Au cœur de l’épidémie « candidatite » en Haïti

A en croire les médias haïtiens, et les témoignages de plusieurs sources concordantes, après le « choléra », le « chikungunya », et « l’insécurité endémique », le pays tout entier est secoué par une nouvelle épidémie surnommée par certains « candidatite[1] » et par d’autres « la folie du pouvoir ».

Les experts des réseaux sociaux divergent sur les causes exactes de la maladie encore moins sur ses effets secondaires. Les avis ne sont pas non plus concordants sur la date exacte de son apparition ni sur la meilleure façon de contenir l’épidémie.

Pour les apprentis sociologues, il se pourrait que ce pic épidémique soit le résultat d’une trop longue attente de joutes électorales qui a laissé monter tellement d’ardeur que cela à fini par créer des effets dominos. « Il veut être candidat, il ne sait pas lire, ne maitrise pas les langues du pays ou pire encore n’a jamais réussi à gérer une entité quelconque au delà de sa propre personne et son égo » Alors pourquoi pas moi, j’ai passé le bac haut la main au point d’être immédiatement recruté par « Choméco », le plus grand employeur du pays, qui n’a pas su attendre que j’aille à la fac, trop compliqué vu qu’il faut rater au moins 12 fois le concours avant d’espérer une place et qu’il faudra ensuite attendre des années avant que les enseignants fassent cours quand ils ne sont pas occupé à faire grève ou mieux encore à tenir un meeting électorale dans les environs du Bel Air. Bref, depuis mon premier jour à « Choméco » j’aspire à mon heure de gloire parce que si là-bas on m’offre beaucoup de flexibilité à utiliser mon temps, carnaval, rara, fête champêtre et j’en passe, financièrement ce n’est pas la rose. Du coup monter mon petit parti me parait judicieux. Avec un peu de chance je deviendrai élu. Et comme je connais déjà le système D (pour débrouillardise) je pourrais sans aucun doute m’en sortir.

Les anthropologues en herbe quant à eux pensent que cette épidémie est un mal beaucoup plus profond. Ils soulignent le fait que ce pays a toujours été marqué par des élections remplis de candidats. En effet, à chaque élection la population doit faire un effort surhumain pour réussir à être plus nombreux que les aspirants. Cette période est juste un peu différente de par le caractère exceptionnel de la situation. Il faut rappeler que les enfants de 9 ans n’ont jamais connu d’élections municipales tout comme les cohortes qui avaient 17 ans au moment des élections de 2005 (26 ans aujourd’hui) n’ont jamais pu voter dans une élection municipale. Ce n’est pas forcément un mal à part le fait qu’accorder six d’extension sur des contrats de quatre ans est un peu beaucoup voir déplacé quand on connait les résultats du travails de beaucoup de ces élus chronique (persistant). Bref, ce manque d’exercice a généré des envies. Quitte à rester coincés dans une inertie identique à celle que nous connaissons actuellement autant l’être au timon des affaires plutôt que sur la touche.

Les adeptes de balivernes ont pour leur part expliqué que c’est la malédiction de 1986 qui continue « cette fameuse cigarette allumée dans les deux bouts qu’il faut fumer ». Il faut croire qu’Haïti défie toutes les lois de la nature parce qu’une cigarette doublement allumée devait  priori bruler deux fois plus vite. Non ?

Dans tous les cas, on n’est pas sortie du mystère pendant que 166 partis politiques regroupés en 126 numéros (pour l’heure aucune explication convaincante n’a émané du CEP à part dire que 40 partis ou entités politique ont fait alliance avec d’autres) sont en lice pour les élections prévus pour le 9 Aout prochain et pour lequel le budget n’est pas encore connu avec précision encore moins bouclé.

D’ici là prière à la population non atteinte par cette vague épidémiologique de « candidatite » plus connu sous le nom de « la folie de pouvoir », de préparer soigneusement sa tisane, son verre d’eau et un peu de « mayezi » parce que surprise il y en aura ; « saisissement », et déception aussi. En attendant surveiller vos différents moyens de communication, en cas l’un de vos amis souhaiter partager la grande nouvelle. Ce serait dommage de passer à coté de l’annonce du moment «  Au fait je suis candidat ! ».

Fersam Allifleur

Observatrice

Avril 2015

[1]

Des employés du secteur minier sont au chômage

Toutes les activités minières ont cessé sur le territoire haïtien suite à la résolution adoptée par le sénat en février 2013 confirme l’ingénieur Ludner Remarais. Le responsable du bureau des mines explique que cette cessation d’activité a mis au chômage de nombreux employés haïtiens des compagnies minières dont une trentaine d’ingénieur géologue et a eu un fort impact sur certaines communautés. Il estime également que les sénateurs en agissant par simple calcul politique ont obligé le pays à renier sa parole, ce qui est fort dommageable. D’un autre coté l’ingénieur Ludner Remarais conteste les rumeurs laissant entendre qu’il subsiste des exploitations minières frauduleuses de grande ampleur en Haïti. Le responsable du bureau des mines explique que ce type d’exploitation ne serait pas rentable dans la mesure où il n’est pas possible de traiter le minerai en Haïti. Il n’appelle toute personne ayant des doutes sur l’existence de tels travaux à le contacter. EJ/Radio Métropole Haïti

71 jeunes diplômés en hôtellerie et tourisme dans le Sud

Ils étaient 71 jeunes de l’Institut de Formation Hôtelière et Touristique des Cayes (IFORHT-Sud), une école hôtelière et touristique d’Etat hors de Port-au-Prince, à recevoir leurs parchemins au terme de deux années de formation dans l’accueil touristique. La cérémonie de remise des diplômes a lieu dimanche dernier au local de la Direction départementale du Tourisme du Sud en présence de la Ministredu Tourisme et des Industries Créatives, Stéphanie Balmir Villedrouin. Dans ses propos de circonstance, la ministre dit se réjouir après avoir lancé l’institut avec le Président de la République, Michel Martelly, de voir aujourd’hui cette première promotion de l’Ecole terminée avec le cursus. Par ailleurs, Mme Villedrouin a rendu hommage au dynamisme de sa Directrice départementale du Sud, Madame Karine Condé, qui a conjugué des efforts à concrétiser ce projet dans la ville des Cayes pour toute la région côtière Sud. Pour sa part, le Président sortant de l’Association Touristique d’Haïti (ATH), Parrain de cette première promotion d’étudiants formés par l’IFORHT-Sud a mis l’accent sur l’importance de la formation dans l’industrie touristique. «Je vous souhaite la bienvenue dans la grande famille du tourisme chers jeunes. » a soutenu M. Richard Buteau. L’Institut de Formation Hôtelière et Touristique des Cayes fonctionne en deux vacations (matin et soir), avec un cursus proposant des cours généraux sur l’accueil touristique. D’ici l’année académique 2015-2016, l’IFORHT-Sud prévoit d’offrir aux étudiants des spécialisations en cuisine-pâtisserie et boulangerie. Dès avril 2015, des cours de langues étrangères vont s’ajouter au cursus de l’Institut, ont indiqué les responsables. Notons que la formation du personnel touristique rentre dans le cadre de la politique mise en œuvre par le Ministère du Tourisme et des Industries Créatives visant à doter le pays d’un personnel qualifié dans le domaine du tourisme. MJ/Radio Métropole Haïti

Réouverture des Représentations diplomatiques de la République Dominicaine

L’ambassadeur dominicain à Port-au-Prince, Rubén Silié Valdéz qui a été rappelé pour consultation, est revenu en poste hier et aujourd’hui les cinq consulats dominicains doivent rouvrir leurs portes. La République Dominicaine avait décidé defermer temporairement les portes de ses dotations diplomatiques en Haïtile 4 mars dernier en signe de protestation contre des actes regrettables survenus en marge d’une marche organisée par la société civile haïtienne, qui visait à dénoncer le racisme et les traitements inhumains et dégradants infligés à nos compatriotes en territoire voisin. Les autorités dominicaines avaient décidé de fermer les portes de leur Ambassade et de leurs 5 consulats jusqu’à ce que les autorités haïtiennes fournissent l’assurance d’une protection adéquate, selon les vœux des conventions de Vienne sur les relations diplomatiques et consulaires. Après des discussions bilatérales tenues la semaine dernière, au Guatemala, et vendredi dernier à Jimani, le chancelier haïtien, Duly Brutus, a rassuré son homologue dominicain que le gouvernement haïtien prendra toutes les mesuresnécessaires pour assurer la sécurité du personnel diplomatique et consulaire dominicain dans le pays. Lors de la rencontre à Jimani, les délégations haïtienne et dominicaine se sont entendues sur une campagne de promotion dans les deux pays visant à promouvoir la paix et la convivialité entre les deux peuples. Dans le cadre de cette initiative, les autorités haïtiennes avaient déjà donné le ton. car depuis plus d’une semaine, se diffusent sur les medias haïtiens des spots appelant à traiter avec respect les ressortissants dominicains séjournant sur le territoire national. MJ/Radio Métropole Haïti

53 millions de dollars seront nécessaires pour les prochaines élections

Les autorités gouvernementales et électorales haïtiennes sont préoccupées par la mobilisation des ressources pour l’organisation des prochaines élections. Le gouvernement annonce avoir décaissé récemment un milliard de gourdes pour la réalisation des opérations électorales. De ce montant 500 millions de gourdes sont destinés au financement de la campagne des partis politiques. Entre temps les conseillers électoraux s’évertuent à préparer le budget des élections présidentielles, législatives et municipales. Le conseiller électoral, Jacseus Joseph, a indiqué que l’enveloppe nécessaire avoisinera les 53 millions de dollars américains. Cette semaine les conseillers électoraux devraient finaliser le budget des trois journées de scrutin. 38 millions de dollars sont disponibles dans le fonds fiduciaire géré par le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud). Le gouvernement, qui est le principal interlocuteur dans la mobilisation des ressources financières, doit intensifier les séances de travail pour convaincre les pays contributeurs à décaisser les fonds dans le meilleur délai. Le Premier Ministre Evans Paul s’est entretenu Vendredi dernier avec les membres du Core Group. Accompagné du ministre chargé des questions électorales M. Jean Fritz Jean Louis, le chef du gouvernement avait abordé le dossier des élections avec les ambassadeurs du Brésil, du Canada, de l’Espagne, des Etats-Unis d’Amérique, de la France, et de l’Union Européenne ainsi que les Représentants de l’ONU et de l’Organisation des Etats Américains (OEA). Par ailleurs le Premier Ministre Paul a également eu une rencontre avec le représentant de l’Union européenne (UE) en Haïti, Javier Niño Pérez. La mobilisation des ressources financières demeure l’une des principales préoccupations des membres du CEP. Le Conseiller Néhémie Joseph avait indiqué la semaine écoulé que le processus de validation des membres des BED et BEC avait été retardé en raison de l’insuffisance des ressources financières. LLM / radio Métropole Haïti

Evans Paul presse les acteurs à garantir l’integrité du processus electoral

Le Premier Ministre, Evans Paul, appelle tous les haïtiens à assumer leurs responsabilités en vue de garantir la réalisation de bonnes élections dans le pays. S’adressant à une foule de jeunes participants à une marche organisée par le ministère de la jeunesse, M. Paul a fait valoir que la réalisation de bonnes élections contribuera à rehausser l’image de la nation. Attirant l’attention sur les grandes avancées dans le processus électoral, M. Paul a expliqué que le gouvernement a déjà décaissé des fonds pour la réalisation des activités électorales. Il exhorte les acteurs politiques à respecter les règles du jeu démocratique afin de garantir la stabilité politique. La compétition politique doit être réalisée a travers les élections, a martelé le Premier Ministre estimant que les jeunes doivent jouer un rôle important dans le processus électoral. La démocratie implique à la fois la stabilité et l’alternance politique dans le cadre de saines compétitions électorales, a dit M. Paul. Il souligne que l’organisation d’élections crédibles et honnêtes contribuera au renforcement des structures étatiques et garantira le respect de la communauté internationale. Le processus électoral a été lancé officiellement hier avec l’inscription des partis politiques. Le Premier tour des élections législatives est fixé au 9 août 2015 par l’arrêté présidentiel qui a été publié la semaine écoulée dans le journal officiel Le Moniteur. LLM / radio Métropole Haïti

Rencontre entre le ministre ALBERT et Paula Caldwell St ONGE

Le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique, Jimmy ALBERT a été reçu par l’ambassadrice du Canada accrédité en Haïti, Madame Paula Caldwell St ONGE en sa résidence officiellele lundi 16 mars 2015 en vue de préparer la participation des athlètes haïtiens aux Jeux Panaméricains et Parapanaméricains de Toronto 2015. Selon un communiqué du(MJSAC), lors d’une rencontre préparatoire, le processus d’acquisition des accréditations, les dispositions prises pour accompagner la délégation haïtienne ont été les principaux points abordés par les autorités canadiennes avec les représentants du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique (MJSAC)et les membres du Comité Olympique Haïtien (COH). br> L’ambassadrice St ONGE a commencé par féliciter le ministre Albert pour la grande Marche de la Jeunesse et des Sportifs organisée ce dimanche avant de présenter la ville de Totonto et rassurer la délégation haïtienne de l’appui du Canada. br> Madame St ONGE, a, par ailleurs, souligné l’importance du sport pour une nation et rappelé la qualité et la ténacité des athlètes d’origine haïtiennecomme Bruny Surin, Jean Pascal… qui ont défendu avec brio les couleurs du Canada à des compétitions sportives internationales. br> Revenant sur le côté unificateur du sport si bien exprimé par les jeunes et les sportifs lors de la Marche du 15 mars 2015, le Ministre Jimmy ALBERTa insisté sur la nécessité de stimuler les jeunes à la pratique sportive. « Je suis convaincu que nous pouvons diminuer la délinquance juvénile en incitant les jeunes à s’adonner à la pratique du sport », a-t-il déclaré. br> Haïti sera représenté aux Jeux de Toronto en Athlétisme, Boxe, Haltérophilie, Judo, en Tae Kwon Do, Tennis et Tennis de Table. br> EJ/Radio Métropole Haïti