Mande GranMoun et SenTerèz : Une polémique qui n’en finit pas !

 

La rivalité entre les bandes de RARA à Léogâne ne date pas d’aujourd’hui. Dans le temps, ces conflits se dégénéraient jusqu’à provoquer  des affrontements à mains armées  et des effusions de sang. On s’en souviendra que dans les années  60, une bagarre entre Timalice Caché et Modèle d’Haïti a causé la perte en vies humaines dans les deux camps. Des enfants et des femmes enceintes ont été poignardés et jetés dans un puits. Et depuis lors, elles (ces bandes)  sont devenues ennemies jurées. Il a fallu l’intervention de certains responsables de bandes pour palier à ces genres de  problèmes qui étaient devenues monnaies courantes lors des grandes festivités rararesques. Mais, l’histoire retiendra quand même ce refrain de Timalice qui, quelques années plus tard a fait cette mise en garde à ses adversaires :

 

« M sot anba map monte

yo voye di m yo pare pou mwen

Si se mande granmoun se trè byen

Se si Wosinyòl se trè byen

Nan Leyogàn

Malis Kache voye di

Li pa gen ras O

Y a fè sa yo vle…»

 

Quel Léoganais, vrai amateur de rara, ignore que Lafleur de Rose et Ti Malice sont des adversaires farouches et qu’entre Rosolie de Bernard et Rossignol existe une guerre qui date de plusieurs décennies ? Si certaines bandes pour régler leurs différends  ont souvent  recours à la violence, d’autres préfèrent utiliser leur musique pour « voye toya, tire pwent » à l’endroit de leurs  « vwazen »

 

Mande Gran Moun et Sent Terèz sont deux bandes voisines issues de la 3eme section Grande Rivière. Elles, non plus, ne sont pas exemptes de cette forme de rivalité. Si la première a son son demanbre à Belle fortune et reçoit les bandes amies le 4eme  samedi de carême, la seconde est de Mathieu et accueille ses visiteurs le samedi qui suit. Pendant plusieurs années, les sambas des deux bandes ont proposés des textes musicaux provocateurs au public et ouvrent la porte à une polémique qui n’en finit pas.

 

Qui vole un œuf… volera un bœuf

Mande Gran ne ménage ses mots pour dénoncer un simple particulier qui habite la zone de Matthieu et est soupçonné d’avoir participé à un vol de sirop de canne à l’usine sucrière Jean Léopold Dominique de Darbonne.

 

«Izin dabon nan

Li  pa izin manman w

Li pa izin papa w

Se ladan l wa l vole siwo

 

«Blan kiben sove w ane sa

li repare izin Dabonn nan

Pou w volè siwo»

 

A Senterèz de répliquer sur la façon de traiter en bon enfant les fans de MandeGran pris en flagrant délit de vol.

 

«Lè w tande yo pran etranje

y al touye l nan mazi

Men lè w tande yo pran moun pa yo

Se wont je yo mennen l kay kazek

Anverite bondye»

 

Ranje chita w pou yo pa gad anba w

Malgré « Granmoun nan sou baton » mais elle se vante toujours d’avoir de bons « DOLA» « se an dola m mezire  paske m se bon bagay  ». Plusieurs comités de dyaspora sont constitués à cet effet tant qu’au Etats Unies d’Amérique qu’à la Guadeloupe pour soutenir la bande. Il a y de quoi inviter Manman Tètè à réfléchir sur son sort :

 

«Yo pito mande charite pou yo pale m mal

Yo pito mande charite pou yo kritike m

Manyè reflechi nou pa nan men m nivo

Manyè kalkile mwen miyò pase w

Peripesi w ap pase

Anverite m miyò pase w»

 

Et le refrain continue ainsi:

 

« chak ane mizisyen w pa touche

tèt ou cho pi mal pa s on vè lanp

pinga kwoke makout ou twò wo vwazwen

G on kote w pap ka rive »

 

Les gens de Belle fortune sont souvent aux abois à chaque fois que la rivière qui traverse la zone est en crue. Manman Tètè ne tarde pas à donner cette réplique et se questionne. Où sont donc passés les Gwo grenn dan, les grannèg de la  zone ?  Car à cette époque la zone n’était même pas encore électrifiée.

 

«W ap domi nan fè nwa

Laryonn nan bouda w

W ap mache di ou gen dola

Kote yon konnen w

O o o, vwazen men laryonn

Reveye  w men laryonn»

 

Edwige Milien alias Samba Pèdi l’un des meilleurs compositeurs de la bande contre attaque pour ainsi dire :

«2 samdi 2 dimanch Erik pa ka touche

Lakay ou plen fatra

W ap veye kay yon lòt»

 

Pendant plusieurs années, Mande Gran n’a pas pu participer aux festivités. Les mauvaises langues disent que c’est par faute d’argent, d’autres pensent que c’était plutôt d’ordre structurel et organisationnel car il y avait eu une mésentente entre certains membres du directoire de la bande.

 

«Gade kijan m sezi

Kabrit anpil mèt mouri nan solèy

vwazen ou pa bezwen kriye

 pwoblèm ou  genyen an kontamine w

menm soti w paka soti »

«Men zèl pentad la kase

Voye je w wa wè

Men l sou beton an

Pa wè yo kokobe»

 

Plusieurs fans et même certains responsables de Mande Gran s’enorgueillissent de la beauté de leur stand permanente sur la route de Belle Fortune. Son architecture, sa posture, son décor font la fierté des gens de la zone et attirent le regard des passants et des curieux. Donc un vrai palais. Mais la bande menée par le maestro Tipwazon ne veut pas y croire et fait cette offensive :

«pawòl la pale o

Pawòl la pale nan fon chanm kay la o

Grannèg yo bay lajan anba

Pou manman Tètè pa konnen

Ti palè sa se pou  w gade kochon

Wap mache di ou  gen palè,

palè nan blakawout sa

Se pou w gade kochon »

 

Cette musique a estomaqué Mande Granmoun. La réponse rappelle que Manman Tètè ne reçoive ces convives que sur une étagère en guise de stand:

« Wap mache di vwazen ou te ka fe stann ane sa

Lè m voye je m gade m we se kat pyès kay

kat pyès kay sa se pou w domi ak fanmi

lè w wè map fè ou di wa p fè tou

bouda w tou won pinga w pete kare»

 

Si entre dirigeants des deux bandes la paix semble revenir mais « Cette polémique est loin de prendre fin » si l’on croit aux propos de certains fans de deux camps qui portent encore cette rivalité au cœur. Des slogans continuent à être diffusés de part et d’autres. Retenons celui de Mande Gran cette année : M peye w deja, map gade fent ou. Espérons que le conseil salutaire de Senterèz retiendra l’attention de plus d’un. Polemik Mande Gran pa vle di batay.

Max Grégory SAINT FLEUR

    Mars 2013

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *