Tropik nan Saint-Raphael, gwo koze.

M pa nèg ki soti fasil, fwa sa a m pat ka pa la paske m pat ka rate okazyon sa a. Konbinezon an te twò byen fèt. Pase yon wikenn nan Cap-Haitien sete yon gwo koze. M te pare’m pou’m danse Tropik nan Saint-Raphael. M te panse fèt la tap bèl men mwen pat konnnen si’m tap fè eksperyans sa a ak Djazz la.

4 trè boul m te gentan rive nan Tropicana Night Club. Se lè sa a yo te bay mizisyen ki nan zòn nan pou yo rive . 30 minit apre nou te derape e bis djazz la te pase pran chak grenn mizisyen devan lakay yo e yo te deja ap tann. 5h45 tout moun la e nou nan wout.

Anndan bis la gen you anbyans rèd , Jimmy Papouloute, Calou yon bò ap bay blag, Boss Boubout ap kreye animasyion dèyè a . Wouyy! m nan bòl grès mwen . Apre Milot, nou pral koumanse pran sekous  paske wout la pa bon menm e lap konsa jiskaske nou rive Saint-Raphael. M te kontan wè peyizan nou yo sou wout la, sa kap fè bèt tankou kabrit bef manje. Le nap pase Dondon m te wè anpil pye bwa , ou santi se yon kote ki fè fre anpil.

Vè 7h45 yo konsa djazzz la rive nan vil Saint-Raphael, wi manman ou santi fèt la pral bèl ak kantite moun nou wè depi antre vil la jiska devan lokal kote djazz la pral jwe a. Enstriman djazz la te gentan enstale , m pa ka di se yon bèl Night club men podium nan ka kenbe djazz la . Ou ta di se yon teren vid paske pa gen chèz, pa gen tab, men li byen bare.

10h20 Mayestwo TiBlan bay siyal ak Saks li e Djazz la lage. Soti nan Nwè-l numewo 1 , pase pran Angelik, Deside w, Les gens Du Nord, Veye priye, Pou ki sa, Vye pwochen, ect e pou bal la fini ak Kenbe Diyite w, nou ka di moun Saint Raphael jwenn pou jis pri lòn magazen. Djazz la frape ak tout pisans li e tout moun byen danse. Tropicana montre tout bon vre pa gen chanpèt kelkeswa kote a san li. Malgre ke se te yon eksepsyon paske vakans djazz la pot ko fini.

Lavi mizisyen sitou an Ayiti pa bagay ki fasil. Malgre ke Tropicana gen yon bis ki trè konfòtab e ki ka rive tout kote, nan eta wout nou yo ye a mete plis fatig lakay mizisyen nou yo. Map raple tout moun ke Tropicana se djazz ki jwe tout kote nan kelkeswa kwen an Ayiti depi machinn ka rive. bal Sen Rafayèl la sete 120e bal yo pou ane a.

Panse a yon mizisyen ki fè 5 nwit you’n dèyè lot ap jwe bal, kouri machinn nan yon ekip wout ki chaje ak twou, riske lavi yo pou yo pote plezi bay de milye de moun e ki toujou rive a lè. Fatig devan dèyè. Tonè krisboulout mwen , mizisyen Tropicana se yo ki Ewo ke yo ye.

Tropicana d’Haiti nan Saint-Raphael samdi 25 Oktòb sete yon gwo bal, yon bèl bal. M pa ka tan pou’m redanse djazz la anko, djazz pa’m.

GT

15 Octobre 1994 et ses 20 ans de séquelles

C’était un samedi, 15 Octobre 1994, toutes les chaines de télévisions diffusaient en boucle les images, le pays entier retenait son souffle, tous les yeux étaient braqués sur le Tarmac de l’Aéroport International de Maïs Gâté. La restitution du président déchu dans ces fonctions était imminente, une sorte de rétablissement de la démocratie.

Aujourd’hui marque les 20 ans de cet événement. Et on s’interroge. Les efforts consentis pour faciliter ce jour valaient-il la peine ? Le prix économique et les conséquences sociales ont-t-ils été à la hauteur des enjeux du moment et des résultats obtenus?

Pour tenter de répondre à ces questions, on va en 5 actes, comme au théâtre, revenir sur la chronologie des évènements ayant conduit à ce rendez-vous du 15 Octobre 1994. La démarche suivie, les implications et les conséquences des mesures prises.

Acte I : Le coup d’Etat. Au matin du lundi 30 Septembre 1991, sans avoir bu Haïti se réveille avec une gueule de bois terrible, la nuit du 29 Septembre ne fut pas ordinaire. Une chose horrible venait de se produire. Après la victoire nette et démocratique du 16 décembre 1990, et moins d’un an (7 mois et 23 jours) après sa prise de fonction le 7 Février 1991, le leader charismatique du Front National pour le Changement et la Démocratie (FNCD) venait d’être brusquement rejeté par l’armée et les élites économiques. La démocratie tant souhaitée venait de subir un nouveau revers.

Acte II : L’instabilité. « Beton an cho » comme on a l’habitude de dire. Les exactions de tout genre sont commises. La répression est partout. Ce qui peuvent filer dans les pays voisins prennent le voile, ceux qui ne peuvent pas subissent soit en rejoignant les dominants (enrôlement au nouveau corps dénommé FRAP) soit en faisant profil bas, voire très bas.

Acte III : Des mesures drastiques. Les mesures de rétorsion (sanctions financières et commerciales) prises contre la junte militaire ont été dures, une sorte d’antidote mortelle contre une maladie grave sur un patient déjà fortement affaibli.

Comme vous pouvez le constater sur le graphique, les conséquences des mesures restrictives prise par les USA et les Nations Unies combiné à l’instabilité politique du moment ont causé beaucoup plus de tort à la croissance du PIB que le séisme dévastateur du 12 Janvier 2010.

A cela s’ajoute plus de 20 000 Soldats américains et autres déployés sur le pays pour lutter contre une armée haïtienne d’environ 7000 hommes au total. Au final, à part un incident au Cap haïtien cette occupation s’est fait sans rencontrer de résistance. Et dans la continuité de cela, le démantèlement de l’armée en 1995 remplacé par une police de seulement 4000 hommes au départ. Quid de la délinquance n’a cessé de croitre depuis ?

Acte IV : Le choc économique. Comme une catastrophe silencieuse il a tout balayé sur son passage, les filets sociaux, les faibles infrastructures de base qui peinaient à fonctionner. Il a également creusé le déficit extérieur, contribué à accroitre la dette publique, créé de l’inflation (très fortement alimenté par l’embargo sur le pétrole comme tenu de la forte corrélation entre ce bien et les principaux indices de prix du pays). Cette période 1991-1994 a été marqué par une croissance rapide du taux de chômage.

Acte V : Et Après ? Un président restitué pour le reste de son mandat, suivi par un quinquennat de son ancien premier ministre et un retour au pouvoir pour le moins surprenant avec les 89,77point de pourcentage d’écart entre l’élu et 2e. On ne remet pas forcément en cause la popularité du gagnant mais l’absence d’alternatifs proposés dans cette élection du 26 Novembre 2000. Le souci est flagrant. Dans certains pays, les candidats n’ayant pas réalisés 5% ne reçoivent pas de dotation de compensation, ici 6 candidats se partagent 8.19% contre un Goliath qui affiche 91.81%.

pastedGraphic.png

Capture d’écran Wikipédia sur l’élection du 26 Novembre 2000

Et pour ajouter la cerise sur le gâteau, ceux là même qui n’ont pas hésité une seconde à sacrifier les intérêts du pays et du peuple pour ramener le protégé allaient en 2004 le chasser lors d’une démission troublante. Comme on dit « le vent a tourné ».

 

Au regard des faits, et du résultat, à la question de savoir si tous ces sacrifices valaient le coup, on peut sans risque dire que non. Le prix social et les sacrifices économiques étaient trop élevés. Aujourd’hui encore Haïti peine à se relever des dommages collatéraux de ce traitement de surface visant à calmer la souffrance visible qui aura entrainé des conséquences dévastatrices.

Les seules nuances qui peuvent être apporté à ce constat alarmant c’est la déduction des effets qu’aurait causés le coup d’état sans ces mesures de distorsions. Car comme dans toute tentative d’analyse comparative, c’est compliqué de déterminer la courbe d’évolution de l’économie du pays si ces mesures de répression n’avaient pas été prises.

On conclura en disant que si « ne rien faire » paraissait inacceptable, « en faire autant pour si peu de résultats » est tout aussi désolant. C’’est pourquoi les haïtiens doivent réfléchir à deux fois avant d’ouvrir toute boite de pandore pouvant nous conduire à des situations de « un remède à court terme pour des effets secondaires permanents ».

15 Octobre 1994 – 15 Octobre 2014, vingt ans d’agonie pour un jour d’euphorie.

 

Fersam Allifleur

Souple …Pa mande m kont !

Nan mont mwen li sonnen deja 6 zè nan aprèmidi dimanch 12 oktòb 2014 sa. Kèk nyaj wondonmon pran pouse do solèy la, pou fè plas pou yon ti lapli yenyen. Men sa pa anpeche Lakou ka Monayis wete chapo byen ba pou salye moun ki soti tribòbabò pou patisipe nan dezyèm edisyon dimanch krik krak. Aktivite sa se youn pami  yon latriye lòt kap fèt nan okazyon Festi kreyòl, yon inisyativ Rasin Lespwa ak Kreyolab depi deja twa lane.

Anba gwo pye mango lakou a, yon ti van tou frèt tap karese fèy yo. Moun ki pat jwenn plas, te kouri pran refij yo sou tèt yon gwo pil wòch ki tou pre a. Yo pat vle pedi anyen nan evènman sa.  Eske lakou a ap domi. Se ak pawòl reveye nanm sa Jefte Thélisma animatè bibliyotèk la ta pral lanse gwo aktivite sa. Non lakou a pap domi. Se konsa, nan yon bèl anbyans, timoun, jennjan kou granmoun te rankontre pou rakonte listwa dyabbaka, listwa pastè kap chèche dechèpiye fidèl, listwa adelina bèl pase lalin,  listwa misye wa ki lanse pinga ak moun ki jwenn non twa pitit fi l yo, listwa malis ki yon lòt fwa, fè jwèt mètdam sou bouki pou volè bèl chodyè madanm li an, elatriye.

Jaklin komanse gen cheve blanch. Men li raple l : Nan lakou isit se te yon yon tadisyon lè m te jenn ti gengenn. Nanpwen dimanch aprèmidi timoun pat konn vin chita anba pye mango sa pou tire kont epi tande bèl listwa granmoun. Jouk jounen jodi m pa janm bliye sa, m konn pè kou sourit lè nou fin tande kont dyab sèt kòn nan lè m pral dòmi. “Sete tou labèlepòk kote ti jennjan ap vin kase bèl ti mo gangans nan zorèy nou apre yon lago kache nan moman plennlin.”

Jasmin gen 12 zan konsa, men sa pa anpeche l kwoke chòt tout la sosyete ki te rasanble nan lakou ka Monayis. Pèsonn pat ka reponn: M fèt sou tè m pè tè? Se ak de pla men yo te aplodi l lè yo aprann repons la se BATO.

Maryaj mizik/chan tradisyonel, blag ak tire kont sa rive kreye yon lòt fwa ankò anvi pou n rekonekte ak dantan nou. Chak moun ki tap kite lakou a, te gen nan bouch yo yon fraz oubyen yon pwovèb yo te aprann. Pyès nan yo pap bliye listwa moun fou ki t ap goumen ak yon kaka nen. Soti m manje w. Apre yon ti moman lizay pataj te jenjanm ak bobori, san bri san kont mwen pran wout tounen lakay mwen.

Max Grégory SAINT FLEUR

Décès de Jean Claude Duvalier : et si on tournait la page ?

Ce samedi 12 Octobre 2014 la famille et sympathisants de Mr Duvalier se sont recueillis devant sa dépouille. Pour certains le fait qu’il n’ait pas reçu de funérailles nationales par respect pour les victimes est une petite victoire pour d’autres c’est une égratignure à sont statut d’ancien chef d’état.

Cette semaine, j’ai été plusieurs fois interpellé par des collègues ou amis ici en Afrique par rapport à cette actualité. Ils voulaient me souhaiter condoléances. Je répondais toujours un souci en moins pour cette nation qui a tant souffert. Je soulignerai que ma famille proche n’avait pas été ni victime, ni complice du régime. Face à mon insensibilité  beaucoup de gens m’ont conseillé de tourner la page, et m’ont invité  à regarder vers l’avant ce que nous autres haïtiens pouvons encore sauver. Quelle guérison nous pourrions apporter aux dégâts causés par ce régime.

Je ne me rappelle pas vraiment les évènements de 86 – j’étais trop jeune pour comprendre. Je n’apprécie pas non plus la majeure partie de ce que j’ai appris plus tard sur ces temps là. La répression, les abus, les disparitions, l’exil, la corruption et j’en passe. Mais en analysant ce qui se passe dans ce pays depuis, les acquis qu’on a perdu, le contexte dans lequel cet homme a eu à évoluer je ne peux que m’interroger. A qui la faute ?

Beaucoup d’expert se sont penchés sur la question de la dictature. N’étant pas l’avocat du diable je ne vais pas remettre en cause les positions de quiconque. A l’occasion du décès de « Baby doc » comme on le surnommait, je voudrais juste revenir sur quelques circonstances atténuantes.

  • L’âge du bonhomme

Arrivé au timon des affaires à seulement 19 ans, l’âge où tout le monde a envie de s’amuser. Sa biographie sur Wikipédia évoque qu’il délégua une partie de son pouvoir à la famille (sœur, mère et d’autres officiels du règne de son père). Qui fut assez fou pour laisser la gestion d’un pays à un adolescent ? Qui pis est un adolescent qui a été forcé de devenir majeur pressé par une pirouette administrative. Il est de notoriété publique que l’abus du pouvoir rend fou, que dire de ces effets sur un cerveau aussi immature que celui de J C Duvalier en 1971?

  • L’entourage du pouvoir

Le souci avec l’héritage est souvent l’absence de volonté de l’héritier. A mon avis J C Duvalier ne fut pas un homme politique étymologiquement parlant. C’était un héritier politique. S’il est à blâmer pour ce qu’il a fait ou n’a pas su empêcher d’arriver ou encore ce sur quoi il a fermé les yeux, on ne saurait dédouaner son entourage, tous ces avides de pouvoir prêt à tout pour continuer à profiter de leur privilège.

  • Ce qu’on peut regretter

Parfois je rencontre des duvaliériste nostalgiques qui me racontent que de leur temps, il y avait la lumière (temps électricité et éclairage publique), les touristes rentraient, la gourde valait quelque chose et qu’on pouvait circuler en ville si tant est qu’on retenait sa langue sur tout ce qui touche au pouvoir. Ces quelques infrastructures étaient surement de maigres consolations au regard de la terreur de la répression, de l’absence de la liberté d’expression. Sommes-nous plus libre aujourd’hui où nous nous cachons des kidnappeurs et d’autres apaches ? Avons-nous mesuré les conséquences sociales et économiques de la libération de notre expression face à la prison virtuelle que nous imposent la violence et la délinquance ?

Avec tout mon respect qui leur est dû j’adresse ma sympathie aux milliers de victimes des décennies de terreur que fut la période 1957-1986 pour qui justice ne sera jamais rendu.  Comme j’ai écrit tantôt, je m’interrogeais juste. N’est-il pas le moment de tourner la page et de regarder vers l’avant ? Un jeune pour qui j’ai beaucoup d’estime aime à dire «  Que sa génération ne passera pas sans que les choses changent dans ce pays », puisse ce vœux soit le crédo de chaque haïtien pour que Haïti cesse de connaitre ces épisodes tristes. Car force est de constater que de 1986 à nos jours, nous n’avons pas beaucoup progressé.

Que la puissance du pardon puisse nous détourner de notre passé, nous donner la force de penser nos blessures. Puissions-nous  enterrer avec la dépouille de Duvalier les séquelles de nos souffrances passées afin de pouvoir avancer vers l’égalité dans l’unité et la fraternité tel que stipule notre devise nationale.

Pa bliye ke se nan linyon fòs nasyon sa ye !

Fersam Allifleur ( Octobre 2014)

Léogâne : maintenant qu’on a touché le fond et si on tentait remonter à la surface

Ce matin j’ai vu des photos du pont de Momance bloquée. J’ai cru apercevoir un appel à manifestation pour le mercredi 1er Octobre 2014. Une pétition au titre évocateur  « LAURENT LAMOTHE : Leogane pap sede okenn teritwa bay Gressier » circule sur le net en ce moment.

 

L’histoire

En suivant le lien http://www.change.org/p/laurent-lamothe-and-michel-martelly-léogâne-pap-sede-okenn-teritwa-bay-gressier j’ai compris que sous prétexte de la création de la « Région des Palmes », une agglomération regroupant les communes de Léogâne, Gressier, Grand-Goâve et Petit-Goâve, la commune de Gressier tente de récupérer, encore une fois après l’obtention de Petit Boucan, une partie de la commune de Léogâne pour devenir plus grand en avançant sa frontière jusqu’à la Rivière Momance.

Parallèlement à cela, le nouveau projet de découpage administratif souhaité par le gouvernement visant à créer 6 départements supplémentaires aurait pour effet de détacher le quartier de Trouin de la commune de Léogâne pour qu’il devienne lui-même commune. De faire de la région des Palmes un département ayant probablement pour chef lieu Petit-Goâve.

Je rappelle que pour l’heure, la commune de Léogâne est le chef lieu de l’arrondissement de Lééogâne. Elle compte le centre-ville, et 13 sections communales (Dessources, Petite Rivière, Grande Rivière, Cormiers, Orangers, Citronniers, Palmiste à Vin, Gros Morne, Fond d’Oie, Beauséjour, Petit Harpon, Parques et Fond de Boudin d’où est rattaché le quartier de Trouin). Soit une superficie d’environ 385,23 Km² pour une population estimée à environ 200 000 habitants.

 

L’objectif de la pétition

Il s’agit en fait d’une pétition lancée par Dimitry Romulus plus connu sur les réseaux sociaux sous le nom de Majistra Romulus. M. Romulus est un activiste assez visionnaire à mon sens. Il ne cesse de proposer des idées intéressantes et même de lancer des initiatives visant à terme le développement de la commune de Léogâne.

L’objectif de cette pétition est de dénoncer ces décisions et inciter le gouvernement à repenser sa stratégie et donc à exprimer la volonté de la commune de Léogâne à garder son intégrité territoriale, son statut de chef lieu d’arrondissement et à garder son quartier de Trouin auquel la ville reste très attaché et surtout à garder les localités entre la frontière actuelle entre les deux communes et la rivière Momance, la population et les infrastructures qui y sont implantés dont la douane, les entreprises de bâtiments, etc.

 

Pourquoi j’en parle dans mon éditorial

Comme beaucoup de Léogânais qui ont signé cette pétition, cet article vise à relayer l’information pour que d’autres Léogânais puissent en entendent parler ; afficher mon attachement à cette commune dans son intégralité et sa diversité en affichant clairement mon refus à ce projet de déplacement des limites de la commune et surtout pour sensibiliser ceux ont envie d’agir pour donner à cette cité d’Acanaona l’éclat qu’elle mérite, à se lever et à s’unir pour faire front à cette mascarade, et surtout pour entamer enfin la longue marche vers la reconstruction.

Je suis convaincue que nous payons aujourd’hui le prix du transfert de Petit Boucan à Gressier, une vraie bêtise. On dit que « lè ou lonje men ede yon moun li rale manchèt li li koupe ponyèt ou ». Ce dicton décrit bien le cas la frontière entre Léogâne et Gressier. Il y a quelques années avec un collègue sociologue, on évoquait le cas de Petit Boucan et la bêtise de la commune de Léogâne quand ils ont jadis cédé ce bout de territoire à la commune de Gressier. En effet, en cédant cette section communale, Léogâne n’a pas seulement renoncer à une partie de ces terres au profit de son voisin mais il a aussi tourné le dos à une partie de son histoire en transférant la grotte Anacaona alors que Léogâne est la cité d’Anacaona.

En cédant Petit Boucan nous avons inconsciemment dit à Gressier que nous ne nous soucions pas de nos territoires, de notre histoire alors aujourd’hui elle veut tout prendre : aujourd’hui la douane, Mélier et ces nouvelles infrastructures, Flon et ses atouts etc. Demain ce sera quoi ? L’usine de Darbonne, la carrière de route de l’Amitié. ? Cette tentative est la goute d’eau qui devait faire prendre conscience à tout Léogânais qui porte cette ville dans son cœur de faire ce qu’il faut pour contribuer au progrès de cette communauté.

 

J’ai envie de proposer un plan de redressement à cette situation inacceptable qui s’articule autour de deux choses essentiellement :

 

Phase 1 : Contrer cette tentative mesquine d’expropriation d’une partie de notre héritage

Vu l’urgence de la situation, il faut exprimer notre désaccord avec cette démagogie. Signez la pétition !. En espérant faire respecter l’intégrité de notre territoire et donc le renoncement du gouvernement à ce plan machiavélique de démantèlement de notre commune. Tout Haïti sait que Léogâne a la capacité de se défendre sans violence quand ses droits fondamentaux sont menacés.

 

Phase 2 : Prendre en main le destin de notre cité

Nous devons agir vire parce que l’heure est grave. Nous ne pouvons plus nous reposer sur nos baux lauriers à regarder notre territoire dépérir : sans eau courante, avec seulement quelques heures d’électricité par jour, un niveau de chômage suffoquant, une délinquance grandissante, et j’en passe. Je sais qu’il y a tellement de chose à faire que la première question vous allez me poser est de savoir par où commencer ?

Par nous : Nous devons commencer à démontrer notre amour pour cette terre d’histoire. Au-delà de nos déclarations de fierté sur nos profils dans les réseaux sociaux, nous devons commencer à contribuer au progrès, à faciliter des initiatives durables, à promouvoir la production.

La diaspora n’est pas épargnée. Nous sommes nombreux, nous avons étudiés dans de grandes écoles, certains d’entre nous s’en sortent relativement bien, nous pouvons faire quelques choses, nous devrions faire quelque chose. Pas des actions de types (je loue une voiture chez un concessionnaire, je fume 2 ou 3 milles dollars US en 5 jours pour prouver que j’ai réussi à l’étranger). Non, je parle d’actions durables pouvant poser les bases d’un lendemain meilleur de type système AEP solaire sur un forage pour la distribution d’eau à un quartier, le développement d’un système d’électrification solaire dans une localité, appui à la reconstruction de nos institution publiques ou communautaire broyé dans le séisme, l’assainissement de nos quartiers etc.

 

Par nos atouts : La commune dispose de nombreuses richesses exploitables que nous devrions commencer à valoriser dont la rivière Momance si convoitée tout d’un coup par Gressier, l’usine sucrière, le Rara, nos montagnes et leur paysage et surtout nos compétences (récemment un ami postant une photo du tribunal de paix de Léogâne, une tristesse ! La recherche d’architecte ou d’ingénieur de bonne volonté pour travaille bénévolement sur un plan et le devis d’un bâtiment pour cette institution en vue d’évaluer les besoins et voir comment financer ce projet est restée lettre morte. Pas étonnant que la ville de Petit-Goâve a de plus haute instance judiciaire que nous. Je dis ça je ne dis rien.)

 

Par nos dirigeants : Les élections ont semble-t-il été reportées à novembre. Je comprends que ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu d’élection locale dans notre pays, c’est le moment de réfléchir et choisir des dirigeants fiables (maires, député, CASEC, ASEC). Nous avons besoin d’être représenté par des gens ayant au point le courage de nous éviter des sacrifices exagérés pour soigner sa petite personne. Aujourd’hui nous sommes en train de payer les lourds tribus de décennies de démagogie, nous accepter de continuer dans cette voie et nous réveiller un matin avec Léogâne  section communale d’une municipalité voisine ou encore nous pouvons penser à 2 fois avant confier notre cité à des vendeurs d’âmes. Réfléchissez, choisissez, votez mais n’oubliez pas que vos choix comptent et participent à l’orientation que prendra notre chère cité.

 

Par nos enfants : Nous devons les préparer à devenir des hommes compétents, formés et consciencieux. Mais avant tout nous devons leur laisser un héritage dont ils peuvent être fiers, une ville qu’ils pourront aimer et chérir parce que nous avions choisis de la préservation contre les agressions extérieures.

 

Toi, moi, lui, nous tous ensemble nous pouvons changer le cap. Disons non à travers des actions constructives, progressistes et des initiatives positives.

 

Marie Antoine Alliance

Moun Yogann 100%

Le conseil de sécurité de l’ONU discute d’Haïti

Le Conseil de sécurité a réalisé hier un débat sur la proposition du Secrétaire général de diminuer progressivement des forces militaires de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Lors des discussions plusieurs délégations ont exprimé leurs préoccupations face à l’impasse du processus électoral après l’Accord d’El Rancho.

Dans son dernier rapport sur la MINUSTAH, le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, recommande au Conseil de sécurité de proroger d’un an le mandat de la MINUSTAH jusqu’au 15 octobre 2015, tout en proposant un retrait de la Mission en deux temps, à partir d’une évaluation globale de la stabilité, de la sécurité sur le terrain et des capacités de la Police nationale. ” Nous souhaitons que ce mandat, renouvelé et reconfiguré puisse permettre d’assurer une présence de la Mission qui concorde avec les besoins réels d’Haïti et les impératifs de l’heure “, a déclaré le délégué d’Haïti, Denis Régis.

La Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef de la MINUSTAH, Mme Sandra Honoré, a dans son exposé affirmé que les conditions de sécurité étaient demeurées relativement stables en Haïti. Les menaces à l’ordre public tiennent à la criminalité, à la violence des gangs, ainsi qu’aux manifestations civiles spontanées qui sont pour la plupart motivées par des griefs socioéconomiques, comme le manque d’accès à l’éducation, à l’électricité et à l’eau, a-t-elle expliqué.

Le représentant de la France, qui a soutenu l’option d’une diminution des effectifs de la MINUSTAH, a aussi noté que la Mission pourrait être plus efficiente avec le renforcement de la Police nationale haïtienne qui devrait rester au cœur des activités de la MINUSTAH. Il a en outre appelé à ne pas remettre en cause la qualité du contact de la Mission avec la population, « qui dépend notamment de sa capacité à s’exprimer en français ».

La question des élections a également retenu l’attention des délégations qui se sont, pour une grande majorité, dites inquiètes de l’impasse actuelle.

Mme Honoré a indiqué qu’un groupe de sénateurs opposés à l’Accord continuait de demander la création d’un conseil électoral complètement renouvelé avant le vote sur la loi électorale amendée. Pour les États-Unis, ces six sénateurs « prennent en otage les élections sur la base de considérations politiques ». Le délégué d’Haïti a pour sa part promis qu’avec l’appui de la communauté internationale, les élections législatives et locales, dont le premier tour est prévu le 26 octobre prochain, auront nécessairement lieu cette année.

LLM / radio Métropole Haïti

Un autre monde

La construction d’un monde plus équitable est la responsabilité de tous et de chacun

A l’heure où l’ordinateur fait à notre place, l’eau est livrée directement dans notre salle de bain, notre cuiseur signale que le repas est prêt, et j’en passe. Plus besoin de se presser de rentrer à la maison pour regarder sa série préférée, le décodeur veillera à nous garder tous les instants bien au chaud en attendant notre prochaine disponibilité.

A l’heure où une partie du monde revendique encore plus de confort, de rapidité et de facilité. On voit bien la profondeur immense de l’insatisfaction de l’homme parce qu’entre temps dans un « autre monde » des gens espère encore voir le jour où le minimum arrivera jusqu’à eux.

A l’heure de la vie 2.0, j’ai été dans ce petit village où le projet dans lequel je bosse avait creusé un forage et était en train de l’équiper d’un système AEP solaire. Ils étaient là tous heureux de pouvoir venir au forage puiser le précieux liquide dans des bidons de 20 litres. Des centaines de récipients alignés attendant leur tour, l’ambiance est chaleureuse. Bien que la barrière de la langue se dresse infranchissable devant moi, les sourires, les regards, les rictus me disent que je suis la bienvenue. Alors que mon gros appareil photo suspendu autour du cou les fascinait, moi j’étais fascinée par tant de joie, m’interrogeant sur les raisons d’autant de jubilation alors que la collecte de l’eau n’est pas encore aussi aisée qu’on le souhaite (borne fontaine prévue dans les villages et pour les ménages qui peuvent se le permettre des robinets directement dans leur concession). En questionnant les femmes présentes grâce à un interprète, j’ai fini par entendre l’impensable « avant il parcourait 15km pour aller puiser l’eau dans une marre ». Et oui, en 2014 ça arrive encore et pleunicher pour des trucs superflus devient tout d’un coup excessivement ridicule. Aujourd’hui, à un an de l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), nous nous devons de nous questionner sur la « responsabilité collective » qui a été citée dans la déclaration du millénaire le 8 Septembre 2000. Mais contrairement au texte de base, je ne me limiterai pas uniquement aux leaders du monde parce que cette responsabilité collective nous concerne tous, particulière nous (vous et moi), qui ennuyés dans notre confort, nous nous plaignons à longueur de journée que le monde ne nous offre pas assez, trouvant l’abondance insuffisante.

Il est d’un devoir universel que chacun se pose la question de savoir ce qu’il peut faire pour ceux là notamment les plus vulnérables afin qu’ils puissent au moins avoir, eux aussi, ce que nous pouvons qualifier d’une vie digne. Il est de la responsabilité de chacun de réfléchir un temps soit peu avant de sortir le dernier caprice qui sera à la mode sur un réseau social bien connu et de se demander quel rôle il peut jouer pour garantir un partage plus équitable des ressources mondiales. Car les vulnérables en question ne sont pas négligeables, ce serait offusquant de les négliger. Je conclurai mon édito sur ces 2 chiffres : 1 milliards d’une part et 2.4 milliards.

  • Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau salubre.
  • 2.4 milliards de personnes sont privées d’installations sanitaires satisfaisantes 
Fersam Allifleur

L’Association Alliance-Fleury soutien l’éducation à Cormiers (Léogâne) via le projet Klere chimen Siksè

Il était 11h du matin, ce vendredi 11 avril 2014 quand la cérémonie de fourniture de lampes solaires à des enfants de classes de CM2 a commencé dans les locaux du bureau de CASEC de la section communale de Cormiers. Malgré un peu de retard généré par quelques imprévus de dernières minutes, l’événement qui s’inscrit dans le cadre du projet pilote Klere Chimen Siksè s’est bien déroulé. Un effectif de 41 élèves de CM2 provenant de 4 écoles primaires de Cormiers ont reçu chacun une lampe solaire de types S2 de la marque D.light solar et quelques précieux conseils prodigués par 2 jeunes professionnels pour qui l’éducation a été le pilier porteur de la réussite. Enfin, une séance de rafraîchissement photo a clôturé le moment.

Radyonou a rencontré l’une des représentants de l’Association Alliance-Fleury en la personne de Marie Antoine ALLIANCE qui a bien voulu répondre à ses questions.

 

Radyonou : Pouvez-vous nous parler de la genèse de ce projet, les objectifs et les raisons qui motivent votre axe d’intervention ?

MAA : Cette distribution est le fruit d’une réflexion menée par un groupe de personnes vivant dans la diaspora et en Haïti qui ont voulu s’unir pour contribuer à l’effort collectif qui se fait et qui doit se poursuivre pour mettre nos territoires sur les rails du développement. Ce projet pilote d’Appui à l’éducation à travers l’amélioration au sein des familles des conditions d’apprentissage des écoliers a émergé de la rencontre de plusieurs paramètres notamment notre envie d’innover (se différencier des projets habituels pour mieux les compléter), les besoins identifiés (les enfants fournissent beaucoup d’effort pour accéder aux pains de l’instruction) et les infrastructures disponibles (absence totale d’installations électriques dans la zone).

Nous avons opté pour la fourniture de lampes solaires dans un triple objectif 1) faciliter l’éclairage familial la nuit qui est ressorti comme une option intéressante dans ces localités non rattachées au réseau électrique national et dépourvu de système d’électrification rurale. 2) Se différencier et surtout innover par rapport aux différents projets d’appui à l’éducation qui se cantonnent pour la plupart à construire des salles et fournir des bancs. Cette démarche s’inspire de l’approche intégrée qui se développe petit à petit en Haïti (cantines scolaires, matériels didactiques etc. 3) le projet se veut également être un outil de sensibilisation sur les énergies renouvelables, le développement durable, le respect et la protection de l’environnement.

 

Radyonou : Comment aviez-vous identifié les bénéficiaires de ce projet pilote ?

MAA : Sur la base d’une procédure d’identification ciblant les 12 écoles primaires en fonctionnement de la zone, à l’aide de critères objectifs, nous avions procédé à une hiérarchisation des besoins des différentes écoles. Compte tenu de la taille limitée de ce projet pilote financé à 100 % sur fonds privés (contribution de membres et sympathisants de l’association), seules les 4 écoles les plus vulnérables ont été appuyées. La totalité des élèves des classes de CM2 de ces 4 écoles ont été servis sans considération de la vulnérabilité individuelle des élèves. Soit un effectif de 41 élèves. La distribution des lampes solaires a été faite en présence des différentes écoles appuyées et de 2 des 3 CASEC du cartel de la section.

 

Radyonou : Quelles leçons peut-on retenir de cette expérience ?

MAA : Bien qu’il soit trop tôt pour évaluer l’impact de ce projet en termes de réussite aux examens de certificat ou de changements éventuels en matière d’assimilation des enseignements, nous pouvons d’ors et déjà souligner les éléments suivants :

  1. Une collaboration réussie entre haïtiens là-bas, haïtiens ici et les autorités locales. L’implication des CASEC a été effective dès les premières idées du projet. Ce qui a permis de mûrir ensemble le projet. Aussi, la prise en charge à la fois technique et financière de jeunes haïtiens évoluant sur le sol national est un élément à saluer.
  2. Une forte adhésion au postulat selon lequel nous haïtiens sommes de bons piliers du développement de nos territoires. A différents niveaux le projet a eu des échos positifs sur l’approche qui consiste à mieux connecter décideurs locaux et acteurs privés dans la définition de stratégies de développement innovantes et durables.
  3. La mobilisation d’une jeunesse de plus en plus qualifiée et motivée au service du développement. L’âge moyen de l’équipe qui a travaillé pour la réalisation de ce pilote effleure la trentaine et pourtant elle a fait preuve d’une grande maturité et d’une grande efficacité. La réussite de ce tout premier projet témoigne de leur potentiel.
  4. Enfin, la grande satisfaction exprimée par les récipiendaires de ce support montre l’adéquation entre le choix d’intervention et les besoins réels identifiés au sein de la population de Cormiers.

 

Radyonou : Quel sera la suite de ce pilote ?

MAA : Compte tenu des retards enregistrés dans la phase de lancement de ce projet pilote – nous n’avons pas pu fournir les lampes en début d’année scolaire (octobre) comme prévu- nous souhaitons réitérer l’expérience en octobre prochain. Aussi, nous avions du redimensionner le pilote suite à des promesses de dons qui n’ont pas été concrétisés. Nous espérons pouvoir mettre à l’échelle ce projet tout en tenant compte des ajustements nécessaires en matière de participation, d’inclusion et de concertation afin de pouvoir étudier comme il se doit les retombées du projet sur les communautés appuyées.

 

Radyonou : Quels sont les perspectives d’avenir pour l’association Alliance-Fleury ?

MAA : L’information la plus importante à retenir en termes de perspectives est que nous sommes en train de passer à un niveau supérieur. D’une association qui se voulait être le relais des efforts des haïtiens de là-bas, d’ici, des autorités locales et tous les acteurs de développement pour une meilleure appropriation des enjeux du développement, nous sommes en train de mettre sur pied un groupe de recherche action pour le développement. L’objectif étant de pouvoir formuler des orientations claires en matière de stratégie de développement à partir de la capitalisation d’expériences.

Cette mutation est dors et déjà lancée et compte tenu des partenariats établis ou en préparation nous sommes déjà très optimistes de l’impact de cette initiative dans la gestion future de l’aide au développement en Haïti. C’est ici l’occasion de remercier toutes les personnes déjà mobilisées et de lancer une invitation aux professionnels désireux de contribuer à enrichir la réflexion à venir se joindre à nous.

 

Radyonou : le mot de la fin !

MAA : Merci à Radyonou de nous avoir donné l’occasion de parler de cette activité et des perspectives futures. Merci aux membres de l’Association Alliance-Fleury, à nos différents partenaires pour leur support et leur implication. Merci à la jeunesse haïtienne pour son engouement à contribuer à faire progresser les choses.

Puisse cet élan citoyen trouver l’écho nécessaire pour faciliter l’émergence d’une nouvelle ère, celle d’un développement co-construit entre les bailleurs, les acteurs et les bénéficiaires, celle d’un développement respectueux de l’environnement et de la biodiversité et surtout celle d’un développement attentif aux générations futures.

Que cette action pilote soit le début d’une collaboration franche entre les différentes parties prenantes et constitue les bases d’un avenir meilleur pour les communautés concernées.

 

Radyonou : Merci Mme Alliance d’avoir accepté de répondre à nos questions.

 

Propos recueillis par

Gérald Toussaint

La Constitution de 1987 : un rêve à concrétiser

Le Peuple Haïtien proclame la présente Constitution: 

Pour garantir ses droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, a la liberté et la poursuite du bonheur; conformément à son Acte d’indépendance de 1804 et à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Pour constituer une nation haïtienne socialement juste économiquement libre et politiquement indépendante. 

Pour rétablir un État stable et fort, capable de protéger les valeurs, les traditions, la souveraineté, l’indépendance et la vision nationale. 

Pour implanter la démocratie qui implique le pluralisme idéologique et l’alternance politique et affirmer les droits inviolables du Peuple Haïtien.

Pour fortifier l’unité nationale, en éliminant toutes discriminations entre les populations des villes et des campagnes, par l’acceptation de la communauté de langues et de culture et par la reconnaissance du droit au progrès, à l’information, à l’éducation, à la santé, au travail et au loisir pour tous les citoyens.

Pour assurer la séparation, et la répartition harmonieuse des Pouvoirs de l’Etat au service des intérêts fondamentaux et prioritaires de la Nation.

Pour instaurer un régime gouvernemental basé sur les libertés fondamentales et le respect des droits humains, la paix sociale, l’équité économique, la concertation et la participation de toute la population aux grandes décisions engageant la vie nationale, par une décentralisation effective.

 

C’est ici les avant-propos de notre constitution. Au lendemain de la fin de la dictature duvaliériste, c’est en ces mots qu’on a introduit nos objectifs pour l’avenir à construire, la ligne de conduite que nous souhaitions à l’époque adopter. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est joliment exprimé. Les belles lettres! Un autre héritage de notre passé colonial français.

D’entrée de jeu, on vise le bonheur. « Pour garantir ses droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, à la liberté et la poursuite du bonheur » mais on ne s’arrête pas là «  une nation socialement juste », « économiquement libre », « politiquement indépendante » autant de notions qui suscitent l’adhésion et qui appellent à l’engagement citoyen.

Quand est-il aujourd’hui 27 ans plus tard ? Avons-nous réussi à rétablir la stabilité garante de la protection de nos valeurs, nos traditions, notre souveraineté, l’indépendance et la vision nationale. A-t-on réussi à implanter la Démocratie ?

Quant à l’alternance politique, on serait plus sincères si on parlait de « caméléonisme » politique vu que dans la pratique quand ce ne sont pas nos partis politiques qui changent de noms pour se conformer théoriquement à la constitution, ce sont nos hommes politiques qui font du papillonnage idéologique pour ne pas être hors jeu. Je passerai à pieds joints sur «  les droits inviolables du Peuple » tant que ceux-ci ont été réduits au fil du temps, et ça fait bien longtemps qu’ils ont terminés leur processus de convergence vers le néant qui les caressent dans le sens du poil à travers des expressions aussi creux que prétentieux comme « lavi pwal chanje », « pèp la pwal jwenn manje » etc.

Ah « l’unité nationale » ce terme ci apprécié par nos candidats.  Que voulez-vous, adaptation oblige ! Un candidat croit en l’unité nationale seule force capable de le porter au timon des affaires de l’état. Mais une fois arrivé, il devient élu et là c’est différent, il s’est plus obligé de s’y tenir. Alors commence la dangereuse décentralisation de l’expression qui devient vite ‘unité familiale’ ou ‘unité amicale’ quand ce n’est pas, excusez-moi la redondance, ‘unité individuelle’. C’est sûrement pour ça que je ne trouve que peu de mots à dire sur « l’élimination de toutes discriminations entre populations des villes et des campagnes » parce que les problèmes et les contraintes sont partout.

Aujourd’hui encore la langue est un outil de différenciation entre les couches de la population. On peut bien comprendre français, avoir fait ses études post-bac dans 3 universités françaises dont Panthéon-Sorbonne mais être choqué par la réaction de bureaucrates fâchés parce qu’on les a abordé en créole dans un pays où la constitution garantit la légitimité du créole comme outil de communication officiel.

Le droit à l’information est un paradoxe terrible, croissance du nombre des médias mais bons, quand on enlève les partis pris, les tentatives délibérées de nuire et les incompétents il ne reste pas grand-chose. Enfin, l’école primaire est devenue ‘gratuite’ avec l’arrivée du pouvoir en place. Mais que reste-t-il du programme scolaire à l’heure où la plupart des écoles embauche les enseignants sous qualifiés pour réduire les coûts. Bon pour la santé, le travail et le loisir, on repassera parce qu’il s’agit de luxes que beaucoup d’haïtiens n’ont pas encore la chance de jouir.

Il fut question de « séparation, répartition harmonieuse des Pouvoirs », je pense qu’on a encore un peu de progrès à faire. Pour la petite histoire, je pensais qu’il n’y avait pas pire que des élus qui ne savent pas lire. Mais ça c’était avant d’apprendre qu’il y a des ‘sénateurs’ qui signent sans lire. Qui pis est en leur âme et conscience. Bref !

Je terminerai sur « la décentralisation », un leurre monumental. Une administration théorique qui va jusqu’à la section communale quand la gestion effective et la décentralisation du budget de l’Etat n’a fait ni un pas Kita encore moins un pas Nago.

En ce 29 Mars 2014, nous nous devons de réfléchir à notre devenir, au lendemain de cette nation. De nous interroger sur les 27 années passées, sur ce qu’on a fait, ce qu’on a oublié, ce qui a marché et ce qu’on doit changer. Tous ces jolis mots qu’on a criés pour exorciser nos maux ne peuvent être oubliés. Notre constitution est jeune à l’instar des 78% d’haïtiens de moins de 35 ans, allons-nous la laisser vieillir avec ses handicaps ou nous nous déciderons nous à lui donner les moyens de servir de ciment qui unit le peuple ?

Fersam Allifleur

Justice Sociale de Bob Rousseau

Finalement : Un Livre Qui Propose des Solutions Pratiques Pour Résoudre les Problèmes d’Haïti

 

Dans son nouveau livre titré “Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et l’Autonomie Communale, Dr. Bobb Q Rousseau expose les vrais problèmes d’Haïti et propose des solutions pertinentes liées à la situation réelle de l’Haïtien et de sa commune.

 

Léogâne, Haïti – 20 Mars 2014: Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale est le premier livre haïtien qui à la fois expose les vrais problèmes d’Haïti et propose des antidotes viables qui réduiront l’écart économique entre les classes sociales et retireront les familles et les communes haitiennes dans cette dépendance gouvernementale leur empêchant d’échapper à leurs conditions courantes.

Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale propose d’être un guide  fonctionnel pour le gouvernement dans sa mission de constituer une nation haïtienne socialement juste, économiquement libre et politiquement indépendante, les Organisations Non-Gouvernementales exhibant les aides humanitaires et la Communauté Internationale dans leur souci de promouvoir le bien-être de la population. Il sera aussi un ouvrage de références pour la société civile et les étudiants en Sociologie, en Communication Communautaire et en Droit Administratif.

Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale de Dr. Bobb Q Rousseau sera la bible des politiciens qui sont sérieux pour devenir le chouchou des électeurs.

Pour plus d’informations concernant la publication, contactez les Editions Ruptures sur editionsruptures@gmail.com. Pour des arrangements de ventes de signatures, contactez Lou Delice sur loudelice@gmail.com.