« Pour Jacmel, je peux faire n’importe quoi »

Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
Le sénateur Edwin Zenny n’a pas voulu admettre clairement qu’il avait craché sur le juge de paix, Bob Simonis. En revanche, le parlementaire a déclaré qu’il peut tout faire pour chasser les corrompus de la commune de Jacmel, sa ville natale. Les deux hommes se sont affrontés verbalement, samedi dernier à Jacmel, lors d’une émission radiophonique.

« Dire que j’ai craché sur lui, je dirai non. Mais il y avait eu des altercations et des échanges de propos entre nous. En discutant, tout était possible. Je vous le dis sans mentir, pour Jacmel, je peux faire n’importe quoi », a déclaré le sénateur Edwin Zenny, lundi matin, sur Radio Magik 9. Le parlementaire a reconnu qu’il est en conflit direct le juge de paix Bob Simonis. La cause : la libération de quatre individus arrêtés par la police pour vole dans la zone de Cap Lamandou.

Selon le sénateur du Sud-Est, les présumés voleurs avaient en leur possession un téléviseur, un groupe électrogène, du matériel électronique et 15 000 dollars américains. « Le juge les ont libérés quand même », a-t-il dénoncé. « Je suis révolté face aux agissements de corruption du juge dans la ville de Jacmel. Edwin Zenny a fait savoir qu’il a déjà attiré l’attention des autorités compétentes sur les actions de Bob Simonis. Mais elles n’ont rien fait. »

« Je vois que nous avons affaire avec des lâches. Des gens qui ne peuvent pas assumer leurs actions », a rétorqué le juge de paix Bob Simonis, sur la même station de radio. « Il n’avait même pas été invité à l’émission. Le sénateur a dû supplier les responsables de la radio de lui accorder cinq minutes d’antenne. Une fois en studio, il n’arrêtait pas de m’injurier et de me traiter de voleur, de corrompu. Je lui ai rappelé qu’il est un sénateur et qu’il doit se ressaisir », a expliqué le juge.

Les échanges devenaient si virulents entre les deux hommes à un point tel que le sénateur Zenny a voulu frapper le juge si le personnel de la radio ne s’y était opposé, a souligné Edzer Pierre, l’animateur de l’émission d’actualité sur la Radio Bellevue internationale à Jacmel, le lieu de l’altercation.

« Retenu par plusieurs personnes, le sénateur a lancé un crachat qui est tombé sur mon visage et sur celui de Me Lucien Pierre, le coordonnateur de Mouvement chrétien pour une nouvelle Haïti ( MOCRHENHA ) qui participait aussi à l’émission », a précisé le juge Simonis.

Ce que le journaliste Edzer Pierre a confirmé sur Radio Magik 9. Selon lui, il y a eu des échanges de propos peu orthodoxes entre les deux hommes, mais c’est le sénateur Zenny qui avait donné l’assaut. A son émission ce jour là, il était question de faire le point sur la libération par le juge de quatre individus arrêtés par la police en flagrant délit de vol.

Interrogé sur la libération de ces quatre individus, le juge Simonis a souligné que ces derniers n’avaient en leur possession que deux sacs de charbon et une couverture usagée, contrairement à la déclaration du sénateur Zenny qui faisait mention de téléviseur, d’un groupe électrogène, du matériel électronique et de 15 000 dollars américains.

Selon le juge, il n’y avait que deux sacs de charbon et une couverture usagée. « Rien d’autres comme corps du délit », a-t-il souligné. Ce sont des policiers qui les ont amenés avec ces choses, a souligné Bob Simonis. « Je n’ai pas le droit de demander à la police s’il y avait d’autres choses comme corps du délit », a-t-il avancé.

Bob Simonis a annoncé qu’il va intenter contre le sénateur Zenny une action en justice pour diffamation et pour avoir craché sur son visage.

Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *