Lamothe préfère-t-il « Ti manman cheri » au Parlement ?

Le Premier ministre Laurent Lamothe n’a pas répondu pour la deuxième fois consécutive à une convocation de la Chambre des députés qui entend l’interroger sur la situation socio-économique globale du pays et l’enveloppe de 10 millions de gourdes allouée à chacune des communes du pays pour des projets de développement.

« Le Premier ministre regrette profondément de ne pouvoir répondre à cette convocation à la date indiquée, compte tenu d’engagements antérieurement souscrits », s’est excusé le directeur du cabinet du Premier ministre, Dimitri Nau, dans une correspondance adressée au président de la Chambre des députés. Le chef du gouvernement apprécierait, selon la correspondance datée du 12 septembre 2012, que le rendez-vous soit reporté.

Dans la matinée de ce vendredi – jour de la convocation différée – Laurent Lamothe s’était rendu à Carrefour-Feuilles, pour présenter officiellement le programme « Ti Manman cheri » à la population de ce quartier populeux de Port-au-Prince. La veille, plusieurs dizaines de personnes avaient manifesté devant le bureau du Premier ministre pour dénoncer la hausse du coût de la vie et le chômage qui sévit dans le pays. Les manifestants ont jugé sans effet les divers programmes gouvernementaux,  notamment « Aba grangou », « Katye pa m poze » et « Ti Manman cheri ».

Ce vendredi, le chef du gouvernement s’est également entretenu avec Ivan Simonovic, secrétaire général adjoint aux droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies. Le renforcement de la capacité de la police nationale, la réforme de la justice haïtienne ont été les principaux points discutés entre le chef de la Primature et le secrétaire général adjoint aux droits de l’homme de l’ONU.

La convocation du Premier ministre à la Chambre basse, fixée préalablement au 6 septembre 2012, a été reportée à la demande de M. Lamothe. Ce qui n’étonne pas Patrick Joseph, un des députés convocateurs. Le représentant de la circonscription de Marmelade/Saint-Michel de l’Attalaye met ce nouveau report sur le compte d’une retraite organisée sur la Côte des Arcadins par certains de ses collègues pro-Martelly. « Le Premier ministre est, plus intéressé à la retraite qu’aux problèmes cruciaux auquels le pays est confronté, notamment la hausse du coût de la vie et l’insécurité », a expliqué le député Joseph.

Vice-président du bloc Parlementaire pour le renforcement institutionnel (PRI), Patrick Joseph entend utiliser de nouvelles stratégies pour forcer le Premier ministre à répondre à la convocation formulée par une vingtaine de ses collègues. Ce n’est pas Sadrac Dieudonné, président du PRI, qui dira le contraire. « Aucune raison valable n’a été évoquée dans la lettre du chef du cabinet du Premier ministre que nous avons reçue très tard dans la journée du jeudi 13 septembre », s’est indigné l’élu des Gonaïves. Au début de la semaine prochaine, dit-il, le chef du gouvernement recevra une nouvelle invitation. La Chambre étant en vacances, a nuancé le député Dieudonné, nous ne pouvons pas interpeller le Premier ministre. Chose certaine, a-t-il juré, « nous utiliserons tous les moyens que la Constitution met à notre disposition pour forcer le chef du gouvernement à répondre aux questions des parlementaires. »

Yvince Hilaire et Claude Gilles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *