TAN LAPLI : un livre à découvrir

L’homme vit souvent son cauchemar à l’intérieur de lui-même. Parfois, il se cherche vainement dans ses folles illusions pour enfin revivre ses rêves. Tels rêves qui expriment, de fort mauvaise manière, son vécu quotidien. Ainsi part-il à la quête de bonheur. Qui sait ?

Comme Manuel, le personnage principal de Gouverneur de la rosée, écrit par le feu Jacques Roumain, à travers cette œuvre, Max Grégory SAINT FLEUR, est parti aussi à la recherche de l’eau. Si Manuel a pu en trouver malgré les milles et une péripétie auxquelles il a fait face, pour revitaliser sa terre, apporter vie aux plantes, faire renaître l’espoir et l’unité au milieu de ses frères, l’auteur de TAN LAPLI cherche, quant à lui, à guérir ses maux de cœur.

J’ai découvert Tan Lapli au détour du premier festival créole qui a eu lieu à Léogâne en Octobre 2012. Le livre m’a plu tout de suite. C’est tout naturellement que j’ai proposé Tan Lapli sur le stand d’exposition livres Créoles que j’ai tenu à Aubervilliers (France) lors de la commémoration de la Journée Internationale des Langues Maternelles le 24 Février 2013. Amateurs et initiés ont été ravi découvrir ce mélange d’amour, de rêve et d’espoir à la source d’une même plume.

Un des textes du recueil, en créole (et sa traduction), fait désormais partie de l’archive culturelle de la Mairie d’Aubervilliers.

Se lanm lanmè ki pati avè’w

Solitid krèvkè

M ap senyen antravè

Ou pa la… m delala
Maldòmi malmakak lannuit move zanmi ipokrit

Adye fanm O !

m kriye lapli
m priye lapli
lanm lanmè bay zègrè
lannuit mawon makawon
m ap degoute tankou jeretyen nan boutèy

Max Grégory Saint-Fleur, Tan Lapli 2012

L’eau, ce symbolisme pris sous ses différents aspects comme : larmes, rivières, vagues, mer, pluie, est le thème central de ce recueil de poésie écrit en créole haïtien et paru au éditions Webversity, Chicago, Illinois, en septembre 2012.

L’eau apporte dans le cœur la joie et l’espoir de vivre. Elle est surtout attentive aux cris des enfants qui veulent l’apprivoiser.

lapli vini vini !

m a ba w bonbon

Ou plutôt

sezon lapli

pote frechè w nan po tach palmis

L’eau a aussi ses revers. Elle traduit les peines, les souffrances et transperce l’âme meurtrie.

Isit

se nan kalbas koule

Nou bwote dlo je

Chimen lanmè

pa chime lanmou

Se rèv ki chire dechire

an boulatya.

Dans cet ouvrage, créolophones et amateurs du créole pourront découvrir l’aisance avec lequel Max Grégory SAINT FLEUR joue avec les nuances pour vêtir de velours les contours de l’amour. Dans un style simple et propre à lui-même, la poésie de SAINT FLEUR dégage un aspect assez particulier. Le choix du thème, des images et ses jeux prouvent que l’auteur maitrise son art. TAN LAPLI se veut un élan de cœur. Une autre façon de dire que le temps est à la pluie dans les cœurs ravagés par l’exil et le besoin d’amour.

Plaintes, cauchemar, solitude mais aussi rêves, joie et sourire, une poésie vivante mais surtout émouvante qui emmènera les mordus de la poésie aux frontières de l’euphorie. Lire TAN LAPLI c’est se permettre de ressentir au plus profond de soi l’expression d’amour, de douleurs et d’espoir que l’auteur a éprouvées en incrustant sur ces feuilles de papiers ses maux et ses mots teintés de couleurs.

Dans ce recueil de poèmes rédigés intégralement en créole, l’amour règne sans partage à travers l’eau et l’image. La douceur des textes de Max Grégory SAINT FLEUR fera sûrement ton bonheur que tu sois connaisseur ou simple amateur de poésie.

 

Marie Antoine Alliance

Economiste du développement

Lectrice

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *