Le Premier ministre boude une convocation des Députés

Le chef du gouvernement, qui devait fournir des explications sur le fonds de dix millions de gourdes destiné aux communes et les graves problèmes économiques et sociaux de la population, prouve qu’il n’a « aucun respect » pour le Parlement, a estimé le Député Sadrac Dieudonné, président du nouveau bloc parlementaire PRI, à la base de la convocation.

Publié le vendredi 14 septembre 2012

 Pour la deuxième fois en quelques jours, le Premier ministre Laurent Lamothe n’a pas répondu vendredi à la convocation d’un groupe de Députés qui voulait l’interroger sur l’indisponibilité des dix millions de gourdes que devait recevoir chacune des 140 communes au cours de l’exercice fiscal 2011-2012.

Les discussions devaient également porter sur la situation économique et sociale très inquiétante de la grande majorité de la population.

Dans une correspondance, Lamothe a, sans proposer une autre date, fait savoir aux élus que son emploi du temps l’empêchait de se présenter au Parlement.

Le Député Sadrac Dieudonné, président du bloc baptisé Parlementaires pour le renforcement institutionnel (PRI) à l’origine de la convocation, affirme que la décision du chef de la Primature d’ignorer les attributions du Parlement démontre qu’il n’a « aucun respect » pour l’institution.

Faisant valoir le contrôle que doit exercer le pouvoir législatif sur l’action gouvernementale, le représentant des Gonaïves (Artibonite, nord) -loin de céder au découragement- a indiqué que M. Lamothe continuera à faire l’objet de convocations jusqu’à ce qu’il se décide à fournir des explications sur ce que fait le gouvernement à la tête du pays.

Les prix des produits de consommation courante ont considérablement augmenté en Haïti depuis le carnaval des fleurs auquel le régime du Président Michel Martelly avait consacré, en juillet dernier, 65 millions de gourdes, note enfin Sadrac Dieudonné.

Les Députés restent sans nouvelles du processus de décaissement des fonds alloués aux communes qui n’est toujours pas effectif à la veille de la fin, le 30 septembre prochain, de l’actuel exercice fiscal. spp/Radio Kiskeya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *