthe était la responsable du premier Conseil Electoral Permanent de l’histoire du pays et estimé que la décision du Président Michel Martelly de lui confier une fonction aussi élevée constituait une grande première. Soulignant la volonté du chef de l’Etat de favoriser l’établissement de l’état de droit et la nécessité pour la nouvelle directrice générale de l’organisme électoral de travailler dans la transparence et l’honnêteté, le ministre en a profité pour remercier le prédécesseur de Gabrielle Hyacinthe, Pierre-Louis Opont, pour le bon travail accompli.

De son côté, l’ancienne responsable de la mairie de Port-au-Prince s’est montrée reconnaissante envers le Président Martelly et le Premier ministre Laurent Lamothe pour la confiance placée en elle et a d’emblée marqué son territoire. « J’administrerai cette grande institution d’une main ferme dans le respect scrupuleux des règles administratives et des normes démocratiques », a indiqué Mme Hyacinthe qui s’est toutefois engagée à travailler de façon harmonieuse avec les conseillers électoraux.

Elle a aussi mis l’accent sur la mise en place d’une machine électorale crédible et non partisane capable d’inspirer confiance à tous les secteurs et de tenir des élections libres et transparentes dans le souci premier de renforcer les institutions démocratiques.

Nommé directeur général adjoint, Mosler Georges, un cadre de l’ancien CEP de Gaillot Dorsinvil, a fait des promesses similaires, lors de cette cérémonie d’installation qui s’est déroulée notamment en présence du directeur sortant, Pierre-Louis Opont, et du délégué de l’ouest, Gonzague Edner Day.

Dans la classe politique, des leaders s’interrogent sur les intentions du régime de Michel Martelly qui, dans une stratégie préventive, a placé une directrice générale au CEP alors que la nature même du prochain organisme électoral est encore loin de faire l’unanimité. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *