Pour ses 50 ans, Toto Nécessité « Tounen lakay »

Written by on July 19, 2018

Non détrompez-vous, le fameux Toto Nécessité ne revient pas vivre en Haïti, mais nous offre un nouvel album pour fêter ses 50 ans de carrière que marque l’année 2018 ! Ce opus sera le 34e de toute sa carrière musicale. Et pour annoncer les couleurs de « Tounen lakay », un single réalisé en collaboration avec Sabine Francoeur et Paluto, « Taxi moto », est disponible dès aujourd’hui sur les ondes.

La musique haïtienne doit une fière chandelle à Toto Nécessité, ce chanteur qui a marqué l’enfance de plusieurs d’entre nous. Seul ou avec son ami, compère et complice Rodrigue Milien qu’il a rencontré en 1970 et qui, lui, ne se porte pas trop bien avec l’âge et à cause de sa maladie qui le contraint depuis plusieurs années à utiliser un fauteuil roulant, cet artiste a beaucoup fait dans la musique haïtienne.

Très productif, il a réalisé dans sa carrière plus d’une trentaine d’albums avec de nombreux tubes dont « Nécessité », « Ti Pouchon », « Rozanfè » et « La prophétie » (Azoumounou).

Âgé de 71 ans, Toto Nécessité fête cette année (2018) ses 50 ans de carrière dans la musique haïtienne. Pour bien célébrer et marquer ce demi-siècle dans l’industrie musicale haïtienne, l’artiste a choisi d’offrir un nouveau disque. Ce sera le 34e de toute sa carrière musicale.

Intitulé « Tounen lakay », ce disque aura huit chansons : « Bèl nana» qui vient tout juste de sortir en test-pressing pour annoncer l’arrivée de l’album, « Taxi moto», « Kanpe la », « Kwa sou bouch», « Mennaj papi » et le tube « Ti Pouchon » qui sera repris en troubadour. C’est Jeff Wainwright, que l’artiste a rencontré en 2012, qui produira cet album pour Kreyòl Music, Inc.

S’étant converti en 2006, ce nouvel opus « Tounen lakay » de Toto Nécessité ne contiendra pas de chansons évangéliques, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il a chuté. Le titre de l’album ne veut pas dire non plus qu’il a choisi de retourner vivre en Haïti. « Personne ne peut rester loin de Dieu. C’est notre comportement qui fera la différence. Je n’ai pas chuté. J’ai grandi dans une famille chrétienne. Je prie Dieu chaque soir », a répondu Toto Nécessité à notre question sur ce sujet.

« Cet album sera très récent, Toto se met, dans plusieurs chansons comme « Taxi moto», dans la peau des jeunes à la mode dont Roody Roodboy », nous a confié son producteur Jeff Wainwright .

« Bèl nana», « Tounen lakay», et « Taxi moto » sont dans liste des chansons qui seront vidéoclippées sur ce disque qui marquera les 50 ans de Toto Nécessité dans l’HMI. D’ailleurs, le chanteur devrait rentrer en Haïti au début de juin pour le tournage d’une de ces vidéos.

Après la sortie de ce disque, il pourrait même y avoir une tournée pour bien fêter les 50 ans de carrière de Toto Nécessité.

Qui est Toto Nécessité

Jean Jules Similien alias « Toto Nécessité » est né le 18 août 1945. Il nous vient du nord d’Haïti, plus précisément de Port Margot. Issu d’une famille modeste et a grandit chez ses grands-parents. Dans sa jeunesse, il aimait beaucoup la musique et sa passion le poussa à maîtriser rapidement la guitare.

Vers la fin des années 60, plus précisément en 1966, il a fait des apparitions à Radio MBC et il reçut son premier bain de foule en assurant avec son ami Rodrigue les premières parties de la troupe humoristique d’Alcibiade à Port au Prince en interprétant des chansons troubadour en levé de rideaux au Rex Théâtre et aussi à Magic Ciné avec l’orchestre Les Loups Noirs. Son talent pour l’interprétation fût très rapidement reconnu et le rendit célèbre dans le groupe d’Alcibiade où il a joué le rôle Odié Benito, d’où duquel découle le surnom de Toto.

Sa rencontre avec Rodrigue Milien ne fut pas un hasard. Selon Toto, c’est le destin même qui les a liés. Au début des années 70, ayant laissé le groupe d’Alcibiade, les deux compères, Toto et Rodrigue, ont mis sur pied un groupe musical qui porta leurs noms. En 1973, ils ont enregistré leur premier album avec le « hit » de l’époque « Nécessité » qui complètera le sobriquet de : « Toto Nécessité ». Ce disque, « Nécessité », qui est aujourd’hui devenu un grand classique de la musique populaire haïtienne, a pavé le chemin du succès de Rodrigue et de Toto pour plusieurs années à venir.

La nouvelle notoriété de ces deux artistes leur permit de voyager à New York où en mars 1974 ils enregistrent l’album « Lougarou / La Trinité » à une époque où la scène musicale était dominée par le grand Skah Shah # 1. Ce nouvel album allait conquérir le marché musical d’outre-mer, et de la diaspora.

A Malibu, l’un des clubs fréquentés de l’époque, le Combite Créole de Toto et Rodrigue s’imposa, plus d’un millier de participants à ce grand évènement marquant. Ce fut un immense succès mais, contrairement à Rodrigue qui décida de retourner en Haïti, Toto resta à New York où il anima avec son nouveau groupe plusieurs soirées dansantes inoubliables. Depuis, la Toto mania s’est vite répandue; partout ses refrains étaient à la « Une » des pavés et des salons de communauté haïtienne de l’étranger et du pays.

En 1977, il sortit l’album « Anba Besment » enregistré à Atlanta. Cet opus confirma que Toto pouvait faire chemin seul et continuer sa carrière musicale sans Rodrigue. Toto était tellement populaire qu’au cours de la même année, Mini Records le choisit comme chanteur principal du premier projet Mini All Stars où il chanta les hits suivants « Se Peche », « Débrouillé » et « I am Laughing », très sollicités à l’époque dans les Antilles. Le succès incroyable de cet album encouragea ce label à produire par la suite une multitude d’albums Mini All Stars où se distingueront différents chanteurs de renom.

En 1978, Toto Nécessité sortit l’album « Thank You Africa » avec le mega hit « Coq la Chante ». Il était tellement devenu une vedette incontournable qu’en 1979, Toto lança deux nouveaux disques avec deux différents labels de l’époque: « Tripotage » avec le tube « L’hôpital » et « Tout se vanite » avec le hit « Rozanfè ».

Au début des années 80, au sommet de sa popularité, Toto décida de se rendre en Haïti pour une tournée qui durera plusieurs mois, tant l’artiste était demandé. En 1982, il récidiva en sortant à nouveau deux albums durant la même année et avec des labels différents : « Azoumounou » et « Ti Pouchon ». La chanson « Ti Pouchon » demeure à ce jour l’une des chansons les plus populaires de l’artiste.

En 1985, Toto et Rodrigue se retrouvèrent au studio d’enregistrement pour préparer le CD « Moun Pa Mele ». Ensuite ce fut l’album « Tout Moun Sou Blòf ». En 1986, c’est la sortie de « Hommage au Superstar », qui fut un hommage à Ti Manno. En 1987, l’album « Révélation » sur lequel figure la chanson « Si j’étais Président ».

Dans les années qui suivront, Toto continua à rencontrer un succès digne d’une légende; plus d’une vingtaine d’albums à son actif, des tournées qui l’on conduit à la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, Nassau, Bahamas, Turks & Caïcos Island, Aruba, Montréal, St Martin, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse où il a décroché le trophée de l’Association des jeunes antillais en 1982. A Los Angeles, il reçut le Prix de « Paradise Club and Caribbean » en 1990 ; à Miami, la Coupe Julie Restaurant au club Studio 183 en 1992; à New York, la Plaque d’or Mini records pour son titre « Coq la chanté », et à Atlanta Underground, le Prix Le Castel Haïti Observateur.

Le 26 juin 2001, il a représenté la musique haïtienne au « FAU » (Florida Atlantic University). En 2002, c’est l’album « Message » avec le hit single « Agase Matlòt » suivi en 2004 par « Louange à Dieu ».

Depuis le 2 novembre 2006, Toto continue sa carrière dans un tout autre registre. Il a choisi une autre voie, celle de l’église car il chante exclusivement à la gloire de Dieu. Toto est passé du « chanteur populaire qui dénonce les tares de la société avec une pointe d’humour très poussée… », à celui qui loue le Seigneur et témoigne de la bienveillante grâce de Dieu en sa faveur. « Ma reconversion à la musique chrétienne avait pour but d’équilibrer ma vie en remettant le matériel et le spirituel à leurs places selon la volonté de Dieu. La parole de Dieu nous recommande de chercher d’abord son royaume et le reste nous sera donné par surcroit », dit-il !

En 2010, le chanteur converti sortit « Kontra latè fini » et en 2011 « Bondyem nan bon » dans lesquels on retrouve les deux filles de Toto, Gayenne et Béatrice Similien.

Le 24 avril 2011, à « Compas On Broadway » au Lincoln Center à Manhattan, Toto et Réginald Cangé, en duo, ont donné une prestation mémorable très ovationnée où ils ont interprété la chanson « Ti Pouchon » titre qui a permis à Réginald Cangé de se frayer un chemin sur la scène Konpa avec son groupe Fasil.

Le 8 avril 2012 Rodrigue et Toto ont partagé pour une dernière fois la scène ensemble, interprétant leur chanson « Nécessité » au Brooklyn College de New York, accompagné par un orchestre live et sous les applaudissements d’un public conquis.

Aujourd’hui, Toto Nécessité nous présente son nouvel album « Tounen Lakay » produit par Kreyol Music Inc. pour commémorer ses 50 années passées au service de la musique haïtienne. Il contient les titres suivants : « Taxi Moto » avec un featuring de Sabine Francoeur, la fille d’Assad Francoeur, ancien musicien et compositeur de l’ensemble Select du Roi Coupé Cloué, « Bèl Nana », un troubadour bien pimenté, « Tounen Lakay » qui nous décrit l’aspect nostalgique de l’artiste, « Mennaj Papi », un duo avec Princess Georgy, « Souvni Toto » qui nous fait revivre tous les grands tubes de l’artiste, « Kwa Sou Bouch », un portrait de la réalité sociale en Haïti, « Kanpe La » et « Ti Pouchon an Twoubadou ».

Toto Nécessité est bien un chanteur natif natal et une légende du troubadour moderne haïtien. L’histoire retiendra longtemps encore son nom comme l’une des voix représentative du troubadour, la musique de la rue portée aujourd’hui dans les grandes salles de spectacle. Avec un humour décapant, il a la manie de décrire les vices, les attitudes marginales et les mentalités troublantes, maladives de l’homme haïtien. C’est un sociologue à sa manière, et qui a sa méthode. Ses inspirations avec humour, reflètent la réalité même de la vie quotidienne. L’artiste passe tout en dérision jusqu’à sa vie en mettant en chanson une rixe qu’il a eue avec sa première épouse, à Brooklyn. Blessé à l’arme blanche, berné par sa femme, Toto passa trois jours dans un centre hospitalier aux USA. De retour chez lui, il composa « L’hôpital », un de ses hits à succès. Les femmes volages, les complaintes, le diable, la diaspora sont entre autres les sujets traités par cette voix incantatoire. Peut-on ne pas aimer Toto Nécessité ? L’originalité de ses textes constitue sa plus grande richesse, et sa musique est le reflet fidèle d’une telle diversité. L’habileté de dire et de prédire fait de Toto, un bon animateur, un grand « lodyansyè », un véritable griot de la musique haïtienne, écrit-on dans sa biographie.

Credit : Ticket Magazine 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


06AM Ibiza

Underground radio

Current track
TITLE
ARTIST

Radio Live

Radio Live