Haïti, un fardeau pour la FIFA

Claude Gilles Twitter: ClaudeGilles

Souvent à la remorque des sélections haïtiennes de football, Sepp Blatter, président de la FIFA, en a marre des demandes incessantes d’Haïti. Un tacle dans le dos pour la demi-île qui n’a pas de budget pour ses sélections.

Haïti est le seul pays qui sollicite l’aide financière de la FIFA pour faciliter les voyages à l’étranger de ses différentes sélections, s’est plaint le président de la Fédération internationale de football amateur (FIFA), Sepp Blatter auprès du Premier ministre haïtien, Laurent Lamothe, lors d’une récente visite à Londres. « J’ai été indigné », a avoué le chef du gouvernement lors du cinquième Conseil de gouvernement tenu dans la soirée du 8 août au Complexe administratif des Cayes.  

Ereinté après plusieurs heures d’échanges lors de cette réunion, l’ex-tennisman professionnel devenu Premier ministre a trouvé de l’énergie pour passer des instructions à Jean Roosvelt René, son ministre des Sports. « Que des dispositions soient prises pour que les athlètes haïtiens voyagent désormais dans de bonnes conditions », a exigé Laurent Lamothe au cours du Conseil de gouvernement retransmis en direct par la Télévision nationale relayée par des diverses autres chaînes et sur Internet. Le Premier ministre a ainsi ordonné l’arrêt immédiat de la mendicité internationale dont dépendent les équipes haïtiennes, particulièrement les sélections nationales de football.

Président de la Fédération haïtienne de football (FHF), Yves « Dadou » Jean-Bart ne considère pas comme un tacle dans le dos, les propos du patron de la FIFA au Premier Lamothe. « Je suis très content de l’intervention du Premier ministre au dernier Conseil de gouvernement, a réagi Jean-Bart dans un entretien téléphonique au journal. Je souhaite tout simplement que le gouvernement passe aux actes. » L’Etat haïtien, a ajouté le président de la FHF, n’a pas de budget pour les sélections nationales et les associations. « Les fédérations se retrouvent souvent en situation de solliciter l’aide de certaines structures internationales dont la FIFA », a concédé Yves Jean-Bart.

Rien qu’en 2008, la FHF s’est tournée vers la FIFA en trois ou quatre occasions pour faciliter la participation de sélections haïtiennes à des compétitions internationales. Le pire est arrivé au football haïtien en 2010, l’année du séisme qui a fait plusieurs milliers de morts dans le pays dont un coach et détruit diverses installations sportives. Les joueurs de la sélections des moins de 20 ans, s’est désolé M. Jean-Bart, ont récemment consenti un trajet de quelque 5 heures en autobus pour transiter vers la République dominicaine avant d’atteindre Porto-Rico en avion pour disputer la première phase des éliminatoires de la prochaine coupe du monde de cette catégorie. Une participation payante pour l’équipe haïtienne terminée première de leur groupe.     

« Les complaintes de Blatter au Premier ministre haïtien ne sont pas quelque chose d’improvisé. La FIFA connait bien la situation d’Haïti », a expliqué M. Jean-Bart. C’est nous, a-t-il précisé, qui avons arrangé la rencontre du Premier ministre et du président de la FIFA, tous deux présents pour assister à l’ouverture des jeux olympiques à Londres. « Les athlètes haïtiens sont trop pauvres », a lancé Yves Jean-Bart qui réclame une assistance économique de l’Etat pour ces derniers comme cela se fait dans d’autres pays.

Les problèmes du football haïtien ne se limitent pas au seul besoin de billets d’avion pour ses sélections. La FIFA devra s’entretenir aussi avec chef de gouvernement haïtien sur l’académie montée au Ranch de la Croix-des-Bouquets par l’Etat haïtien. « La fédération n’a pas le contrôle des joueurs formés. Certains jouent en sélection nationale sans faire partie d’un club. Ils n’ont pas de licence », se lamente le président de la Fédération haïtienne de football.

Le projet de construction d’un stade olympique aux Cayes a, par ailleurs, été discuté au cinquième Conseil de gouvernement sous le leadership de Laurent Lamothe. Un problème foncier, selon le ministre des Sports, serait à la base du retard enregistré pour le lancement des travaux. Ce problème est en passe d’être résolu, a expliqué le ministre René qui répondait à certaines questions du chef du gouvernement. Ce dernier devra recevoir au début de la semaine prochaine à la Primature le titulaire des Sports avec le projet assorti d’un agenda en vue de la réalisation exécution du stade olympique annoncée à la population des Cayes.     

Claude Gilles Twitter: ClaudeGilles
Credit : le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *