Tropic : La difficile traversée du 55ème

Written by on August 10, 2018

Dans la vie il faut surmonter beaucoup d’ obstacles si on veut atteindre ses objectifs, réaliser ses rêves, rester organisé et tenir le flambeau de la réussite pendant plus de 55  années, surtout dans un pays où l’espérance de vie tout court, tourne autour de la cinquantaine. En dépit de son remarquable succès, la Fusée d’Or Internationale a connu elle aussi bien des déboires.

Si pour l’élève on parle d’année académique, pour notre Tropic on dit « l’Année Musicale », qui débute toujours en Octobre après des vacances bien méritées de nos musiciens.

Cependant, l’année musicale 2017-2018 a été la plus dure, la plus terrifiante, la plus endeuillée pour  l’orchestre éternel. Cette traversée des 54 ème à 55 ème années musicales a beaucoup entrainé  dans son sillage. Des musiciens actifs ou retraités, un gérant de la maison de Tropic à Port-au-Prince, en passant par des animateurs, des supporteurs inconditionnels sans oublier le  père et  la mère  de deux des musiciens, ils sont tous partis vers l’eau de-là

L’autre écrivait et je cite ici : la vie c’est la mort   en devenir. Cette mort cruelle arrive parfois  à une vitesse vertigineuse sans même vous laisser le temps de comprendre. Mon père surenchérira pour dire qu’il faut mourir.

A l’aube du 55e, elle était là, veillait,  à la porte de Tropic. Commandant Bernard est tombé le 20 Septembre 2017. . Impossible à croire, au point que les gouttes d’eau de mes larmes très amères n’ont pu m’amener à la réalité. C’est un coup de massue sur la tête, ça fait si mal. J’ai fait la connaissance de ce grand homme durant son passage au Sous-Commissariat de Leogane comme Inspecteur de police. Ce lundi matin-là, il s’était présenté à mon bureau pour faire ma connaissance en tant qu’Administrateur de l’Hôpital Sainte-Croix. Ce fut une belle rencontre, un vrai professionnel.   Je l’ai revu en 2012, lors d’un bal de Tropicana au Djumbala Night Club et depuis lors notre amitié a pris un autre tournant. On se parlait sur Facebook surtout de Tropic, cet orchestre que nous aimons fort bien. Au Cap-Haitien il était adulé, apprécié de tous pour son professionnalisme .Il est connu aussi pour son amour de Tropic. Les capois disaient de lui qu’il était un musicien de Tropic car il ne ratait pas un bal. On se voyait aussi dans les concerts de Tropic. Je me souviens de ce grand bal de Saint-Raphaël, O Mon Dieu que de souvenirs. Tropic a perdu l’un de ses meilleurs supporteurs avec la mort de Komandan Bernard Adolphe.

A peine un mois plus tard, avant même de s’habituer à la traversée de Komandan Bernard sur l’autre rive, alors que les musiciens de Tropicana se dirigeaient vers Port-au Prince pour un rendez-vous à l’Ambassade des Etats-Unis un coup de fil suffisait pour assombrir l’atmosphère qui régnait dans le bus. Notre Cher Papi Polo vient de s’éteindre à l’Hôpital Justinien du Cap-Haitien après un malaise. C’était le 25 Octobre 2017. Paul Edouard Jean n’était ni conciliant, ni lâche; c’était un pacifiste, un philosophe; il aimait sa famille, la vie, ses amis, sa musique et son Tropic. On ne lui connaissait pas d’ennemis pour répéter  Raphaël Théoma Daniel de Radio Galaxie. Je le revois encore chanter Filomise, Danie, 20 ans et j’en passe. La fusée d’or a perdu l’un de ses plus beaux fleurons. Dans un article publié par Jacques Louis Etienne dans les colonnes du Nouvelliste, l’auteur disait et je cite : Avec Giordani et Parisien, ce coq de race représente l’un des plus grands chanteurs que le jazz ait connu et qui s’est fait valoir. Papi Polo avait fait ses débuts avec Tropic lors d’un bal le 17 Novembre 1972 à Yanvaloo Night Club au Cap-Haitien. Pour la petite histoire,  ce jour-là je fêtais mes 2 ans d’existence. Sa voix a bercé des générations de fans.

On ne dit jamais deux sans trois. Apres ces deux blessures sanglantes,  c’est une vraie hémorragie qui s’est déclenchée quand la vie de Dezilma Romulus gardien de la Maison de Tropic à Port-au-Prince, a été  fauchée le 23 Décembre 2017. Deux chauffards insouciants dévalaient à toute vitesse dans les rues quand soudain, prédestination ou malchance, l’un d’entre eux a quitté la route pour finir sur le trottoir là où Dezilma passait sa brouette  de bière qu’il venait de s’acheter. Il considérait chaque musicien comme son fils et eux de leur côté lui rendait la réciprocité. C’était un type de bien et respectueux pour paraphraser les musiciens de l’orchestre.

Après un supporteur, un musicien et le gérant de la maison à Port-au-Prince, l’un des meilleurs animateurs de Tropicana allait nous quitter. Jacques Dubois a accompagné l’orchestre durant sa toute première tournée annuelle aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada. J’ai fait sa connaissance lors du bal Disip /Tropic à West Palm Beach en mars dernier. Il était ravi de me voir en me disant : GT mon cher konpliman, wap fè yon gwo travay pou dyazz la sou nèt là. Ce n’est pas fréquent de voir un de vos pairs, apprécier votre travail. Mais c’est aussi la marque du grand animateur qu’il était. Cette année, la mort s’acharne sur Tropic emportant Jacques dans son filet. Il était en Haïti pour les funérailles d’une proche. Quand, dommage collatéral ou série noire, Jacques allait succomber à un malaise suite aux  troubles qui ont éclaté en marge du brûlant dossier Petro Caribe. . Avec la disparition de Jacques Dubois, Tropicana a perdu l’un de ses meilleurs porte-parole at animateurs.

Malgré la souffrance de ces départs, l’orchestre a continué d’avancer, comme elle l’a fait depuis de nombreuses années. Le coup de l’étrier allait arriver le Mercredi 6 Juin 2018 avec la mort subite du Bassiste Vilmeus Wilvin dit Pachou au Cap-Haitien, quelques jours avant le lancement des fêtes champêtres à Trou du Nord. Un des musiciens m’a écrit pour me faire part de cette affreuse nouvelle.  Il était de nature calme et apprenait très vite  les chansons du répertoire de la Fusée d’or malgré sa récente arrivée dans l’orchestre.

Et pour démontrer toutes les difficultés à gérer un orchestre de la trempe de Tropicana d’Haïti, précisons qu’en plus  de ces nouvelles tragiques, l’Orchestre a dû mettre fin aux services de deux musiciens.  Oui, la discipline et la performance restent et demeureront les deux atouts majeurs des musiciens de Tropic.

On dit que la vie est faite de hauts et de bas et parfois on se demande pourquoi on est si malchanceux de durer dans les bas. Il est écrit quelque part que Dieu, ce grand maitre de l’univers donne et prend  en même temps, que sa volonté soit faite. La traversée de 54eme au 55eme printemps de l’Orchestre Tropicana d’Haïti a été dure, aussi dure que la souffrance de ces départs successifs. La pente a été raide rendant les obligations quotidiennes de plus en plus difficiles. Bagay yo vinn pi rèd. Nous espérons que l’année musicale 2018-2019 apportera pour les musiciens, les supporteurs, les animateurs et les commanditaires de la chaleur, de la gaité, de la joie, de la force  et encore de la réussite afin  d’aborder la 56eme avec plus de sérénité. Parce que la vie est un rêve. Quand elle est traversée par un cauchemar ,  on le digère, et le rêve reprend.

 

Gerald Toussaint  (GT)

Orlando, Florida, 5 Aout 2018


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


06AM Ibiza

Underground radio

Current track
TITLE
ARTIST

Radio Live

Radio Live