Koze Lakay

Yon resi an detay san okenn tripotay

En lisant le titre, je n’étais pas très intéressée. Je me disais « m sot lakay tou, m konn koze sa yo ». C’était sans savoir la grandeur du talent de Gérald Toussaint. Avec un style très parfumé, il a su agencer les mots qu’on connaît pour produire une œuvre de grande classe qu’on prend plaisir à découvrir. Il faut du courage pour fermer Koze Lakay avant la dernière page.

Tout enfant qui se respecte saura reconnaître la profondeur du chapitre « Manman mwen » mais c’est dans la section « Mèt Gerald » qu’il plaça sa maman, et toutes les mères dévouées du pays comme Filiz, au paroxysme de leur gloire. Mr Toussaint produit un hymne à la vaillance, au courage et au dévouement que tous ceux qui comme lui doivent leur réussite aux sacrifices d’hommes et de femmes, seront fiers de chanter. Un clin d’œil à toutes ses mères qui ont su protéger leur enfant de la vie, de la déception et les rendre quelqu’un de digne et de responsable.

Je suis de Léogâne, et Dieu seul sait combien j’aime cette ville. La description de Mr Toussaint aka Mèt GT est tout simplement somptueuse. En quelques pages, et avec art, il a su faire l’histoire et la littérature de notre chère commune. Dans la liste des « Grands Noms » de la ville, il est lieu d’ajouter celui de G.T et tous ceux qui comme lui a formé tant de jeunes. Rendons hommage à ces vétérans qui ont permis à tant de jeunes de goûter aux joies de la victoire et de la réussite.

On dit souvent la vie et ses travers. Koze Lakay décrit la vie, celle d’un homme, et par ricochet celle d’une ville et d’un pays. C’est pourquoi, il fait le tour de nos maux de société : la misère, le sida, les problèmes politiques, l’exile, la migration et la tragédie du 12 janvier 2010. Mais Koze Lakay est un livre positif qui nous pousse à regarder en arrière et trier ce que nous ne voulons pas perdre afin de les préserver comme la culture, notamment le Rara de Léogâne, la combativité de ce peuple, le courage de ces hommes et femmes qui luttent tous les jours pour voir un lendemain meilleur.

Koze Lakay chante aussi l’amour, il dépeint la souffrance de l’arrachement, les peines de la discrimination. L’ouvrage applaudit l’amitié sincère dans sa vigueur et sa faiblesse. Il décrit sans détour le parcours d’un homme qui n’a jamais cessé de partager et qui en dépit des évolutions et les changements continue d’enseigner à sa façon à la génération future la route qui mène à la réussite. Les connaisseurs identifieront l’empreinte de la pédagogie d’un maître, celle de Mèt GT.

Que vous soyez lecteur occasionnel ou aguerris, que vous ayez la lecture en horreur, vous pouvez sans crainte tenter l’aventure de Koze Lakay car dans ses pages vous trouverez un brin de votre propre histoire.

Koze Lakay est une histoire complète qui finit trop vite. Espérant que Mr Toussaint continuera à nous régaler de sa belle plume. En attendant, pressez vous de découvrir ce récit qui retrace en détail tout nos petits Koze Lakay.

 

Marie Antoine Alliance

Economiste du développement

Lectrice

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *