Tic Tac : l’heure tourne

30 Septembre, la nouvelle est grave. Les voix s’abaissent. La démocratie nouvellement née venait de prendre une gifle terrible. Ah, tu n’as pas de souvenir de ça ? Désolée j’ai oublié que tu n’as que 20 ans et que ça fait déjà 22 ans. Et oui, 30 Septembre 1991- 30 Septembre 2013, 22 ans déjà depuis qu’entre nous, nous avons décidé que les souffrances d’avant n’étaient pas suffisantes et qu’il faille en rajouter. 22 ans de démagogie. que le temps passe vite. Tic tac, tic tac, l’heure tourne.

En ce jour d’un triste anniversaire c’est une bonne nouvelle que Radyonou souhaite annoncer à tous les gens de bien sur le net. A partir de ce jour, nous aborderons avec vous les sujets d’actualité qui vous tiennent à cœur, qui vous font plaisir ou qui vous fâchent. Un enfant du terroir pilotera cette aventure qui, nous espérons, durera aussi longtemps que le « tic tac » du temps qui passe.

Et en passant, tic tac, le temps file. 210 ans depuis qu’on a fait Vertières, et bientôt 210 ans depuis qu’on est devenu une République. Et pourtant on dit encore qu’on n’a pas le temps de planter un cocotier parce qu’on n’est pas sûr de pouvoir manger son fruit. Entre temps, l’heure tourne, tic tac. Le temps file. Nos enfants grandissent et on ne leur laisse rien. On ne tente même pas notre chance de miser sur demain, on rate l’occasion d’essayer. En évitant le risque de la défaite nous renonçons à l’audace de la victoire.

Tic tac, le grondement incessant du temps qui passe et qui devrait nous rappeler que demain quoiqu’incertain finit toujours par pointer le bout de son nez. Nous sommes individuellement mortel et passagère mais collectivement continuel à défaut d’être immortel.

Nous nous demandons pourquoi nous sommes encore à ce stade de notre développement ? Pourtant nous ne regardons  pas la réalité en face pour identifier ces deux éléments principaux. D’une part, nous croyons dure comme fer que nous ne sommes pas en mesure de nous mettre ensemble alors qu’à plusieurs nous sommes probablement plus performants, assurément plus résistants et carrément plus persistants. D’autre part, nous surpondérons le présent en étant continuellement tourné vers le passé.

Il est temps de repenser notre stratégie, de profiter du temps qui passe en délaissant le passé pour nous concentrer sur l’avenir. Peut être qu’on ne verra pas demain mais un membre de notre famille ou de notre groupe d’appartenance profitera sûrement de notre investissement tout comme nous dégustons maintenant les fruits du travail d’autres avant nous.

Comme Radyonou le fait, agissons maintenant parce que demain sera un autre jour. Marcel Proust disait : « Les jours sont peut être égaux pour une horloge mais pas pour l’homme. »

Tic tac, voici vient l’heure, Radyonou se jette à l’eau en lançant cet édito. Souhaitons longue vie à cette initiative.

Fersam Allifleur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *