Guyler C. Delva Sec d’état Communication de Martelly-Lamothe est menacé de poursuite judiciaire pour non-paiement de Loyers

MENACE DE POURSUITE POUR NON PAIEMENT DES LOYERS

Le secrétaire d’État aux Communications n’a pas l’air de se soucier de son image de marque, ni de respecter la fonction qu’il occupe car, par négligence ou par simple souci d’afficher son autorité, il refuse de payer ses loyers. C’est l’accusation qu’a portée contre lui la propriétaire de la résidence qu’il occupe, maison située sur la Route de Frères, dans les hauteurs de Pétion-Ville.

En effet, Mme Chérubin a déclaré avoir eu recours à tous les moyens pour porter le secrétaire d’État aux Communications à payer la valeur d’USD 9000,00 $, soit l’accumulation de neuf mois de loyers impayés qu’il a tenu mordicus à ne pas payer.

S’efforçant de collecter les loyers dus, Mme Chérubin affirme avoir échangé plus d’une douzaine de courriels avec l’intéressé, qui a pris l’attitude que la propriétaire l’importunait en cherchant à toucher son argent. C’est pourquoi, fait-elle remarquer, ayant finalement décidé de porter plainte pour le secrétaire d’État, elle a confié le dossier à un avocat.

La propriétaire a précisé qu’elle avait soutenu une correspondance de manière régulière avec son locataire récalcitrant, depuis le mois d’avril, quand M. Delva devait seulement un seul mois de loyer. Mais il a continué àfaire la sourde oreille aux demandes répétées de la propriétaire, jusqu’à cette date, sans manifester la moindre volonté de payer sa dette. Au fait, Mme Chérubin a fait savoir qu’elle a fini par comprendre que les promesses de Guy Delva n’ont aucune valeur. Car, dit-elle, le secrétaire d’État lui avait promis plus de six fois qu’il allait expédier les loyers, mais elle a fini par comprendre que le secrétaire d’État à la Communication n’est pas un me de parole.

De guerre lasse, Mme Chérubin affirme avoir porté plainte auprès de la primature, souhaitant que ce membre du gouvernement Martelly-Lamothe finisse par entendre la voie de la raison. Mais surtout qu’il comprendra qu’il a la responsabilité de faire respecter la fonction qu’il occupe.
La propriétaire a souligné en outre qu’elle est bien disposée à aller jusqu’au bout pour collecter cette dette. Car, dit-elle, elle n’a aucune intention de laisser Guyler Delva en paix tant qu’elle n’aura pas touché jusqu’au dernier centime que lui doit l’intéressé.

D’aucuns diraient que l’incapacité de payer du secrétaire d’État Delva se justifie par la sévère crise financière à laquelle se trouve confronté le gouvernement Martelly-Lamothe. La réponse à une telle explication invite aussi à évoquer la mauvaise foi affichée continuellement par M. Delva, qui se donne l’air d’ignorer les réclamations de la propriétaire de la maison où il loge sa famille. De plus, des gens proches du pouvoir en place ont émis l’opinion selon laquelle les fonctionnaires tels que Guyler C.Delva ne subissent les rigueurs de cette crise financière. Car ils touchent régulièrement leurs émoluments. Ils en veulent pour preuve le fait que Michel Martelly n’abandonne pas ses plans de voyage à cause des difficultés économiques. D’ailleurs, cela ne l’oblige nullement à réduire le nombre de personnes qui l’accompagne dans ses visites de plaisance effectuées sous prétexte de faire la propagande pour Haïti et d’attirer les investissements étrangers.

Le secrétaire d’État à la Communications n’a pu réagir par rapport aux accusations portées contre lui par Mme Chérubin. Car plusieurs appels dirigés à ses téléphones n’ont pas eu de réponse.

Haiti-Observateur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *