Ils ont réveillé le maestro Nemours Jean-Baptiste

 Nemours Jean-Baptiste  sombrait déjà dans l’oubli. Cette nouvelle génération d’Haïtiens ne connaît pas le père du « Compas direct » ou du moins, elle en a entendu parler de façon sporadique  au cours de certaines  émissions « retro » . Très peu de signes manifestes ont aidé à conserver les souvenirs de ce grand chef d’orchestre qui a marqué son époque . Les jeunes animateurs de musique populaire en parlent  très peu , parce que, sans doute, ils ne disposent pas d’informations . Les pouvoirs publics n’ont pas fait assez d’efforts pour hisser Nemours Jean-Baptiste au tableau d’honneur .

               Il paraît pourtant que tout espoir n’est pas perdu pour la sauvegarde du patrimoine et de la culture nationale . Richard Devil a frappé fort sur la table en annonçant une conférence-débat sur Nemours Jean-Baptiste à l’auberge de la Radio télévision nationale d’Haïti le dimanche 23 septembre 2012 à 4h p.m. C’est une initiative très louable qui mérite d’être encouragée . C’est un geste de grandeur et de revalorisation fait à l’égard d’un des plus grands musiciens du siècle passé.

« Et Cetera marketing» et la RTNH ont fait de leur mieux pour arracher  le maestro de son profond sommeil en confiant la tâche  à des panélistes dont la réputation n’est plus à faire pour enseigner la leçon « Nemours Jean-Baptiste » aux apprenants qui ont fait le  déplacement. Nous apprécions à sa juste valeur l’effort qui a été fait ; cependant certaines corrections sont nécessaires pour parler d’un homme aussi important, nous parlons du maestro Nemours Jean-Baptiste.

Influences  de Nemours Jean-Baptiste sur l’économie du pays

Pour répondre à une invitation de l’orchestre  Nemours Jean-Baptiste à Cabane Choucoune à Pétion-Ville, il fallait faire beaucoup d’efforts, chacun des efforts produits par le mélomane  alimente un secteur d’activités. Nous n’allons pas les énumérer tous, mais nous pouvons prendre quelques exemples juste pour soutenir notre argumentation:-on envoie son costume chez le nettoyeur,-on s’assure que la voiture est en bon état de fonctionnement avec de l’essence,-on paie les billets d’entrée; puis on consomme et on donne des pourboires pour le service, pour la surveillance de la voiture. Chacun de ces gestes va dans des secteurs spécifiques. Peut-être qu’on ne prend pas assez de temps pour réfléchir sur la question.

           Une soirée dansante comme activité principale crée autour d’elle des activités  secondaires génératrices de revenus. Tout le monde vibre. Plus il y a des gens à faire le même mouvement, plus cela renforce et stabilise les secteurs. Lorsque cela se produit avec une certaine fréquence, l’argent change de main facilement et rapidement, il y a une grande circulation monétaire qui rend tout le monde joyeux.

              L’activité principale est la soirée dansante qui est la variable indépendante ou la proposition principale. On ne peut  pas avoir de propositions subordonnées sans proposition principale. Celui qui multiplie ces activités est un agent économique important. On parle très souvent du musicien  lorsqu’on se réfère au maestro, mais on néglige trop souvent l’aspect économique de la soirée dansante.

       Un homme qui a fait circuler tant d’argent, créé autant d’ouvertures et stabilisé tant de secteurs, ne trouve pas d’institutions de renom pour sponsoriser une conférence-débat  donnée  en son nom. On oublie vite. On oublie trop vite. Ne rêvez pas. Nous parlons de Nemours Jean-Baptiste.

             Nous disons un grand merci à la Croix-Rouge haïtienne, une institution qui n’a tiré aucun bénéfice direct de l’orchestre Nemours Jean-Baptiste, de nous avoir permis de vivre ce moment mémorable en l’honneur du maestro. M.  Devil a travaillé avec les moyens du bord. Nous avons vu le pamphlet, Nemours mérite mieux que cela ! M. Devil, ne vous arrêtez pas en si bon chemin, c’est sûr que vous aurez toujours le soutien de ces intervenants qui l’ont connu de même que l’appui du DG de la RTNH, persévérez, la victoire n’appartient  qu’à ceux qui luttent.

        L’organisation du panel

Les panélistes sont des instructeurs, c’est-à-dire des gens qui détiennent l’information et qui sont décidés de la communiquer. Le maestro étant un personnage à plusieurs casquettes , il faudrait:

 1)- un panel aussi diversifié que le maestro lui-même;

2)- donner plus de temps aux panélistes pour qu’ils  développent leurs moyens;

3)- parler autant du citoyen Nemours Jean-Baptiste que du maestro;

4)- Pour un sujet aussi important, un dimanche 4 h de l’après-midi ne représente ni l’heure, ni le moment idéal pour une invitation de cette envergure;

5)- présenter le maestro en images avec son équipe, en pleine répétition et  sur scène;

6)- tourner la musique de l’orchestre pendant les temps morts;

7)- respecter les invités en commençant à l’heure;

8)- inviter les médias à couvrir la conférence et la considérer comme un évènement culturel sans précédent ;

9)-présenter des propositions concrètes pour faire connaître le maestro de toutes les générations d’Haïtiens;

10)- décorer la salle avec les couleurs de l’orchestre;

11)- parler surtout de la vie du maestro après sa retraite;

12)- exposer tout ce qu’on trouve sur la vie de l’orchestre et sur l’homme avant la conférence ;

13)- pour parler d’un agent économique  aussi influent, il faut des sponsors importants pour  vendre l’image de l’institution et le produit Nemours Jean-Baptiste.

Les intervenants ont promis de donner une suite favorable à cette grande première . Sponsors, à vous de jouer !

 islamlouisetienne@yahoo.fr

Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *