Quand l’ombre d’Obama plane sur la vie politique américaine…

Written by on July 21, 2018

 

L’ancien président américain, hyperactif sur la scène internationale, continue de fédérer les démocrates américains, divisés depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Obama, le retour ? De Madrid à l’Afrique du Sud, en passant par le Portugal ou le Kenya, l’ancien président américain est partout. Conférences rémunérées, rencontres avec des chefs d’État, discours à Johannesburg pour les 100 ans de la naissance de Nelson Mandela… Un véritable agenda de chef d’État !

En réalité, Barack Obama, dont la cote de popularité est encore très bonne aux États-Unis, n’a jamais quitté la scène publique depuis son départ de la Maison Blanche, en janvier 2017 et la prise de fonction de son successeur Donald Trump qui n’a eu de cesse de prendre son contre-pied, voire de détricoter sa politique. D’où cette question : qui mieux qu’Obama pour défendre son propre héritage ?

Mais l’ancien président a toujours été très clair : il n’est pas question qu’il replonge, en personne, dans l’arène électorale. De quoi anéantir les fantasmes de certains élus démocrates qui l’ont poussé à se présenter aux sénatoriales l’an dernier.

«No Drama Obama»

Depuis son départ du bureau ovale, Obama est pourtant resté fidèle à la ligne de conduite qu’il s’était fixée : ne pas s’en prendre – directement – à Trump, sauf lorsqu’il y a eu franchissement de lignes rouges, comme ce fut le cas avec le décret anti-immigration ou le retrait de l’accord sur le nucléaire iranien.

« Les anciens présidents américains n’ont jamais souhaité se concentrer sur leur successeur, mais c’est difficile pour Obama de rester totalement silencieux vu le profil de Trump », avance Nicole Bacharan, politologue et spécialiste de la politique américaine.

Sans citer son successeur, Barack Obama a ainsi multiplié, mardi, à Johannesburg, à mots à peine couverts, les attaques contre son successeur, en s’en prenant aux climatosceptiques, aux leaders « autoritaires » qui « ne cessent de mentir » et aux politiques d’immigration basées « sur la race ».

Car entre « No Drama Obama » – surnommé ainsi pour sa capacité à contrôler ses nerfs – et l’éruptif Donald Trump, rien ne colle. Au point que « la politique agressive de Trump renforce la volonté des démocrates de défendre l’héritage d’Obama », précise Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l’université Paris-Assas.

Dans l’ombre de l’ex-président, les démocrates sont doublement divisés entre tenants d’une ligne plus à gauche et les modérés d’une part, entre vieux et jeunes d’autre part. Au milieu de ce marigot dont aucun grand leader charismatique ne parvient à émerger, « Obama est le grand fédérateur », poursuit Branaa.

Kamala Harris proche de Michelle Obama

En son absence, ce ne sont pas les candidats potentiels qui manquent en vue de la prochaine présidentielle de 2020. Les « vieux » grognards septuagénaires Hillary Clinton et Joe Biden, vice-président sous Obama, n’ont pas exclu de se présenter. Tandis qu’une vingtaine de jeunes élus piaffent d’impatience, rêvant d’en découdre et d’être adoubés par Obama, figure tutélaire, qui semble avoir, lui, déjà jeté son dévolu sur Kamala Harris, sénatrice de Californie encore très peu connue. « Elle s’entend très bien avec Michelle Obama, certains des conseillers d’Obama sont déjà autour d’elle et il va lui-même complètement faire campagne pour elle », anticipe Jean-Eric Braana.

L’implication d’Obama pourrait notamment attirer le vote de la communauté afro-américaine, qui se sent méprisée par Trump et dont est aussi originaire… une certaine Kamala Harris. « Il sera de nouveau au centre de l’élection, ce sera comme un quatrième tour après ses deux mandats et la défaite de Clinton face à Trump en 2016 », analyse Nicole Bacharan. On basculera alors de l’ombre d’Obama sur la vie politique américaine à un retour en pleine lumière.

Credit: Le parisien 

 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


06AM Ibiza

Underground radio

Current track
TITLE
ARTIST

Radio Live

Radio Live