Wisline Dolcé meilleure joueuse de l’année

Cinq fois championne nationale avec les Tigresses, vingt-cinq matches en sélection nationale pour 11 buts inscrits avec au passage un titre de champion caribéen de football féminin (2010), Wisline Dolcé vient d’être distinguée meilleure joueuse de la saison 2012. Portrait d’une femme vouée au football. 1m 68 de hauteur pour environ 120 livres de muscles caché sous une personne apparemment timide et qui évite les contacts en apparence. C’est l’image qu’offre la meilleure joueuse de la saison 2012 du football féminin haïtien. Et pourtant, cette distinction, elle ne l’a pas volée. Wisline a fait une grosse saison 2012. Née en compagnie de son frère jumeau, Wislin, le 22 novembre 1986 à Port-au-Prince, cette universitaire aujourd’hui,a commencé le football dans les rues en compagnie des enfants de son quartier à Drouillard. « J’avais 11 ans, quand un ami de la famille, m’ayant vu jouer, s’entend avec mes parents et m’emmène au club Bigio pour me présenter aux responsables des Tigresses/Tigers. Je fus présentée à Mirlande Therléus. Elle me donna un ballon et me demanda de jongler avec; je me suis exécutée et elle a fait une petite fiche technique a mon sujet. Ensuite, Mirlande me dit que j’avais la technique nécessaire pour intégrer le groupe des enfants du club » explique-t-elle pour raconter son entrée aux Tigresses. 5 ans plus tard, elle évoluait en première division : « C’est l’année où j’allais avoir 16 ans que j’ai intégré l’équipe première. C’était en 2003 et depuis je ne l’ai pas quittée. A l’arrivée nous avons remporté le championnat national de D1 féminin en 2005, 2006, 2007, 2011 et 2012. J’ai terminé en 2e place en 2008, 2009 et 2010 pendant l’éclosion de Valentina » continue-t-elle. Aujourd’hui, Wisline ne sait même plus combien de buts elle a inscrit dans sa carrière : « Je sais que pour la saison 2012 j’en ai marqué onze mais ne me demandez pas plus, je ne me souviens pas »explique-t-elle, les yeux dans le vague. Toute footballeuse qui lui est, Wisline a pourtant quelque chose qu’elle dégoûte dans le football. « Je n’aimerais pas que ma fille soit footballeuse en Haïti pour deux raisons. 1) Le football féminin est traité en parent pauvre. 2) La perception d’une footballeuse n’est pas bonne à cause du comportement sexuel de certaines joueuses. Beaucoup de gens pensent que n’inporte quelle joueuse on est censé suivre le courant, alors que ces faux. Par contre si ma fille se trouvait à l’extérieur, je n’aurais aucun problème à ce qu’elle soit footballeuse » continue-t-elle avant de révéler ses rêves de femme. « Je rêve de fonder un foyer avec mon petit ami et d’avoir deux enfants (une fille et un garçon) dans la mesure où tous les deux nous aurions trouvé un travail convenable » conclut-elle. La meilleure joueuse de la saison 2012, Wisline Dolcé est actuellement en 3e année universitaire.

Enock Néré nereenock@gmail.com

Credit : Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *