Lamothe installé dans ses fonctions de ministre de la Planification

 Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com
L’ex-ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Laurent Salvador Lamothe, l’actuel Premier ministre, a pris, le lundi 13 août, les commandes du ministère de la Planification et de la Coopération externe au cours d’une courte cérémonie.

Laurent Salvador Lamothe, ancien ministre des Affaires étrangères, remplace  à ce poste  Joséfa Gauthier, qui a été nommée ministre des Affaires sociales et du Travail à la suite du surprenant remaniement ministériel effectué dans la soirée du lundi 6 août 2012.  Après avoir pris les commandes de ce ministère, le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe a dit être déjà au travail.

Dans son discours, le chef de la Primature et titulaire du ministère de la Planification a affirmé qu’il entend œuvrer pour bien accomplir la mission de ce ministère, laquelle consiste à élaborer des plans nationaux de développement économique et social et à améliorer les systèmes de planification devant permettre l’utilisation optimale des ressources disponibles pour un développement économique et social équilibré.

Conscient du défi qui l’attend et des nombreuses attentes de la population, le Premier ministre Lamothe s’est engagé à apporter les résultats dans les meilleurs délais pour le renforcement dudit ministère.  « Nous allons travailler comme un vieux diable pour donner des résultats au plus vite. La Primature est chargée de la coordination, la Planification est responsable de la mise en œuvre.  Après une visite des lieux et un premier contact avec le personnel du ministère de la Planification et de la Coopération externe, nous constatons que l’équipe a une bonne maîtrise des dossiers de l’institution», a-t-il fait remarquer.

Toutefois, ce dernier a promis qu’il va mettre sur pied rapidement le cadre de coordination de la coopération externe et une cellule qui pourra faire respecter les priorités établies. S’adressant à sa nouvelle équipe, Laurent Salvador Lamothe a clairement fait savoir qu’il n’a pas d’heure pour travailler. L’important, c’est d’obtenir des résultats rapides en fonction des objectifs fixés.

En outre,  il rappelle à ses collaborateurs que le mandat pour travailler est court et il est impérieux de laisser les traces d’un travail bien fait à la hauteur des exigences du gouvernement Martelly-Lamothe, lequel veut à tout prix travailler au progrès et à la prospérité d’Haïti.

Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *