Jean Renel Sénatus s’explique devant le Sénat

L’ex -commissaire du gouvernement Jean Renel  Sénatus, a répondu ce mercredi à l’invitation de la commission Justice du Sénat. Il s’est expliqué sur les accusations portées contre Jean Renel  Sanon et  Josué Pierre Louis, respectivement ministre de la Justice et président du Conseil électoral des six contesté.

« Soucieux de ma dignité, je ne pouvais pas accepter que le ministre salisse mon image sur les ondes, après avoir été utile à mon pays », a indiqué l’ancien chef du parquet de Port-au-Prince. Jean Renel Sénatus a critiqué le manque d’élégance de l’actuel ministre de tutelle de la justice dans cette affaire. « J’ai été démis de mes fonctions alors que je n’ai jamais reçu ma lettre de révocation », a-t-il dénoncé. C’est par la voix des ondes, explique-t-il, qu’il a  appris qu’il n’est plus commissaire.

Fier de son passage à la tête du parquet, Jean-Renel Sénatus a déjà repris ses activités dans son cabinet d’avocats.« Je suis un avocat de profession. Je ne m’attache  à aucun poste. Mes clients peuvent désormais me consulter », a affirmé Me Sénatus tout en énumérant ses différentes réalisations  à la tête du parquet en 9 mois. 

Credit: le Nouvelliste

Les motifs évoqués par le ministre de la Justice pour justifier la révocation de l’ex-commissaire ne tiennent pas. Il n’y a pas lieu, a-t-il dit, de parler  d’insubordination.  ” Si je suis insubordonné, a-t-il poursuivi,  pour n’avoir pas voulu exécuter des ordres manifestement illégaux émanant de mon ministre de tutelle, je suis d’accord ! “, a ironisé Me Sénatus. « Je n’ai, a dit l’homme de loi, que la loi comme boussole.»

En moins de trois mois, le ministre de la Justice m’a contraint d’exécuter 17 ordres manifestement illégaux, dont l’arrestation de Me Mario Joseph, Newton Saint-Juste et André Michel. « Je n’ai pas exécuté ces ordres. Car j’estimais qu’il n’y a pas de provisions légales.»

C’est, a-t-il révélé Josué Pierre-Louis en personne qui l’a appelé pour lui demander de procéder à l’arrestation de Newton Saint-Juste et André Michel pour outrage à la magistrature. Ces derniers ont  intenté une action en justice contre la famille présidentielle. «   Au lieu d’agir ainsi, je préférerais remettre ma démission », phrase, dit-il, lancée en réaction à Me Pierre-Louis. « Voilà, honorables sénateurs, les causes de ma révocation », a sèchement lâché Me Jean Renel Sénatus.

En ce qui a trait à la franchise sollicitée de la ministre des Finances pour acheter une voiture, Jean Renel Sénatus  a apporté des précisions.«  J’avais seulement demandé une franchise pour dédouaner un véhicule que j’ai acheté avec mes propres fonds. Ce que la ministre avait refusé ». Toutefois, Me Sénatus croit que, pour avoir rendu d’énormes services à l’État, il pouvait bénéficier d’un tel support.

Contrairement aux rumeurs, la fameuse liste des 36—d’ailleurs soumise à la commission— ne concerne que des inconnus. Me Sénatus pense que le ministre voulait le piéger par méchanceté en lui demandant de faire ce que la loi a clairement interdit.

Yvince HILAIRE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *