Spectacle inédit de deux hommes d’Etat

Jean Pharès Jérôme
L’ancien sénateur Joseph Lambert et le président de la Chambre des députés, Levaillant Louis-Jeune, ont offert mardi un spectacle inédit sur les ondes de radio Vision 2000. Si le sénateur Lambert n’a aucun regret de ce qui s’est passé, le député Levaillant, quant à lui, trouve l’appui du directoire de la plateforme Inite qui admet cependant la légèreté du président de la Chambre des députés.

« Levaillant Louis-Jeune avait reçu 15 000 dollars américains du président Michel Martelly », a lâché tout de go le conseiller spécial du président Michel Martelly, Joseph Lambert, sur l’insistance du journaliste Marie-Lucie Bonhomme. « J’ai reçu 10 000 dollars américains du président Martelly en guise de subvention pour la fête patronale de Desdunes », a rétorqué le député Levaillant-Louis Jeune. Le duel entre les deux anciens collègues à la plateforme Inite se faisait au téléphone pour les délices des auditeurs.

Selon Joseph Lambert, l’actuel coordonnateur de la plateforme Inite s’était engagé, lors d’une rencontre au Palais national, à nommer trois représentants provisoires du Parlement au Conseil électoral permanent en vue de débloquer la situation. « Comment le député Levaillant Louis-Jeune peut-il vouloir maintenant se faire passer pour le grand défenseur de la Constitution amendée ? », s’est interrogé l’ancien président du Sénat jurant qu’il était présent à la rencontre. Une personnalité étrangère, dont il s’est gardé de révéler l’identité, ainsi qu’un autre conseiller du président Martelly y assistaient aussi, selon Lambert.

« Le député Levaillant avait aussi demandé de l’argent au président Martelly », a ajouté Joseph Lambert qui se mettait dans la peau d’un témoin à charge dans un procès pour acculer Levaillant Louis-Jeune. Voulant montrer qu’il n’a omis aucun détail de la conversation inédite entre le président Martelly et celui que tout le monde pensait être son ennemi acharné, Joseph Lambert a aussi souligné que le député de Desdunes était même allé jusqu’à demander au Président de la République de lui emprunter son véhicule.

« Rien des déclarations du sénateur Lambert n’est vrai », a répondu le président de la Chambre basse qui voulait expliquer avec un luxe de détails ce qui s’était passé à la rencontre dont parlait Joseph Lambert. « Deux jours avant la fête patronale de Desdunes, le président Martelly m’avait fait appeler pour me dire si je n’avais pas des projets en souffrance, a-t-il indiqué. J’avais finalement reçu 6000 $ US du président Martelly pour payer Djakout Mizik qui devait performer aux festivités pour la somme de 6 500 dollars. En plus, le président Martelly s’était engagé à couvrir les frais de déplacement de Ti Micky à Desdunes. »

Joseph Lambert a pris le contre-pied des informations fournies par Levaillant Louis-Jeune au sujet de l’argent reçu du Palais national. Il s’est cependant montré réticent à avancer de chiffre. « Le député Levaillant avait reçu 15 000 dollars et il avait signé », a finalement lancé Joseph Lambert pour prouver qu’il dit la vérité. « J’avais reçu 10 000 dollars du président Martelly en guise de subvention pour la fête patronale de ma circonscription », a rétorqué Levaillant Louis-Jeune jurant qu’il n’avait jamais soutenu le contraire.  Ajoutant : « Je n’étais pas allé chercher de l’argent à la fondation Rose et Blanc. C’était une subvention de l’Etat haïtien. »

 

Sans regret

Les graves accusations du sénateur Joseph Lambert contre le député Levaillant est une réponse aux propos désobligeants que ce dernier avait proférés à son encontre sur les ondes de la même station. « Je pourrais jamais être un allié du sénateur Lambert, avait indiqué le député de Desdunes la veille. Ce serait déshonoré ma famille et mes amis. »

Il n’y a pas de doute que de tels propos n’ont pas plu au conseiller spécial du président Martelly. « La déclaration du député Levaillant Louis-Jeune est indigne d’un président de la Chambre des députés et a porté atteinte à ma personnalité et à ma dignité surtout pour un caméléon de son genre », a précisé le fils du Sud-est à ceux qui estiment que sa réponse est indigne d’un homme d’Etat.

Comme un héros cornélien, Joseph Lambert assume ses propos et semble être prêt à les prononcer à nouveau si la situation se présente. « Mon père m’a toujours dit si un jour tu ne peux plus exprimer ton point de vue ou le fond de ta pensée pour préserver un quelconque intérêt, tu es moralement et politique mort », a-t-il répondu à un journaliste de Le Nouvelliste pour prouver qu’il n’a aucun regret.

Inité soutient son coordonnateur

« La coordination de l’INITE tient à exprimer sa profonde indignation face aux attaques perfides, du mardi 4 septembre 2012, via les ondes médiatiques, d’un conseiller du pPrésident de la République Michel MARTELLY, contre son coordonnateur national Levaillant Louis JEUNE », a précisé la coordination de la plateforme Inite dans une note de presse. Ajoutant : « Il ne fait pour nous aucun doute que de telles agressions venant de l’ex-senateur Joseph Lambert, pour ne pas le nommer, n’auraient pu se produire sans la permission, l’autorisation, la demande ou l’ordre du Chef de l’Etat lui-même. »

« Tout en reconnaissant l’intégrité de notre coordonnateur national, nous admettons qu’il s’est comporté avec légèreté, qu’il a manqué de vigilance, qu’il a baissé sa garde face aux requins, aux mangeurs d’hommes de ce pouvoir », a conclu la note portant la signature des personnalités suivantes : Dr Molière Jean Joseph ;  Dr Beauge Laurent ; Denis Paul ; Gué Jean ; Jacinthe Sorel ; Dr Henry Ariel ; Germain Gérald ; Dumont Anthony et Saincy Dieudonne

Jean Pharès Jérôme
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *