Hommage à de vieux routiers de la basoche

Le barreau de Port-au-Prince a honoré, le samedi 15 décembre 2012, 17 avocats qui ont au moins 50 ans de vie professionnelle. Noce d’or. Les derniers honneurs de jubilé de ce genre remontent à 1927. A cette époque-là, c’était pour honorer Me Edmond de Lespinasse, Me François Luxembourg Cauvin et Me Auguste Bonamy, sous le leadership du bâtonnier Sténio Vincent, ancien président de la République.

Samedi soir, hôtel Montana. 19h. Soirée spéciale pour rendre hommage à des avocats qui ont de longues années de carrière. De très longues années. Des personnalités qui ont au moins un demi-siècle de vie professionnelle. Le décor est planté. Les jubilaires sont présents et les invités commencent à arriver. Le protocole est plus ou moins respecté. La plupart des hommes portent veste noire au revers de satin, pantalon liseré satin, chemise chambre et nœud papillon noir. Le Tuxedo. Les dames en tenue de soirée.

Autour d’une table excentrée de la salle, l’ancien président provisoire de la République, Me Boniface Alexandre, accompagné de son épouse, discute avec Me Gérard Gourgue qui s’est fait également accompagner de sa moitié. A leurs côtés, des anciens ministres, des anciens directeurs généraux, des professeurs de droit…de vieux routiers de la basoche. Rires, accolades…l’ambiance est conviviale. Certains sont heureux de retrouver des amis, des anciens camarades qu’ils n’ont pas vus depuis belle lurette. Entre-temps, la salle continue de se remplir. C’est l’heure de commencer. L’occasion pour le jeune barreau de Port-au-Prince d’adresser ses sentiments de respect à l’endroit des jubilaires considérés comme des modèles.

Sur le visage du bâtonnier de Port-au-Prince, Me Carlos Hercule, le signe de fierté se lit pour avoir pensé à organiser une telle cérémonie. Peu d’avocats, en dépit de longues années de carrière exemplaire et des dispositions de loi régissant l’exercice de la profession d’avocat, ont été honorés, déplore le bâtonnier. Les noces d’or d’un avocat, fait-il remarquer, n’ont donné lieu dans la chronique du barreau de Port-au-Prince qu’à trois cérémonies : les jubilés de Me Edmond de Lespinasse, de Me François Luxembourg Cauvin et de Me Auguste Bonamy, organisés en 1927 par le bâtonnier Sténio Vincent. 85 ans après, le Barreau de Port-au-Prince, sous le leadership de Me Carlos Hercule, a décidé de rééditer l’expérience.

« C’est une opportunité ultime pour refaire l’histoire en présentant aux générations montantes ces 17 éminentes personnalités, modèles de compétence, de professionnalisme, d’engagement et d’attachement à la profession d’avocat », explique Me Carlos Hercule.

Les jubilaires sont pour la plupart octogénaires. Ancien ministre de la Justice en 1986 et auteur de plusieurs ouvrages de droit, Me François Latortue est né le 24 octobre 1918 aux Gonaïves. Il est avocat depuis 1939.

De son côté, Me Louis Vilvert Célestin a vu le jour le 8 janvier 1919 à Ganthier.  Il a commencé à exercer la profession d’avocat en 1937. Me Célestin, qui détient un doctorat en droit à l’Université de Paris I,  a été maire de la commune de Ganthier pendant plus de 25 ans. Il a été également directeur général du ministère de l’Economie et des Finances en 1957.

Un autre natif de Ganthier : Me Boniface Alexandre, né le 15 mars 1936. Il est avocat au barreau de Port-au-Prince depuis 1962 et a été président de la Cour de cassation de 2001 à 2004. Ex-président provisoire de la République, de février 2004 à mai 2006, Me Boniface Alexandre a été professeur de droit civil, de procédure civile et de voies d’exécution.

Me Gérard Gourgue est né le 1er décembre 1925 à Port-au-Prince. Il a prêté serment comme avocat le 8 décembre 1948. Professeur de droit pénal à la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE) pendant plus de six ans. et ancien candidat à la présidence aux élections du 29 mars 1987. Félicitant le bâtonnier de Port-au-Prince pour avoir pris une telle initiative, Me Gourgue, qui s’est fait le porte-parole de tous les jubilaires, n’a pas manqué d’amuser l’assistance par son humour.

Les 17 jubilaires étaient tous des hommes. La raison : il n’y a pas encore de femmes avocates qui ont plus de 50 ans de vie professionnelle. Cela n’a  rien enlevé pour autant à la beauté de cette soirée  animée par le groupe musical haïtien Ju Kan, un groupe approprié pour une telle occasion. Les jubilaires étaient pour la plupart accompagnés de leurs épouses.

Valéry Daudier vdaudier@lenouvelliste.com
Les autres jubilaires : Me Alcan Dorméus, originaire de Petite-Rivière de l’Artibonite. Il fut professeur en République démocratique du Congo de 1965 à 1969 sous l’égide de l’Unesco. Me Georges Moïse, né le 29 février 1936 aux Gonaïves. Inscrit au barreau de Port-au-Prince en 1957. Professeur en Afrique pendant 13 ans. Juge à la Cour de cassation jusqu’en 1994. Ministre de l’Intérieur. Me Lionel A. Sajous, natif des Gonaïves, né le 11 septembre 1934. Conseiller juridique à l’Assemblée nationale de la République du Tchad de 1964 à 1972. Me Thiers Malette. Professeur au Zaïre pendant plus de 10 ans. Commissaire du gouvernement près la Cour de cassation de la République. Me Anthony Viel, jérémien, né en 1935. Avocat depuis 1961. Professeur de français et de latin au de Jérémie et à Port-au-Prince pendant plus de 20 ans. Me Arnold Hérard, né le 29 septembre 1925 à Port-au-Prince. Doctorat Paris IV, Sorbonne. Chef de cabinet de l’ancien président de la République Daniel Fignolé. Me Pierre C. Labissière. Il est également un ancien ministre de la Justice. Licencié en droit depuis 1946. Me Michel D. Donatien, licencié en droit le 17 juillet 1951, né le 5 janvier 1926 à Petite-Rivière de l’Artibonite. Ancien bâtonnier a.i de Port-au-Prince en 2001. Me Robert Augustin, né le 29 avril 1930 à Anse-Rouge. Licencié en droit en 1955. Ancien bâtonnier des Gonaïves ; ancien commissaire du gouvernement ; ancien juge à la cour d’appel des Gonaïves ; ex-directeur de l’Ecole de la magistrature en 1998. Me André Chalmers, né le 8 novembre 1928 à Port-au-Prince. Ancien bâtonnier de Port-au-Prince, ancien président de la Fédération haïtienne de football. Me Fabre Bretous a vu le jour le 8 décembre 1921 à Jacmel. Membre du barreau de Port-au-Prince depuis 1958. Me Myrbel Jean-Baptiste, né le 28 septembre 1933 à Marchand-Dessalines. Il s’est fait inscrire au barreau de Saint-Marc en 1956. Il a été substitut du commissaire du gouvernement et commissaire du gouvernement près la Cour de cassation de la République. Me Karl B. Couba, né le 15 mars 1936. Membre du barreau depuis 1962.
Credit: Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *