Zatrap pap pran liy

Très appréciée depuis sa sortie le 13 janvier dernier, « Pran liy », la méringue carnavalesque 2013 de Zatrap garde une place de choix dans tous les classements. Le jeune groupe, qui est à sa deuxième participation au carnaval, semble avoir trouvé la formule gagnante. Et jusqu’à présent les autres méringues n’ont eu qu’à prendre la ligne… derrière Zatrap, bien sûr !

« Après le séisme, on a constaté qu’il fallait toujours faire la queue pour obtenir un service, que ce soit à la banque ou dans n’importe quelle autre institution, ou encore pour recevoir les « aides ». C’est de là qu’est venue l’inspiration de notre méringue, explique Paskal, membre du groupe Zatrap. « Mais l’idée va encore plus loin, ajoute le jeune rappeur. Il ne s’agit pas seulement de se mettre en ligne. Le concept inclut aussi l’ordre, la discipline et le respect des principes. Peu importe ce que l’on fait, il faut respecter les principes établis pour réussir. Et ce, à tous les niveaux, que ce soit dans sa vie ou dans le cadre beaucoup plus large de l’administration publique. »
L’idée de « Pran liy » est donc vieille de trois ans ! A l’époque, les messieurs de Zatrap n’ont encore ni texte, ni beat. Ils s’y s’ont pourtant accrochés. Rentrés en studio tout de suite après la sortie de « Zatrapela », leur premier album, ils ont soumis à l’appréciation du public « Pran liy », une agréable méringue qui nourrit les attentes créées par « Marenn ak parenn ». Le texte, relativement engagé, résulte d’un atelier d’écriture réalisé au sein du groupe et dirigé par Paskal. « Mais les idées viennent de tout le monde, et le produit final porte les empreintes de chacun de nous », insiste ce dernier.
Bien que le texte de « Pran liy » soit très apprécié, on reproche toutefois aux musiciens de Zatrap d’avoir pratiquement utilisé le beat de la méringue 2012 du groupe. Paskal tente de défendre ses confrères : « Il ne s’agit pas d’un remaniement. En fait on a voulu rester fidèle à notre philosophie, ‘’Eksperyans granmoun marye ak jèvrin lajenès’’. Car il ne s’agit pas seulement d’inviter des seniors, comme Ti Coca, à participer sur nos musiques. Il est surtout question de mixer le rap avec d’autres rythmes traditionnels tels que le twoubadou, le rara et le rasin. C’est ce qu’on a fait sur « Kwaze le 8 », « Marenn ak parenn », puis sur « Pran liy ». On a donc gardé les mêmes instruments de base. Mais je peux vous assurer qu’il serait fort difficile de chanter « Marenn ak parenn » sur le beat de « Pran Liy ». Les gens n’arrivent peut-être pas à faire la différence facilement, mais celle-ci est bel et bien réelle. »
Pour ce qui est de la vidéo, les fans devront encore attendre. Voulant rester fidèles à la lignée instaurée par leurs précédentes vidéos, les poulains de Patrick Amazan disent avoir longuement réfléchi sur le concept de ce nouveau clip dont ils devraient commencer le tournage ce week-end.
Entre-temps, malgré le feedback très positif du public, les félicitations reçues de toutes parts et les spéculations de certains médias, Zatrap ne figure pas sur la liste des groupes qui prendront éventuellement part au défilé carnavalesque. Paskal, parlant encore au nom du groupe, dit ne ressentir aucun type de regret particulier vu l’impact de la méringue sur le public en général. « Notre message est passé, Notre principal objectif est par conséquent atteint. Toutefois, ‘’pè pa manje balèn’’, rappelle-t-il, souhaitant que leur travail soit finalement récompensé.
La liste dévoilant les groupes devant prendre part au défilé carnavalesque les 10, 11 et 12 février prochain n’ayant toujours pas de statut officiel, Zatrap espère encore en faire partie sans trop y croire pourtant. « C’est une expérience que nous sommes prêts à faire », plaide Paskal. « Je comprends qu’on ne nous fasse pas encore confiance, mais me faut-il rappeler que tous les actuels ténors ont bien dû faire leurs premiers pas eux aussi », ajoute le jeune rappeur qui dit aussi espérer que les décideurs sauront eux aussi prendre la ligne.
Outre sa belle méringue, le groupe Zatrap, on le rappelle, jouit encore des retombées de son premier album Zatrapela sorti à la fin de l’année 2012. Bien sûr, le nombre de disques vendus n’est pas particulièrement élevé. Mais certains des titres qui y figurent sont assez populaires. Il n’y a pas de doute, le nouveau style exploité par ces jeunes rappeurs a fait mouche.

Daphney Valsaint Malandre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *