Au revoir Andrésol, Aurélus aux commandes

Après environ six ans à la tête de la police nationale, Mario Andrésol cède sa place samedi à Godson Aurélus. C’est le choix du président de la République en attendant la ratification ou non par le Sénat de l’actuel directeur central de la police judiciaire (DCPJ) comme directeur général.

Un long parcours dans la police nationale. 15 ans de carrière dans une institution vielle de 17 ans. Godson Aurélus connait très bien le métier de policier. Au cours du conseil des ministres tenu mercredi dernier, le chef de l’Etat l’avait officiellement nommé directeur général a.i de la PNH en attendant sa ratification par le Sénat. Le mandat de Mario Andrésol étant arrivé à terme, M. Aurélus prend la direction de l’institution policière.

Arrivé à la PNH en 1997 avec le grade de commissaire, Godson Aurélus a été muté et promis à plusieurs postes importants. Il a travaillé tour à tour à l’inspection générale, à la direction générale, a été responsable des départements du Sud, du Sud-est, de l’Artibonite et du Nord. En juin 2011, après le départ du commissaire divisionnaire Frantz Thermilus à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), M. Aurélus a occupé ce poste jusqu’à  vendredi.

Malgré son long parcours et ses expériences au sein de l’institution policière, le successeur de Mario Andrésol n’est pas trop connu. « Je ne peux rien dire sur lui pour le moment. Nous ne disposons pas trop d’informations sur Godson Aurélus », a laconiquement lâché au Nouvelliste, un responsable d’une organisation de défense des droits humains.

C’est pratiquement la même réponse de la part de plusieurs personnalités interrogées par le journal. « Je ne le connais pas.  Je n’ai jamais travaillé avec lui », a lancé le colonel Himmler Rébu joint au téléphone depuis l’étranger. Même des parlementaires ne disposent pas trop d’informations sur le nouveau chef a.i de la PNH qui détient, entre autres, une licence en administration et en sciences comptables.

Né en 1968 aux Gonaïves, Godson Aurélus prend officiellement les reines de la PNH samedi en attendant sa ratification par le Sénat. En annonçant la nomination du nouveau directeur général a.i de la police nationale le 15 août en cours, le président Michel Martelly a formulé le vœu de voir Mario Andrésol rester toujours au service du pays.

Les relations entre le directeur général sortant de la PNH et le président Martelly s’étaient considérablement  dégradées au cours des mois de février et mars. Les autorités avaient même demandé à M. Andrésol de démissionner. Ce que ce dernier avait catégoriquement refusé.

Cependant, les deux hommes se sont beaucoup rapprochés ces derniers mois. Martelly et Andrésol se sont rendus en Equateur en juillet dernier pour solliciter le soutien de Rafael Corea Delgado  dans la formation d’une force armée en Haïti.

Pendant les deux mandats de six ans de Mario Andrésol à la tête de l’institution policière, des organisations de défense des droits humains ont reconnu que la PNH n’était pas politisée. Ces organisations disent espérer que Godson Aurélus suivra les traces de son prédécesseur.

Robenson Geffrard
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *