Le secteur protestant prend le président Martelly au mot

Trois mois après les déclarations faites par le président de la République, Michel Joseph Martelly, au cours desquelles il avait dit remettre « Haïti à Jésus de Nazareth », plusieurs représentants d’organisations du secteur protestant se sont réunis ce jeudi pour prendre le chef de l’État au mot en faisant du 6 mai une date historique. Ils ont réclamé du premier citoyen de la nation cette date en vue de doter le pays d’une journée nationale de prière et de commémoration.

La conférence qui s’est tenue sur le thème « La date du 6 mai : journée nationale de prière et de commémoration» était assurée par le révérend Joël Pierre, pasteur de l’église Union Baptiste de Nazon et membre du comité de pilotage de ce mouvement qui vise à mettre le pays sur une nouvelle route.  Cette rencontre survient  trois mois après les déclarations faites par le président Martelly en marge d’une croisade évangélique organisée par le maire de Delmas, Wilson Jeudy, du 29 avril au 6 mai 2012, au palais municipal de Delmas.

Prenant la parole pour situer l’événement, le pasteur Sylvain Exantus – président de la Fédération protestante d’Haïti – a qualifié cette déclaration du chef de l’État de libération historique, spirituelle de la République d’Haïti après 208 ans d’indépendance et cet acte déclaratif de résultat de la prière des chrétiens depuis 8 années.

«  Avec cette déclaration du premier citoyen de la nation, Haïti a déjà pris une autre direction. C’est déjà une autre page d’histoire qui s’ouvre pour le pays. Elle peut servir d’instrument pour changer la mentalité des Haïtiens »,  a déclaré le pasteur Exantus, en présence du  directeur de Radio Shalom, Jacques Maurice, du psalmiste Anite Pierre, du pasteur Odile Pascale, du représentant de la mairie de Delmas, Saby Kettny, pour ne citer que ceux-là.

En s’appuyant sur la force du secteur protestant en Haïti,  le pasteur Chavannes Jeunes  a pour sa part affirmé qu’un pays qui est sous l’influence de Jésus peut déboucher sur une nouvelle société afin d’obtenir sa libération. «  Nous félicitons le président de la République  pour  ce grand engagement pris au nom du pays. Nous devons demander à Dieu de libérer la route, car nous voulons à tout prix prendre de l’envol pour donner du sang neuf au pays », a ajouté l’ex-candidat à la présidence, qui a soutenu que cette démarche vise à conduire le pays vers un nouveau modèle de gouvernance et de leadership afin qu’il puisse se développer selon le vœu du président de la République.

De son côté, le pasteur Joël Pierre  a fait savoir que la déclaration du président Michel Joseph Martelly le 6 mai dernier a été prise très au sérieux par le secteur protestant en Haïti. D’après lui, pour célébrer cette date, tous les membres du secteur doivent s’unir davantage pour mener une campagne d’évangélisation afin de parvenir à la délivrance d’Haïti.

« Nous sommes engagés  dans  une grande lutte visant à mettre un terme au règne des ténèbres, celui des démons, et la fin du calvaire d’Haïti. Ainsi, nous allons continuer à promouvoir notre sauveur Jésus-Christ, et aussi œuvrer d’arrache-pied pour l’adoption de la date du 6 mai comme la journée nationale de prière et de célébration, à travers laquelle nous partagerons cette idée avec les expatriés, créerons un calendrier pour nous permettre de construire un momentum national sur la déclaration du président et organiserons des prières dans différentes villes du  pays pour que nous soyons préparés à recevoir Jésus de Nazareth. »

Abondant dans le même sens, le maire Wilson Jeudy a souligné que cette initiative avait pour objectif d’apporter une réponse aux différents problèmes auxquels le pays fait face ces derniers temps. «  Cette initiative de ces leaders chrétiens face à une telle déclaration du président de la République prouve encore une fois qu’une ère de renouveau s’ouvre pour Haïti », a estimé l’édile de Delmas.

Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *