La rivière Momance, un danger croissant

 Nathalie Verné
Un mort, des têtes de bétail emportées et d’importantes cultures ravagées, la population de Gressier est pétrifiée à la suite du passage de la tempête tropicale Isaac le week-end écoulé. La population et les autorités locales redoutent la disette et s’inquiètent face au danger croissant que représente la rivière Momance pour la population avoisinante en cas d’intempéries ou d’averses.

Ce 27 août, tout est calme, le soleil brille dans un ciel clair et Isaac semble être loin de nous. A plusieurs endroits de la commune de Gressier, les activités reprennent leur cours et la population entame des travaux d’assainissement, nettoyant maisons et canaux. A Fayette, les riverains regagnent timidement leurs demeures abandonnées pendant le week-end, se réjouissant que la mobilisation des autorités et la collaboration de la population aient réduit considérablement les pertes en vies humaines. Pourtant, la stupéfaction de la population de cette agglomération de près de 5 000 habitants est bien visible face à l’élargissement spectaculaire de la rivière Momance.

Des terres arables ont été balayées par la rivière en crue, coupant l’accès à Fayette au niveau de Kabois et détruisant des plantations. «Nos cultures ont été emportées et nos maisons inondées», explique Adolphe Hérosiate, un habitant de Fayette. «D’importantes plantations ont été détruites, des têtes de bétail emportées par les eaux en furie», continue-t-il. Adolphe Hérosiaste dit craindre que la famine ne s’abatte sur la population à la suite des pertes des denrées et en profite pour solliciter l’intervention des autorités concernées pour le drainage de la rivière.  

La coordonnatrice de la Protection civile à la commune de Gressier, Dolce Marie Pauline Fortuné, informe qu’un jeune homme a été tué, des cultures importantes ont été détruites.

Le danger que représente la rivière Momance-l’un des plus grands cours d’eau du département de l’Ouest traversant les communes de Gressier et de Léogâne- pour les populations de Fayette, de Jeanjean, de Guirand et de Kabois, date de plusieurs années, expliquent le député de la commune de Gressier, Jean Ronald Oscar, et l’ancien maire adjoint, Jean Michelet Paul. Ils expriment leur préoccupation quant à l’avenir de cette localité. «La rivière prend de l’espace à chaque intempérie et risque de détruire la localité si rien n’est fait», estime Jean Michelet Paul. Des maisons et établissements scolaires on été emportés par la Momance lors de précédentes catastrophes naturelles.

Des tentatives ont été entreprises par les autorités locales en vue de drainer la rivière, notamment en 2008 et 2009 à la suite du passage des cyclones Ike et Ana. Les interventions se sont révélées insuffisantes.

Les responsables persistent à croire que le déboisement des collines et les rivières non drainées sont les principales causes des inondations en temps de pluie ou de cyclone. Ils estiment que des travaux de drainage sont indispensables parallèlement à une vaste campagne de reboisement pour des résultats durables et que des décisions doivent être prises au plus vite. Le député promet de poursuivre ses démarches auprès du gouvernement jusqu’à la réalisation de ces travaux.  «Le travail sera très coûteux, mais il est indispensable, si on veut sauver des vies et des biens», affirme M. Oscar.

Nathalie Verné
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *