Aurélus, installé veut rassurer la population

En poste depuis le mois d’août, le nouveau directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), M. Godson Aurélus, qui a pu se faire une idée assez précise de la PNH, a été officiellement installé ce jeudi dans ses fonctions. A 44 ans, il remplace Mario Andrésol comme patron des policiers.

Beaucoup d’effervescence et de monde jeudi matin à  l’Académie nationale de police (route de Frères), à la cérémonie officielle d’entrée en fonction du nouveau directeur général de la PNH, Godson Aurélus, successeur de Mario Andrésol. Dans l’enceinte de l’Académie, tous les services étaient réunis, diverses personnalités étaient présentes: policiers en tenue, personnels administratifs, le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Jean Renel Sanon, des autorités civiles et religieuses, des personnalités du corps diplomatique ainsi que des représentants de la communauté internationale.

Bref, toutes les unités de la police étaient réunies pour assister à cette cérémonie en présence également du président de la République, Michel Joseph Martelly, qui a mis l’accent sur le devoir impératif de la PNH  de préserver et de sauvegarder la vie et les biens de chaque citoyen. Il a voulu montrer aussi  l’importance qu’il accorde à la prestigieuse institution policière.

Dans son intervention,  le président Martelly a salué les efforts consentis par l’ex-directeur général de la PNH pour renforcer l’institution policière, a demandé au nouveau commandant en chef d’aller de l’avant, de parfaire ce qui a été construit, lit-on dans un communiqué de la présidence. Le chef de l’Etat a promis, de son côté, de s’évertuer à réduire les carences qui, à certains moments, gênent l’intervention efficace du corps. En contrepartie, il s’attend à ce que la PNH se crée plus de crédibilité, de prestige et de considération au sein de la société; que  le banditisme, sous toutes ses formes, soit jugulé et que les familles ne soient plus endeuillées par des actes criminels. Le chef de l’État souhaite qu’on s’établisse à nouveau dans un pays autrefois réputé pour sa douceur de vivre, la paix des cœurs et des esprits qui permettaient aux uns et aux autres de vaquer sereinement à leurs activités.

Toujours selon ce même communiqué, l’occasion a été également pour le premier citoyen de la nation de rappeler à tous que la responsabilité de la PNH est complexe et multiforme. De la qualité des prestations qu’elle fournit dans le cadre de sa mission dépend, dans une large mesure, l’évolution harmonieuse de notre vie sociale. Il a clairement indiqué que le bien public, le respect des gens et de leurs avoirs constituent les seules boussoles appelées à guider la trajectoire de ce corps.  « La Police nationale d’Haïti constitue l’un des piliers à partir desquels s’édifiera le développement d’Haïti», a déclaré le chef de l’État.

Faisant de l’Etat de droit l’une de ses principales priorités dans le cadre de sa vision politique en « 5 E »,  le président Martellly a souligné que la PNH est le protecteur immédiat de la vie et des biens de nos concitoyens qu’elle a pour devoir impératif de préserver et de sauvegarder.

«  Cette institution est le bras armé de l’appareil judiciaire et exerce sa force coercitive pour que les décisions  prises par nos tribunaux  soient respectées et mises à exécution. Sans la PNH, le pouvoir de l’exécutif de faire exécuter les lois et les décisions de justice ne serait que de vains mots », a-t-il ajouté.

 Prenant la parole à son tour, le nouveau directeur général de la PNH, Godson Aurélus a annoncé la réforme qualitative au sein du personnel policier, indiquant que l’institution sera dotée bientôt d’un plan de carrière. Evacuer la frustration du personnel et permettre à la PNH de jouer pleinement son rôle d’accompagner la population sont ses deux principaux objectifs. A cet effet, il a annoncé la mise en œuvre d’un plan multidimensionnel.

 « Combattre la criminalité sous toutes ses formes, ramener la quiétude et la sérénité dans nos villes, privilégier le véritable travail de proximité, continuer à rétablir la confiance entre le citoyen et la police et redonner à la police ses véritables valeurs qui lui permettront de mener à bien ses différentes missions, tels sont désormais nos seuls mots d’ordre», a préconisé  le nouveau patron de la PNH.

Dans le contexte, le commandant en chef s’engage à sévir avec fermeté contre tous les comportements dérogatoires, et a assuré la population de sa détermination à livrer une lutte sans merci contre les kidnappeurs et les trafiquants de stupéfiants. Il en a profité pour dresser le bilan des opérations menées par la PNH en novembre dernier. Il a précisé que sur environ 1 600 cas d’infractions, la PNH a procédé à 1 708 arrestations, dont 511 pour atteinte à l’intégrité physique, 44 pour assassinat, 479 pour vols et attaques à main armée, 140 pour atteinte aux bonnes mœurs, 17 pour crime financier. Au cours de cette période, 615 mandats de justice ont été exécutés.

 Nommé par le président Michel Martelly en août pour remplacer Mario Andrésol, Godson Aurélus, ex-directeur de la police judiciaire, a été approuvé par le Sénat depuis au moins trois mois, mais il n’a jamais été installé officiellement par le gouvernement. Toutefois, M. Aurélus avait pris ses fonctions à la tête de la police nationale depuis le 20 août, avait alors annoncé la direction de communication de la PNH. 24 heures avant son installation officielle, il a répondu aux questions d’une commission sénatoriale sur la remontée de l’insécurité dans le pays à l’approche des fêtes de fin d’année. Il a annoncé des mesures pour réduire les actes criminels dans la région métropolitaine.

À l’issue de cette installation officielle, le chef de l’État a souhaité beaucoup de réussite au nouveau directeur général « dans la lutte contre le banditisme ». Il l’a invité à garder et à entretenir le dynamisme des policiers haïtiens.

Amos Cincir
Credit: le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *