Norgaisse, septième commissaire en seize mois

Un vrai sac d’embrouilles au parquet de Port-au-Prince, symbole de l’instabilité. Sept commissaires du gouvernement en mois de deux ans, trois nominations en moins de vingt-quatre heures. Gérald Norgaisse sera finalement le vrai successeur de Jean-Renel Sénatus, terreur du phénomène « zo kiki » (délinquance juvénile), révoqué sans ménagement.

Annoncé comme le septième des commissaires du gouvernement qui se sont succédé à la tête du parquet de Port-au-Prince, en moins vingt-quatre heures, Me Jean-Claude Dabrésil ne sera ni nommé ni installé, en raison de son indisponibilité. Le gouvernement a jeté finalement son dévolu sur Gérald Norgaisse, a confirmé le secrétaire d’Etat à la Communication, Joseph Guyler C. Delva. « Jusque-là substitut commissaire au parquet de Port-au-Prince, Me Norgaisse sera installé ce samedi », a confié le secrétaire d’Etat dans un entretien téléphonique avec Le Nouvelliste.

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Jean Renel Sanon, en pleine guerre par médias interposés, revient désormais sur le choix de Elco Saint-Armand dont l’installation à la va-vite a réveillé de vieux démons – qui remontent à 2001. A l’époque substitut commissaire, il a été démis de ses fonctions par le ministre de la Justice d’alors, Garry Lissage, pour corruption présumée. « Ces rumeurs ont joué un rôle dans la décision de remplacer Me Saint-Armand au lendemain de son installation », a encore confié Guyler C. Delva au cours de l’entretien accordé au journal. Même si Elco Saint-Armand, a nuancé le secrétaire d’Etat, n’a pas été condamné par un tribunal administratif ou de droit pénal.

Nommé et installé à la cloche de bois, Elco Saint-Armand, jusqu’à la mi-journée, tenait encore à son fauteuil de commissaire du gouvernement de Port-au-Prince en dépit des vieux démons réveillés par ses détracteurs. « Je ne suis pas révoqué jusqu’à la présente minute. Je suis resté attaché à la politique pénale du gouvernement », a lancé celui qui a établi son propre record à la tête du parquet de la capitale. Moins de vint-quatre heures comme commissaire du gouvernement.

C’est le deuxième coup manqué du gouvernement de Laurent Lamothe souvent pressé de trouver des remplaçants. Le ministère des Affaires sociales, le mois dernier, a été contraint de revenir lui aussi sur une installation suscitant des remous à la direction de la Caisse d’assistance sociale.

Si le gouvernement maintient son dernier choix, Gérald Norgaisse, originaire des Gonaïves, deviendra le septième commissaire du gouvernement en mois de deux ans de la présidence de Michel Martelly.

C.G
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *